Louis Latapie

Louis Latapie né le à Toulouse et mort le à Avignon est un peintre et graveur français.

Pour les articles homonymes, voir Latapie.
Louis Latapie
Louis Latapie en 1932
Naissance
Décès
Nom de naissance
Louis Arthur Robert Latapie
Nationalité
Activité
Formation
Distinction

Son œuvre se développe, à travers natures mortes et nus féminins, aux limites d'un cubisme puissamment coloré. Dans les années 1950 la simplification des formes le rapproche de l'abstraction.

Biographie

Louis Latapie naît le à Toulouse. Son père, journaliste et directeur du journal Le Télégramme, s'installant à Paris autour de 1900 pour travailler au journal La Liberté, il poursuit ses études au lycée Janson-de-Sailly. Dessinant depuis l'enfance, il s'inscrit en 1910 à l'École des beaux-arts de Paris. Il y suit les cours de Jean-Paul Laurens mais fréquente aussi l'Académie Julian et en 1911 l'Académie Ranson où il découvre avec Paul Sérusier les recherches du cubisme.

Après avoir effectué son service militaire à Albi, Louis Latapie est mobilisé en 1914. Son frère aîné meurt dès le début de la guerre. Lui-même, au long de dix campagnes, est atteint par trois blessures, recevant deux citations. Regagnant en 1920 son atelier, il devient professeur à l'Académie Ranson, épouse Estelle Isch-Wall (mariage dont en 1922 naîtra son fils Jean-Louis, filleul de Georges Braque[1]), rencontre Max Jacob, Roger Bissière, Jean Metzinger, Jacques Villon, et présente à partir de 1922 ses premières expositions. En 1923 Georges Braque, Bissière, Ozenfant et Latapie forment l'association des « Castors de Montsouris » pour construire d'originales maisons de structure cubique. Après la disparition brutale de sa femme la même année, Louis Latapie s'installe en 1925 à Toulon. Il y rencontre Juan Gris et fonde une académie de peinture.

De retour à Paris en 1927, Latapie épouse Renée Meurisse (mariage dont en 1931 naîtra Laure qui sera créatrice de tapisseries et qui, en 1954, épousera le peintre Louttre.B, fils de Roger Bissière[2]), reprend ses cours à l'Académie Ranson et, à l'instar de Marie Vassilieff, Jean Lombard, Maurice Savin et Jules-Émile Zingg, peint une toile qu'à Montparnasse il fixe lui-même sur l'un des piliers de la célèbre brasserie La Coupole alors en construction à l'emplacement d'un ancien dépôt de bois et charbon[3]. En 1930 il s'installe à nouveau à Toulon, continuant de donner quelques cours à Paris. Face à ses difficultés financières, il cesse pratiquement de peindre entre 1932 et 1934 pour relancer l'agence de reportage photographique de son beau-père décédé, la première en France, avant de la revendre en 1936.

Alors qu'il travaille à la réalisation d'une décoration murale de 40 m2 pour le nouveau stade Pierre de Coubertin à Boulogne-Billancourt[4], Latapie est mobilisé en 1939 et rentre à Paris en 1940. Vendant deux étages de sa maison parisienne, il achète en 1946 le « Moulin Vieux » à Seine-Port qu'il commence à restaurer en y installant ses ateliers. En 1951 plusieurs tapisseries sont exécutées d'après ses cartons par les manufactures de Beauvais, dont l’une exposée à la Résidence du consul général de France à Toronto, et des Gobelins. Après deux expositions personnelles à Paris en 1954 et 1956, sa peinture s'oriente vers l'abstraction.

Louis Latapie réalise dans les années 1960 plusieurs mosaïques pour des établissements scolaires à Melun et Laval[4]. Sous le titre de Patafioles, il commence en 1963 à écrire ses souvenirs, qui seront publiés en 2005. Il se résigne en 1967 à se séparer de son « Moulin » de Seine-Port, regagne Paris, puis s'installe en 1968 à Avignon. Il cède en 1969 la quasi-totalité de son atelier à son marchand. Latapie réalise en 1970 une exposition en trois lieux en Italie. Alors qu'il prépare en 1971 pour le 25e Festival d'Avignon une exposition dans deux salles du Palais des Papes, sa femme meurt à quelques jours du vernissage.

Après la disparition de Louis Latapie le à Avignon, de nombreuses expositions et rétrospectives de ses œuvres sont présentées en France, notamment à Paris, Villeneuve-sur-Lot, Toulouse, Lille, Bordeaux, ainsi qu'à l'étranger, à Eaubonne et Genève en Suisse, à Bilbao en Espagne.

Œuvres

Contribution bibliophilique

Fresque

Expositions

Exposition personnelle

  • Galerie La Licorne, Paris, 1931.
  • Louis Latapie, petits formats, galerie Urban, Paris, 1970.
  • Palais des Papes, Avignon, 1971.
  • Musée d'Art et d'Histoire de Melun, 1985.
  • Rétrospective Louis Latapie, musée Gaston-Rapin et théâtre Georges-Leygues, Villeneuve-sur-Lot ; musée des Augustins de Toulouse, 1988.
  • Galerie Mischkind, Lille, mai-[5].
  • Louis Latapie. Cent dessins pour un centenaire, château prieural de Monsempron-Libos, été 1991.
  • Hommage à Louis Latapie, galerie Anne-Marie Marquette - Le Troisième Œil, Paris, .
  • Musée de Gajac, Villeneuve-sur-Lot, juin-[1].
  • Patafioles. Un peintre dans son siècle : présentation des écrits autobiographiques et d'un ensemble d'œuvres de Louis Latapie, Galerie du Montparnasse, Paris, .
  • Louis Latapie. Le goût de la forme, Orangerie des musées, Sens (Yonne), avril-.
  • Cent Latapie pour une exposition, Galeria d'arte Rembrandt, Bilbao, .

