Macédoine (cuisine)

La macédoine est un plat chaud ou une salade mélangeant différents légumes, ou parfois différents fruits, taillés en cubes d'approximativement un demi-centimètre de côté (« taille en macédoine »).

Pour les articles homonymes, voir Macédoine.
Une macédoine de légumes (sans assaisonnement).

Nom

Carte ethnique de la Macédoine en 1892.

Ce nom, apparu en français au XVIIIe siècle dans le domaine culinaire (« macédoine à la paysanne »), fait allusion à la Macédoine considérée en tant que région où coexistent des peuples très divers[1],[2]. Depuis 1850, pris au sens figuré, le terme désigne familièrement, de façon générique, un assemblage d'éléments de nature différente[1]. Cet état correspond toujours à la situation ethnique du pays qui porte ce nom[3].

Dans certains pays, en Italie notamment, la macédoine est nommée « salade russe » en Hongrie et dans les Balkans, en particulier en Slovénie, « salade française[4],[5] ».

Formes

C'est généralement un mélange composé de dés, soit de carottes, petits pois et autres légumes, soit de divers fruits.

Avec le développement de l'alimentation industrielle, on peut acheter de la macédoine de légumes ou de fruits en conserve.

La salade russe se compose d'une macédoine de légumes et d'autres aliments liés à la sauce mayonnaise.

En Belgique, la macédoine de légumes est un mets consommé, à l'origine, pendant le cwarmê : le carnaval de Malmedy (Province de Liège). Elle est le plus souvent appelée « salade russe » (bien que différente de la salade russe proprement dite).

Notes et références

  1. Alain Rey, Dictionnaire Historique de la langue française, Nathan, , 4833 p. (ISBN 9782321000136, lire en ligne), « Macédoine ».
  2. La date d'apparition de cet emploi exclut qu'il ait pour « origine », comme parfois affirmé (« Salade Macédoine », sur 21maps.com, ), les cartes géographiques du siècle suivant.
  3. Yves Plasseraud, « Macédoine : histoire, minorités et perspectives européennes », sur diploweb.com, Le Monde diplomatique, (consulté le 4 juillet 2019).
  4. Catherine Delesse et Bertrand Richet, Le Coq gaulois à l'heure anglaise : analyse de la traduction anglaise d'Astérix, Artois presses université, , 447 p. (ISBN 9782848320779, lire en ligne), p. 372
  5. Marie Treps, Les Mots migrateurs : les tribulations du français en Europe, Seuil, , 372 p. (ISBN 9782020862585, lire en ligne), p. 224.

Voir aussi

Articles connexes

  • Alimentation et gastronomie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.