Louis de Froissard de Broissia

Louis de Froissard de Broissia, né le à Hanoï, est un homme politique français, membre du RPR puis de l'UMP. Il est sénateur de 1998 à 2008 et président du conseil général de la Côte-d'Or de 1994 à 2008.

Pour les autres membres de la famille, voir famille de Froissard.

Louis de Froissard de Broissia
Fonctions
Député de la 2e circonscription de la Côte-d'Or
Groupe politique RPR (1988-1998)
Sénateur de la Côte-d'Or
Groupe politique RPR (1998-2002)
UMP (2002-2008)
Président du Conseil général de la Côte-d'Or
Prédécesseur Henry Berger
Successeur François Sauvadet
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Hanoï (Tonkin, Indochine française)
Résidence Blagny-sur-Vingeanne

Biographie

Carrière professionnelle

Louis de Broissia commence sa carrière au quotidien Le Bien public comme directeur commercial en 1976, puis devient directeur général en 1981. De 1992 à 1996, il occupe la présidence du directoire. De 1997 à 2005, il est directeur délégué à la Socpresse.

Le il est nommé, en Conseil des ministres, ambassadeur pour l'audiovisuel extérieur.

Carrière politique

Louis de Broissia est élu conseiller municipal de Blagny-sur-Vingeanne en 1971, et devient adjoint au maire en 1977. Il est élu conseiller régional de Bourgogne en 1986, mais démissionne deux ans plus tard pour cause de cumul de mandats.

Louis de Broissia est conseiller général de la Côte-d'Or pour le canton de Mirebeau-sur-Bèze de 1985 à 2011, président du conseil général de la Côte-d'Or de 1994 à 2008 puis 1er vice-président de 2008 à 2011. Il est également président du SIVOM du canton de Mirebeau-sur-Bèze de 1983 à 2002, puis de la communauté de communes du Mirebellois de 2008 à 2014, ainsi que du GIP France Télé Numérique depuis 2010.

Louis de Broissia est député de la Côte-d'Or de 1988 à 1998, date à laquelle il est élu sénateur de la Côte-d'Or, siège qu'il conserve jusqu'en 2008[1].

En 2018, Louis de Broissia publie ses mémoires Débridé, du fleuve rouge à la Vingeanne[2].

En , il est nommé membre de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet, succédant au siège de Didier Mathus[3].

Autres fonctions

  • Président de la fédération UMP de la Côte-d'Or
  • Membre du conseil d'administration de la Société des autoroutes Paris-Rhin-Rhône (représentant le conseil général de la Côte-d'Or)
  • Membre du conseil de surveillance de la Société professionnelle des papiers de presse
  • Ancien vice-président de l’AFCCRE (Association française du conseil des communes et régions d’Europe)
  • Ancien membre du conseil d'administration de France Télévisions (représentant le Sénat)
  • Ancien membre du conseil d’administration de Public Sénat (représentant le Sénat)
  • Ancien membre de la Commission supérieure du service public des postes et communications électroniques (représentant le Sénat)
  • Secrétaire général (1999-2004) puis 1er vice-président (2004-2008) de l’Assemblée des départements de France
  • Ancien membre de la délégation au Comité des régions de l'Union européenne
  • Engagé pour la cause tibétaine[4], il a fondé, le , le groupe d'études sur le problème du Tibet de l'Assemblée nationale avec Jean-Michel Belorgey[5].
  • Président d'honneur de la SPA des Cailloux - Dijon

Distinction

Il est chevalier de la Légion d'honneur depuis le [6].

Ouvrages

  • Débridé du Fleuve Rouge à la Vingeanne, Oo Editions, (ISBN 1096901005)

Notes et références

Voir aussi

Article connexe

Liens externes

  • Portail de la politique française
  • Portail de la Côte-d’Or
  • Portail du gaullisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.