Luiz Felipe Scolari

Luiz Felipe Scolari, né le à Passo Fundo (Rio Grande do Sul), est un joueur puis un entraîneur de football italo-brésilien. Lors de sa carrière de joueur, il est appelé Felipão.

Pour les articles homonymes, voir Scolari.

Luiz Felipe Scolari
Situation actuelle
Équipe SE Palmeiras
Biographie
Nom Luiz Felipe Scolari
Nationalité Brésilien
Italien
Naissance
Lieu Passo Fundo (Brésil)
Taille 1,80 m (5 11)
Période pro. 1973-1981
Poste Défenseur puis entraîneur
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1973-1979 Caxias
1980 Juventude
1980-1981 Novo Hamburgo
1981 CS Alagoano
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1982 CS Alagoano
1983-1985 Juventude
1984-1985 Al-Shabab
1986 Brasil de Pelotas
1986-1987 Juventude
1987 Grêmio
1988 Goiás
1988-1990 Al Qadisiya
1990 Koweït
1991 Criciúma
1991 Al Ahly Djeddah
1992 Al Qadisiya
1993-1996 Grêmio
1997 Júbilo Iwata
1997-2000 Palmeiras
2000-2001 Cruzeiro
2001-2002 Brésil
2003-2008 Portugal
2008-2009 Chelsea
2009-2010 FC Bunyodkor
2010-2012 Palmeiras
2012-2014 Brésil
2014-2015 Grêmio
2015-2017 Guangzhou
2018- SE Palmeiras
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 4 août 2018

De 2001 à 2002, il est sélectionneur pour l'équipe du Brésil, avec laquelle il remporte la Coupe du monde 2002. Il redevient sélectionneur de la « Seleção » à l'occasion de l'édition 2014. De 2002 à 2008, il est sélectionneur de l'équipe du Portugal, équipe avec laquelle il atteint la finale de l'Euro 2004.

Depuis 2002, Scolari, d'origine italienne comme plusieurs millions de brésiliens[1], est citoyen italien (il possède la double nationalité brésilienne et italienne).

Comme entraîneur, Luiz Felipe Scolari détient le record du nombre de victoires consécutives en phase finale de Coupe du monde : 11 (7 en 2002 avec le Brésil, 4 en 2006 avec le Portugal).

Biographie

Joueur professionnel (1973-1981)

Scolari joue notamment pour la Sociedade Esportiva e Recreativa Caxias do Sul au Brésil dans les années 1970.

Scolari ne s'affirme pas comme un grand joueur de football, il mènera une carrière plutôt discrète et uniquement dans de modestes clubs brésiliens.

Début d'entraîneur (1982-1987)

Il entame sa carrière d'entraineur en 1982 au CSA (club où il a terminé sa carrière de joueur) puis à Juventude. Il ira ainsi de club en club, avec des passages éclair en Arabie Saoudite et au Koweit. Il a vécu également une expérience au Japon au Jubilo Iwata.

Expériences dans le Golfe (1987-1992)

Trois ans au Grêmio (1992-1997)

Consécration avec Palmeiras et la Seleção (1997-2002)

Il faut attendre 1997 pour que sa carrière décolle enfin.

Il remporte la Coupe du monde 2002 en Corée du Sud et au Japon avec le Brésil.

Six ans à la tête du Portugal (2002-2008)

Scolari prend la tête de l'équipe national du Portugal en , après l'échec des Lusitaniens au Mondial 2002. Il devient le premier sélectionneur étranger du Portugal depuis 1983 et son compatriote Otto Glória. Cela lui confère l'avantage de ne pas être suspecté de favoriser l'un des trois gros clubs du pays. Premier choix important, il écarte sans justification Vítor Baía et João Pinto, deux cadres de la sélection. Son plan, calqué sur celui qui a permis au Brésil d'être champion du monde, tient en quatre mots : rigueur, talent, discipline et solidarité. Coupable de rébellion après une défaite contre l'Espagne (3-0), Fernando Meira, Maniche[réf. à confirmer] et Sergio Conceição sont rayés des cadres. En manque de créateurs, il sélectionne Deco, brésilien, qui débute en par faire gagner l'équipe contre son pays natal mettant fin à toute polémique contre Scolari. Le sélectionneur décide d'évoluer en 4-2-3-1 avec Costinha et Petit en récupérateurs pour donner de la liberté au secteur offensif d'une rare richesse avec Luís Figo, Rui Costa, Deco, Simão et Cristiano Ronaldo derrière le buteur Pauleta[2].

Il est finaliste de l'Euro 2004 avec le Portugal avec lequel il atteint deux ans plus tard les demi-finales du Mondial 2006 en Allemagne.

Courtes expériences (depuis 2008)

Il fait moins d'une saison à Chelsea[3].

En , Scolari signe un contrat de 18 mois au FC Bunyodkor dans la première division du championnat d'Ouzbékistan. En , il rompt son contrat.

En , il retourne au pays à Palmeiras. Le , le club annonce dans un communiqué le limogeage[4] de Scolari de son poste d'entraineur.

Dix ans après son titre de champion du monde, il redevient sélectionneur du Brésil en , en vue de la Coupe du monde 2014 qui se déroulera au Brésil[5]. Il succède à Mano Menezes, limogé. En 2013, il remporte la Coupe des confédérations avec le Brésil en finale face à l'Espagne (3-0). Alors qu'il mène la Seleção en demi-finale de la Coupe du monde au Brésil, Scolari subit la plus grosse défaite de sa carrière face à l'Allemagne (7-1). Quelques jours plus tard, il subit une autre défaite lors du match pour la troisième place face aux Pays-Bas (3-0). Le surlendemain, Luiz Felipe Scolari démissionne de son poste de sélectionneur du Brésil[6].

Après le fiasco de la coupe du monde 2014, Luiz Felipe Scolari reprend en charge l'équipe brésilienne du Grêmio. Le , il démissionne de son poste d'entraineur du Grêmio et le , il rejoint la Chine en signant deux ans avec le Guangzhou Evergrande.

Palmarès

Joueur

Champion de l'État de l'Alagoas: 1981

Entraineur

Annexes

Notes et références

  1. De 1819 à 1975, près de 1 700 000 Italiens sont arrivés au Brésil. Leurs descendants forment la deuxième communauté du pays derrière les descendants des Portugais, et devant les Espagnols et les Allemands (source : Quid 2005)
  2. Marc Ambrosiano & Olivier Prévosto, « Portugal, la grand illusion », Onze Mondial, no 182, , p. 22 à 26 (ISSN 0995-6921)
  3. Démis de ses fonctions d'entraineur de Chelsea
  4. Scolari limogé par Palmeiras
  5. Football: Scolari reprend du service à la tête du Brésil sur Le Nouvel Observateur, 29 novembre 2012
  6. « Scolari, c'est fini (officiel) », sur lequipe.fr, (consulté le 15 juillet 2014)

Liens externes

  • Portail du football
  • Portail du Brésil
  • Portail de l’Italie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.