Lucerne

Lucerne /lysɛʁn/[3] (en allemand Luzern /luˈtsɛʁn/[4] ; en alémanique : Lozärn /loˈtsæːrn/[4]) est la septième ville de Suisse[5] et le chef-lieu du canton de Lucerne. La commune de Lucerne compte 77 491 habitants (en 2011), l'agglomération en compte 205 424 la même année. Le canton possède une double enclave territoriale outre-lac : l'une constituée des 3 communes de Greppen, Weggis et Vitznau (canton de Schwitz), et l'autre au pied du Bürgenstock (canton de Nidwald).

Ne doit pas être confondu avec Lucerne-ville.
Pour les articles homonymes, voir Lucerne (homonymie).

Lucerne
(de) Luzern

Vue sur Lucerne depuis le Pilatus.

Héraldique
Administration
Pays Suisse
Canton Lucerne
Arrondissement électoral Lucerne-ville
Localité(s) Lucerne, Littau
Communes limitrophes Horw, Kriens, Ebikon, Adligenswil, Meggen, Malters, Neuenkirch, Emmen
Maire Urs Studer
NPA 6000 Lucerne
6014 Littau
N° OFS 1061
Démographie
Gentilé Lucernois(e)
Population
permanente
81 691 hab. (31 décembre 2018)
Densité 2 811 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ nord, 8° 18′ est
Altitude 437 m
Superficie 29,06 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation

Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Lucerne
Lucerne
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Lucerne
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Lucerne
Liens
Site web www.stadtluzern.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

    La ville se situe au pied des Alpes suisses et au bord du lac des Quatre-Cantons et de la rivière Reuss dans lequel il s'écoule. Elle possède plusieurs ponts couverts, en bois, dont le Kapellbrücke, devenu indissociable de l'image de la cité.

    Histoire

    Sceau de Lucerne. Sceau extrait du traité de Fribourg signé en 1516.

    La région de Lucerne a été habitée depuis les temps préhistoriques. Après la chute de l'Empire romain, les Alémans s'y installèrent, et quelques monastères apparaissent avant l'an mille, dont le monastère bénédictin de Saint-Léger (aujourd'hui Église Saint-Léger de Lucerne), fondé vers 710 par les Carolingiens et tombé sous domination de l'Abbaye de Murbach en Alsace au milieu du 9e siècle. Au 12e siècle, ce sont les Habsbourg (alors basés en Alsace) qui acquièrent l'Abbaye de Murbach et donc a fortiori celle de Saint-Léger à Lucerne.

    La fondation de la ville de Lucerne se situe entre 1180 et 1200. En 1332, Lucerne est la première ville à rejoindre la Confédération des III cantons, bien qu'elle se soit battue au côté des Habsbourg lors de la bataille de Morgarten.

    Relation avec l'Alsace Lorraine

    Outre l'amitié et l'entraide traditionnelles entre l'Alsace et la Suisse, comme l'exemple du Hirsebreifahrt, le canton de Lucerne a été en contact assez étroit avec l'Alsace. Au 17e siècle, l'épisode de la guerre des paysans accablés d'impôts qui demandent la liberté du commerce du sel ainsi que de pouvoir payer les intérêts en nature débouche sur leur défaite. Certains sont tués, d'autres bannis par l'empereur Ferdinand III à la diète de Ratisbonne en 1653, et condamnés à 400 florins d'amende en 1661 par le gouvernement de Lucerne. Le lieu d'exil choisi est naturellement l'Alsace, car l'époque veut que Louis XIV cherche à attirer les soldats ou officiers Suisses vers ses régiments étrangers formés en France. Ces engagés font alors venir leurs familles et connaissances. Le même Louis XIV qui avait auparavant autorisé le passage des commerçants alsaciens et lorrains vers la Suisse décida en 1662 d'autoriser les étrangers catholiques de s'installer en Alsace Lorraine pour rebâtir les maisons ruinées par la Guerre de trente ans, recultiver les terres abandonnées, et repeupler ces régions dévastées. Les maisons et terres étaient distribuées en fonction du nombre d'enfants des familles. Les attributaires étaient dispensés d'impôt pendant plusieurs années, voire à vie. Dans certains paroisses (Dabo en Lorraine, par exemple), ils étaient aussi autorisés à prendre dans les forêts le bois nécessaire pour construire leurs maisons et les chauffer. L'immigration suisse en Haute Alsace était donc de ce fait favorisée au 17e siècle. Ces privilèges réservés aux émigrants catholiques firent l'effet désiré et plusieurs habitants du canton de Lucerne sans avenir économique émigrèrent. Le voyage de Lucerne en Alsace puis en Lorraine fut en outre certainement facilité par les capucins établis aux couvents de Schupfheim[6].