Exposition collective

Ventes publiques

  • Ader Picard Tajan, commissaires-priseurs, Louis Latapie, 1891-1972 - peintures : vente de 154 œuvres, Hôtel Drouot, Paris, .

Citations

Réception critique

« Aujourd'hui, l'œuvre de Louis Latapie est totalement intégrée dans l'histoire de la peinture du XXe siècle, et prend sa juste place dans ses chapitres emblématiques fédérés par le cubisme. […] Comptant parmi les jeunes peintres de sa génération, doués et réceptifs aux grands mouvements novateurs, Louis Latapie est né à la peinture en adoptant le cubisme en plein épanouissement. Une adhésion qu'il saura nourrir de sa vision personnelle des êtres et des choses etqui lui fait conquérir un langage plastique dont l'unité et le style l'identifient immédiatement. »

 Lydia Harambourg, Louis Latapie, Editions Ides et Calendes, Neuchâtel, 2003, p. 11-13

« Dans la peinture généreuse de Louis Latapie, le nu féminin joue un rôle essentiel. Des années 1920 jusqu'à sa mort, c'est le sujet de maints tableaux, comme un leitmotiv aux variations multiples. […] Le nu est souvent seul […]. Avec le thème des cariatides, il isole la figure féminine dans un format vertical, dans un hiératisme classique […]. Enfin, avec les triades, il reprend l'évocation classique des trois grâces […]. Cette recherche […] devient une priorité dans la période avignonnaise, dans une violence des couleurs et une simplification des formes jamais atteintes jusque-là […]. »

 Lydwine Saulnier-Pernuit, dans Louis Latapie, Musées de Sens, 2006, p. 15

Citation

« Est-ce ma faute ? Si dans une profonde respiration, j'inspire cubisme et expire fauvisme. »

 Louis Latapie, dans Louis Latapie, Musées de Sens, 2006, p. 43.

Distinction

Collections publiques

Notes et références

  1. Delphine Sudaut, « 2004, c'est l'année Louis Latapie », La Dépêche du Midi, 14 juin 2004
  2. Jacques Busse, « Laure Latapie », Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.8, page 307.
  3. Jean-Paul Caracalla, Montparnasse, l'âge d'or, collection « La petite Vermillon », La Table Ronde, 2005.
  4. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, page 524.
  5. La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°20, 19 mai 1989, page 66.
  6. Galerie nationalde de la tapisserie de Beauvais, Figures de femmes, figures de l'histoire de France, présentation de l'exposition, 2010
  7. Jacques Busse, « Louis Latapie », Dictionnaire Bénézit, vol.8, Gründ, 1999, p. 308.
  8. Musée d'art moderne de la ville de Paris, Louis Latapie dans les collections.
  9. Musée national d'art moderne, Louis Latapie dans les collections.

Voir aussi

Bibliographie

  • Marcel Pouvreau, Latapie, Paris, Galerie Rive Gauche, 1954.
  • Waldemar-George et René Massat, Louis Latapie, Paris, Galerie J. C. de Chaudun, 1957.
  • Silvagui, René Massat et Guignard-Mayeur, Louis Latapie; ville de Dammarie-lès-Lys, 1967.
  • René Massat, Louis Latapie, Paris, Prisme, 1968.
  • André Urban, Louis Latapie, Paris, Galerie Urban, 1970.
  • Ader Picard Tajan, commissaires-priseurs (texte de Pierre-Marie Christain), Louis Latapie, 1891-1972, Hôtel Drouot, .
  • Louis Latapie, textes de Walter Lewino, Chantal Lanvin et Denis Milhau, Villeneuve-sur-Lot (Musée Gaston Rapin et Théâtre Georges Leygues) et Toulouse (Musée des Augustins), 1988.
  • Raphaël-Georges Mischkind, Latapie, Château Prieural, Monsempron-Libos, 1991.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, 1992.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit (article de Jacques Busse), Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des artis plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001.
  • Lydia Harambourg, Dictionnaire des peintres de l'École de Paris, 1945-1965, Neuchâtel, Éditions Ides et Calendes, 1993 (ISBN 2825800481); nouvelle édition, 2010, p. 293-294 (ISBN 978-2-8258-0241-0)
  • Lydia Harambourg, Louis Latapie, biographie par Isabelle Bissière, Neuchâtel, Éditions Ides et Calendes, 2003.
  • Jean-Louis Latapie (préface de Michel Bay, postface de Jean-Pierre Flory), La ballade des peintres - Braque, Bissière, Latapie, L'Harmattan, 2003.
  • Hélène Lagès et Jean-Jacques Lévêque, Louis Latapie, Éditions du Musée de Gajac, 2004.
  • Louis Latapie (avant-propos de Laure Latapie, avertissement aux lecteurs de Jean-Louis Latapie, préface de Jean-Pierre Flory, postface de Michel Bay), Patafioles - Écrits autobiographiques, Paris, Éditions du CNRS, 2005.
  • Lydia Harambourg, Lydwine Saulnier-Pernuit et Bernard Ethuin-Coffinet, Louis Latapie, Éditions des Musées de Sens, 2006 (ISBN 2-913909-19-1).

Liens externes

  • Portail de la peinture
  • Portail de la gravure et de l'estampe
  • Portail de l’histoire de l’art
  • Portail de la Haute-Garonne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.