Maillot arc-en-ciel

Le maillot arc-en-ciel ou maillot irisé[1] est le nom donné au maillot distinctif qui est remis au vainqueur d'un championnat du monde de cyclisme quelle que soit la discipline : piste, route, cyclo-cross, VTT, BMX mais aussi cyclisme en salle et paracyclisme. Tous les champions du monde reçoivent et portent le même maillot, à l'exception de la période entre 1995 et 2015, où un logo supplémentaire identifiait chacune des disciplines[2].

Pour les articles homonymes, voir Arc-en-ciel (homonymie).
Représentation schématique du maillot arc-en-ciel
L'Australien Cadel Evans, champion du monde 2009 de la course en ligne sur route
Philippe Gilbert titré en 2012.
Ellen van Dijk, la championne du monde du contre-la-montre en 2013.
Stefan Nimke, champion du monde du kilomètre en 2012.

Son nom provient de la ressemblance avec l'arc-en-ciel mais en fait il s'agit d'un maillot blanc avec cinq bandes aux couleurs de l'Union cycliste internationale (UCI), soit de haut en bas : bleu, rouge, noir, jaune et vert. Ces cinq couleurs représentent les cinq continents tout comme les cinq anneaux olympiques.

L'apparition du maillot arc-en-ciel pour récompenser chaque champion du monde remonte aux mondiaux sur piste de 1922[2]. Cette tunique est par la suite déployée dans les autres disciplines du cyclisme. Le maillot est produit par Santini SMS depuis 1994.

Règlement et généralités

Un champion du monde doit porter le maillot lorsqu'il participe à la même discipline, catégorie et spécialité pour laquelle le titre a été remporté. Par exemple, le champion du monde de course sur route porte le maillot arc-en-ciel lors des courses par étapes (sauf pour les étapes contre-la-montre) et les courses d'un jour, mais ne peut le porter pendant les contre-la-montre individuels et par équipes. De même, sur piste, le champion du monde de poursuite individuelle ne porte le maillot qu'en participant à d'autres épreuves de poursuite individuelle[3].

Le maillot arc-en-ciel aide à rendre un champion du monde plus facile à repérer pour les spectateurs, mais il a également pour effet de rendre le détenteur du titre plus visible pour les autres coureurs. Cela peut être un inconvénient car il est plus difficile pour le champion du monde de lancer une attaque, qui se retrouve plus « marqué » par les autres coureurs. Il y a également un espace réduit pour les logos des sponsors sur les maillots des champions du monde. Cependant, la couverture médiatique accrue d'un champion du monde en titre est censée compenser le manque de visibilité potentiel des sponsors.

Si le détenteur d'un maillot arc-en-ciel devient leader d'une course à plusieurs étapes (comme le Tour de France), alors le maillot de leader (maillot jaune pour le Tour) de cette course prévaut.

Le non-port du maillot arc-en-ciel lorsque cela est nécessaire entraîne une pénalité de 2500 à 5000 francs suisses. Ces vainqueurs doivent le porter pendant une année jusqu'au championnat suivant. Ensuite, ils peuvent porter les liserés arc-en-ciel sur le bord des manches de leur maillot en rappel de leur titre acquis. Ils conservent ce droit pour le reste de leur carrière.

Les couleurs du maillot arc-en-ciel ont été utilisées officieusement par les champions du monde de triathlon, de patinage de vitesse et de patinage de descente extrême.

Cyclisme sur route masculin

Malédiction du maillot arc-en-ciel

Concernant le Championnat du monde de cyclisme sur route, on évoque parfois la malchance qui a souvent poursuivi le porteur du maillot arc-en-ciel[4]. Une étude publiée dans le British Medical Journal a montré qu'un coureur remporte plus de courses l'année où il devient champion du monde mais ensuite alors qu'il est porteur du maillot arc-en-ciel, il retombe à son nombre de victoires habituel (retour à la moyenne)[5].

Quelques exemples de malheurs ou déconvenues subis par des champions du monde :

Victoires notables

Quatre champions du monde en titre ont remporté le Tour de France, la course cycliste la plus prestigieuse. Il s'agit du Français Louison Bobet en 1955, du Belge Eddy Merckx en 1972, du Français Bernard Hinault en 1981 et de l'Américain Greg Lemond en 1990.

Sur le Tour d'Italie, quatre coureurs ont réussi cette performance : l'Italien Alfredo Binda en 1928 et 1933, le Belge Eddy Merckx en 1968 et 1972, l'Italien Giuseppe Saronni en 1983 et l'Australien Cadel Evans en 2010.

Sur le Tour d'Espagne, seul le Belge Freddy Maertens a triomphé en 1977 alors qu'il était porteur du maillot arc-en-ciel.