    Géographie

    Lucerne se situe au milieu de la Suisse dans la région de la Suisse centrale. Selon l'Office fédéral de la statistique, Lucerne mesure 29,06 km2[2].

    Le , la commune voisine de Littau a fusionné avec Lucerne.

    Démographie

    Selon l'Office fédéral de la statistique, Lucerne compte 81 691 habitants fin 2018[1]. Sa densité de population atteint 2 811 hab./km2.

    Transport

    La ville de Lucerne est un nœud ferroviaire important. Les compagnies de chemin de fer suivantes desservent la ville : les chemins de fer fédéraux suisses (CFF), le Zentralbahn (Lucerne, Interlaken, Engelberg) et le chemin de fer du Lötschberg (BLS). Le réseau régional, le S-Bahn-Zentralschweiz, couvre l'agglomération des villes de Lucerne et Zoug. La compagnie de navigation du lac des Quatre-Cantons assure la navigation sur le lac des Quatre-Cantons. Enfin, le réseau urbain est assuré par des lignes de bus et trolleybus de la compagnie VBL (Verhkersbetriebe Luzern).

    Économie

    L'économie lucernoise a une croissance qui s'internationalise de plus en plus. La connexion autoroutière menant vers Zurich est directe grâce aux nouvelles bretelles de Buchrain et Rothenburg. De nouvelles écoles se sont établies à Lucerne et l’impôt sur les sociétés sera le plus faible de Suisse à partir de 2012 : tout cela contribue à faire de Lucerne un site de plus en plus prisé pour les petites et les grandes entreprises. En 2010, plus de 1 200 entreprises se sont établies à Lucerne. Les secteurs des soins de la santé, de la production de machines et l’industrie des bâtiments y sont particulièrement représentés[7].

    Monuments

    Le Pont de la Chapelle.
    Spreuerbrücke.
    Le palais des congrès de Lucerne.
    • Les ponts de bois couverts :
      • Le pont de la Chapelle et sa tour, appelé aussi « Kapellbrücke » est un pont fortifié de bois à toit de tuiles de 204 m construit en 1333, ce qui en fait le plus vieux pont en bois d'Europe. Sous son toit, on peut voir de nombreuses peintures de forme triangulaire reconstituant les hauts faits de la cité depuis le Moyen Âge. En 1993, le pont a été en grande partie détruit par le feu. Il a été reconstruit depuis.
      • Le Spreuerbrücke, pont en bois de la ville de Lucerne nommé aussi « pont de la Danse des Morts » par la nature des 67 panneaux de Kaspar Meglinger (1626-1635).
    • La vieille ville :

    Églises

    Architecture moderne

    • La gare, qui a brûlé le [8] et a été reconstruite en 1991. L'ancienne façade, à l'avant de la gare, a été conservée.

    Musées

    • Le musée suisse des Transports :
      • collection de locomotives, wagons, autos, bateaux, avions et capsules spatiales ;
      • cinéma circulaire IMAX ;
      • planétarium.
    • Le Musée Hans Erni, dédié au peintre lucernois Hans Erni.
    • Le Panorama Bourbaki : long d'une centaine de mètres sur 360°, il montre l'armée du général français Charles Denis Bourbaki lors de son entrée en Suisse en 1870.
    • Le musée Richard Wagner, au bord du lac, est installé dans la maison où le compositeur a vécu entre 1866 et 1872. Il présente de nombreux documents le concernant, du mobilier, des objets personnels, ainsi qu'une collection d'instruments de musique anciens.
    • La fondation Rosengart, présentant entre autres des œuvres de Pablo Picasso et Paul Klee.
    • Le musée des Beaux-Arts.
    • Le musée des Alpes : panorama des Alpes en trois dimensions.
    • Le Jardin des Glaciers[9] :
    • Musée historique.
    • Musée d'histoire naturelle.

    Manifestations

    Jumelages

    La ville de Lucerne est jumelée avec[10] :

    Lucerne dans le monde

    Il existe une localité appelée Lucerne aux États-Unis, dans le Wyoming (comté de Hotsprings).

    Personnalités

    Notes et références

    Voir aussi

    Bibliographie

    Liens externes

    • Portail de la Suisse centrale
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.