Mach (noyau)

Mach (prononcé /mak/[1]) est un noyau de système d'exploitation libre et gratuit écrit en langage C tout en étant orienté objet. Il est portable, temps réel et satisfait le niveau B3 des critères de sécurité du standard TCSEC.

Pour les articles homonymes, voir Mach.

Bien que souvent mentionné comme un des premiers micro-noyaux, toutes les versions de Mach n'en sont pas.

Il servit de base à XNU, le noyau de Darwin (la base de Mac OS X – notez qu'il n'est pas un micro-noyau) et au projet Hurd (qui est un micro-noyau). Toutefois depuis 2004, Hurd s'est tourné vers une nouvelle génération de micro-noyau : le micronoyau L4.

Historique

Mach est l'une des premières implémentations réussies de la théorie des micro-noyaux. Il fut développé à l'origine par l'Université Carnegie-Mellon, repris par l'OSF, puis a été forké pour donner naissance à GNU Mach.

Le noyau Mach tire ses origines du noyau Aleph (en) développé à partir de 1975 à l'Université de Rochester, puis renommé Accent et réécrit en 1980 à l'Université Carnegie-Mellon, pour être réécrit à nouveau en 1985 au même endroit par les mêmes personnes. C'est cette 3e réécriture, chaque fois faite afin de se défaire des limitations et défauts de la version précédente, qui donna naissance au noyau Mach.

 Périodes de développement des principaux noyaux.
 (1975–1979) Aleph (en)
 (1980–1985) Accent (nom officiel depuis 1981).
 (1985–1994) Mach — branche originale (Université Carnegie-Mellon), v3.0 sortie en 1989.
 (1994–1996) Mach 4 — branche de l'Université d'Utah (devient « xMach » en 1996, un projet indépendant).
 (1990–actif) GNU Mach — basé sur Mach 3, puis Mach 4; projet autonome depuis 1997.
 (2002–2006) OSKit-Mach — basé sur GNU Mach 1.2, survit mais peu actif depuis 2006.

Notes et références

  1. Singh, Amit, « A Technical History of Apple's Operating Systems », osxbook.com, (consulté le 18 mars 2011), p. 103

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l’informatique
  • Portail des logiciels libres
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.