D'autres champions du monde en titre ont également remporté des courses par étapes prestigieuses :

Sur les courses d'un jour, ou grandes classiques, plusieurs coureurs se sont imposés avec le maillot de champion du monde :

Par contre, des courses comme Paris-Tours, les Quatre jours de Dunkerque, le Tour de Catalogne, le Grand Prix de Francfort, le Grand Prix Midi-Libre ou le Championnat de Zurich, bien qu'ayant compté pour le Super Prestige Pernod durant leur âge d'or, n'ont jamais été remporté par un porteur du maillot arc-en-ciel.

Champions du monde actuels

La coureuse lituanienne Rasa Polikevičiūtė pendant l'édition 2002 du Women's Challenge, portant le maillot arc-en-ciel en tant que championne du monde sur route
L'Allemande Katrin Schultheis championne du monde de cyclisme artistique

En 2015, la Française Pauline Ferrand-Prévot est devenue la première cycliste à détenir en même temps trois titres de championne du monde dans trois disciplines (route, cyclo-cross et VTT).

Les champions du monde dans chaque discipline qui portent actuellement le maillot arc-en-ciel sont[9] :

Discipline Épreuve Champion du monde masculin Championne du monde féminine Prochains championnats
Route Course en ligne Mads Pedersen Annemiek van Vleuten
Contre-la-montre Rohan Dennis Chloé Dygert Owen
Relais mixte Amy Pieters, Lucinda Brand, Riejanne Markus, Jos van Emden, Koen Bouwman et Bauke Mollema
Piste Kilomètre/500 mètres Sam Ligtlee Lea Friedrich
Keirin Harrie Lavreysen Emma Hinze
Vitesse Harrie Lavreysen Emma Hinze
Vitesse par équipes Pays-Bas
Roy van den Berg
Harrie Lavreysen
Jeffrey Hoogland
Matthijs Büchli
Allemagne
Pauline Grabosch
Emma Hinze
Lea Friedrich
Poursuite Filippo Ganna Chloé Dygert
Poursuite par équipes Danemark
Lasse Norman Hansen
Julius Johansen
Frederik Madsen
Rasmus Pedersen
États-Unis
Jennifer Valente
Chloé Dygert
Emma White
Lily Williams
Course aux points Corbin Strong Elinor Barker
Américaine Danemark
Lasse Norman Hansen
Michael Mørkøv
Pays-Bas
Kirsten Wild
Amy Pieters
Scratch Yauheni Karaliok Kirsten Wild
Omnium Benjamin Thomas Yumi Kajihara
Cyclo-cross Mathieu van der Poel Ceylin Alvarado
VTT Cross-country Nino Schurter Pauline Ferrand-Prévot
Cross-country relais mixte Joel Roth, Janis Baumann, Sina Frei, Jolanda Neff et Nino Schurter
Cross-country eliminator Titouan Perrin-Ganier Gaia Tormena
Cross-country marathon Leonardo Páez Pauline Ferrand-Prévot
Descente Loïc Bruni Myriam Nicole
4-cross Romain Mayet Romana Labounková
VTT trial 20 pouces Dominik Oswald Nina Reichenbach
26 pouces Sergi Llongueras
Par équipes Alejandro Montalvo, Toni Guillén, Sergi Llongueras, Daniel Barón et Vera Barón
BMX BMX racing Twan van Gendt Alise Willoughby
BMX freestyle Park Brandon Loupos Hannah Roberts
BMX freestyle Flatland Dominik Nekolný Irina Sadovnik
Artistique Simple Lukas Kohl Milena Slupina
Paires - Lena Bringsken et Lisa Bringsken
Paires « Open » Serafin Schefold et Max Hanselmann
Par équipes - Elena Fischer, Vanessa Hotz, Saskia Grob, Stefanie Moos
Cycle-ball Patrick Schnetzer et Markus Bröll-

Notes et références

  1. « Irisé » signifiant « qui présente les couleurs de l'arc-en-ciel ».
  2. Maillot unique pour tous les Champions du Monde sur directvelo.com
  3. Titre I : Organisation générale du sport cycliste (version au 11.02.2020)
  4. Maxime Dupuis, « Les grands récits : Arc-en-ciel, couleurs du malheur », sur eurosport.fr, (consulté le 3 octobre 2019)
  5. (en) Thomas Perneger, « Debunking the curse of the rainbow jersey: historical cohort study » [« Dissiper la malédiction du maillot arc-en-ciel: étude d'une cohorte historique »], sur bmj.com, (consulté le 3 octobre 2019)
  6. Mort de Jean-Pierre Monseré
  7. Année blanche pour Stephen Roche en 1988.
  8. Cyclingnews, Paolo Bettini perd son frère
  9. Ici ne sont pas pris en compte les championnats jeunes (espoirs et juniors) et masters (catégories d'âge à partir de 30 ans)

Voir aussi

  • Portail du cyclisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.