Louis Évain

Louis Auguste Frédéric Évain, né le à Angers (Maine-et-Loire), mort le à Bruxelles (Belgique), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Pour les articles homonymes, voir Évain.

Louis Auguste Frédéric Évain

Naissance
Angers (Maine-et-Loire)
Décès  76 ans)
Bruxelles (Belgique)
Origine France
Allégeance  République française
 Empire français
Belgique
Arme Artillerie
Génie
Grade Lieutenant-général
Années de service 1792-1832
Conflits Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Distinctions Baron de l'Empire
Grand officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Autres fonctions Ministre de la Guerre belge

États de service

Il entre en service le , comme élève sous-lieutenant à l'école d'artillerie de Châlons et passe lieutenant en second au 6e régiment d'artillerie à pied le . Il sert à l'armée du Nord pendant les campagnes de 1793 à l'an III, il obtient le grade de lieutenant en premier le , et celui de capitaine en troisième le .

Il est envoyé en résidence sur les côtes de Normandie au commencement de l'an IV, il y sert jusqu'en l'an VII, il fait les campagnes des ans VIII et IX à l'armée du Rhin et il est nommé capitaine en second le . Il est détaché en cette qualité le à l'état-major d'artillerie de l'École d'application de Châlons, il passe capitaine en premier le .

Aide-de-camp du général Éblé le , il sert pendant les ans XI et XII aux armées de Batavie et de Hanovre, il devient chef de bataillon le , puis chef de l'état-major général du génie au camp d'Utrecht le . Le 16 du même mois, il entre au 6e régiment d'artillerie à pied, et il est attaché le à l'équipage d'artillerie de l'armée de Hanovre.

Il est fait membre de la Légion d'honneur le , et il est appelé le de la même année auprès du général Gassendi, chef de la 6e division du ministère de la Guerre. Il est nommé le sous-directeur du génie à Paris, et il est désigné le suivant pour travailler au Code militaire. Il devient colonel le et il est attaché en cette qualité à la 6e division (artillerie) du ministère de la Guerre. Il remplit les fonctions de commissaire près de l'administration des poudres et salpêtres par décision du , et celle de membre du comité central le .

Administrateur habile et intègre, l'Empereur le récompense et le nomme au grade de général de brigade le pour l'étonnante activité avec laquelle il a réorganisé le matériel d'artillerie, anéanti par les désastres de 1812 en Russie. Il est fait baron de l'Empire le .

Il est conservé à son poste de chef de la direction de la division de l'artillerie au ministère de la Guerre pendant la première et la seconde Restauration. Il est fait chevalier de Saint-Louis le , et officier de la Légion d'honneur le .

Le il est envoyé à Douai comme commandant de l'École d'artillerie, vient reprendre au ministère de la Guerre son ancienne position à la direction de l'artillerie par décision du , et il passe la même année directeur de l'artillerie et du génie au même ministère. Il est promu maréchal de camp par ordonnance du , chargé de tout ce qui avait rapport au cours normal d'enseignement mutuel établi à la caserne de Babylone, à Paris.

le roi l'élève au grade de lieutenant-général le , et lui confie les fonctions d'inspecteur général de l'artillerie. Il a reçu le , la croix de commandeur de la Légion d'honneur. Il est mis en disponibilité pour cause de santé le suivant, et il est admis sur sa demande à la retraite le . Il se retire à Paris.

Il est réintégré en 1830 dans le cadre de réserve, et il va porter ses talents en Belgique. Il y reçoit ses lettres de naturalisation le et il est nommé ministre de la Guerre. Le roi Louis-Philippe Ier l'avait nommé le précédent grand officier de la Légion d'honneur.

Il n'était pas possible, a dit un biographe anglais, de rencontrer pour administrer ce département, un homme plus capable que cet officier plein d'expérience, dont les longs et utiles services avaient été si hautement appréciés par Napoléon Ier et mis à profit par Louis XVIII.

Il est mort le à Bruxelles.

Armoiries

Figure Blasonnement
Louis Évain ( - Angers ✝ ), chef de bataillon (6 brumaire an XII), colonel (), général de brigade (, maréchal de camp par ordonnance du ), lieutenant-général (), Général de brigade (1822), lieutenant-général (), ministre de la Guerre de Belgique, 1er baron Évain et de l'Empire (1813, confirmé fin 1814), Légionnaire (25 prairial an XII), puis Officier (), puis Commandeur (), puis Grand officier de la Légion d'honneur (), chevalier de Saint-Louis (),

Écartelé : au 1 d'azur à deux étoiles d'or en fasce, au 2 des barons militaires, au 3 d'argent à la forteresse donjonnée de trois tours de sable, au 4 échiqueté d'or et d'azur.[1],

Source

Notes et références

  • Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire
  • Portail de la politique belge
  • Armée et histoire militaire françaises
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.