Maison de Belgique

La maison de Belgique, aussi appelée maison de Saxe-Cobourg et Gotha[1],[2], est le nom de la maison royale de Belgique, branche cadette de la maison de Saxe-Cobourg et Gotha, elle-même issue de la branche ernestine de la maison de Wettin.

Pour les articles homonymes, voir Belgique (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Famille royale de Belgique.
Maison de Belgique
Type Maison royale
Dénominations Huis van België (néerlandais)
Haus von Belgien (allemand)
Pays Royaume de Belgique
Lignée Maison de Saxe-Cobourg et Gotha
Titres Rois des Belges
Ducs de Brabant
Comtes de Hainaut
Comtes de Flandre
Prince de Liège
Chef actuel Philippe, roi des Belges
Fondation
Léopold Ier, roi des Belges

La maison de Saxe-Cobourg et Gotha est issue du premier roi des Belges, Léopold Ier, né prince de Saxe-Cobourg-Saalfeld. En 1921, le titre de la maison de Saxe-Cobourg et Gotha fut abandonné officieusement dans un contexte de fort sentiment anti-germanique né de la Première Guerre mondiale, laissant s'installer l'expression "de Belgique" pour la famille royale belge[3],[4].

Depuis le Carnet Mondain de 2017, le titre de Saxe-Cobourg-Gotha est de nouveau en usage pour les descendants de Léopold Ier, à l'exception du roi Philippe, de sa femme, de son frère et de sa sœur (Astrid) qui conservent leur titre de Belgique ; la descendance d'Astrid de Belgique ne porte donc pas ce titre, mais celui de d'Autriche-Este.

Patronyme

La famille royale belge est issue d'une branche cadette de la branche ernestine de la maison de Wettin régnant sur le duché de Saxe-Cobourg-Saalfeld depuis le milieu du XVIIIe siècle, le duché de Saxe-Cobourg-Saalfeld disparaît en 1826, après la réorganisation des duchés saxons consécutive à l'extinction de la lignée de Saxe-Gotha. Le duc Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld reçoit Gotha, mais doit céder Saalfeld au Duché de Saxe-Meiningen. Il prend dès lors le nom de Ernest Ier de Saxe-Cobourg et Gotha.

Le futur roi des belges, Léopold de Saxe-Cobourg-Saalfeld, prince de Saxe-Cobourg et Gotha, duc en Saxe, frère du duc régnant Ernest Ier de Saxe-Cobourg et Gotha changea également son nom en devenant Léopold de Saxe-Cobourg et Gotha, donnant de ce fait ce nom à la famille royale belge.

À l'issue de la Première Guerre mondiale, sous l'impulsion du roi Albert Ier de Belgique et dans un contexte de germanophobie ambiant, les princes belges ont préféré ne plus utiliser leurs titres allemands de leurs titulatures alors que la monarchie a opté pour une forme patronymique plus « nationale » en désignant officieusement la dynastie sous le nom de Belgique (en néerlandais, van België et en allemand, von Belgien) ; la maison royale britannique a eu également recours à cette méthode en 1917.

Réforme relative à l'octroi du titre de prince ou princesse de Belgique

Le une réforme importante de la maison royale fut publiée au Moniteur belge. Le roi Philippe de Belgique se souciant de limiter l'accroissement du nombre des porteurs du titre de prince de Belgique ou de princesse de Belgique à travers les branches collatérales de la famille royale belge, il fut décidé qu'à partir de la publication de l'arrêté royal du et pour les naissances à venir, seuls les enfants et petits-enfants issus de la descendance directe du roi des Belges, ainsi que les enfants et petits-enfants issus de la descendance directe du prince héritier ou de la princesse héritière porteraient le titre de prince de Belgique ou de princesse de Belgique. Les princes et princesses, issus de la descendance directe du roi Léopold Ier qui ne sont pas enfants ou petits-enfants du roi ou de la reine des Belges, enfants ou petits-enfants du prince héritier ou de la princesse héritière portent à la suite de leur prénom et leur nom, les titres qui leur reviennent de droit par leur ascendance, à savoir: prince de Saxe-Cobourg et Gotha et de duc en Saxe avec le prédicat d'altesse royale. Quant au nom patronymique, les règles qui s'y appliquent ne changent pas[5].

Exemples :

  • enfants, petits-enfants du roi ou de la reine des Belges, du prince héritier ou de la princesse héritière : Son Altesse royale N de Belgique, prince ou princesse de Belgique
  • pas enfants ni petits-enfants du roi ou de la reine des Belges, du prince héritier ou de la princesse héritière mais descendant direct de Léopold Ier: Son Altesse royale N de Belgique, prince ou princesse de Saxe-Cobourg et Gotha

Réforme relative au titre de Belgique

Depuis le Carnet Mondain de 2017, le titre de Saxe-Cobourg-Gotha est de nouveau en usage pour les descendants de Léopold Ier, à l'exception du roi Philippe, de sa femme, de son frère et de sa sœur (Astrid) qui conservent leur titre de Belgique ; la descendance d'Astrid de Belgique ne porte donc pas ce titre, mais celui de d'Autriche-Este[6],[7],[8],[9].

Armoiries royales

Les armoiries royales ont été modifiées par l'arrêté royal du , paru au Moniteur belge du (2e édition). Une des principales modifications consiste en l'ajout, sur l'épaule du lion d'or, d'un écusson burelé d'or et de sable de dix pièces, au crancelin de sinople, brochant en bande sur le tout. Cet écusson saxon, qui avait été adopté en 1425 par la maison de Wettin comme symbole de leur dignité électorale, figurait sur le blason royal de Belgique jusqu'après la Première Gerre mondiale. Aucun texte n'avait expressément confirmé cet abandon de l'écusson saxon mais il ne figurait plus depuis lors dans les armoiries royales. L'arrêté royal du rétablit ainsi une longue tradition en rétablissant l'écusson saxon dans les armoiries royales.

Une seconde consiste en la mention de la devise de la Belgique : L'union fait la force dans les trois langues nationales du pays (jusqu'alors, elle n'était mentionnée qu'en français sur le blason).

Par ailleurs, le même arrêté royal prévoit que le roi ou la reine qui a abdiqué porte ces mêmes armes mais chargées d'un lambel à trois pendants de gueules, surchargé de la couronne royale.

Généalogie des chefs de la branche belge de la maison de Saxe-Cobourg et Gotha

De Léopold Ier à Philippe, sept rois des Belges se sont succédé.

Membres de la maison par souverain

Léopold Ier

Fils du duc François de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1750-1806) et de la comtesse Augusta Reuss d'Ebersdorf (1757-1831), le prince Léopold de Saxe-Cobourg-Saafeld devient en 1831 le premier souverain belge sous le nom de Léopold Ier. Léopold Ier (alors prince) épouse, le , la princesse Charlotte de Galles qui mit au monde un garçon mort-né le et décéda en couches le lendemain. En secondes noces, il épouse, le , la princesse Louise d'Orléans, qui donne à la dynastie quatre enfants[10].

Léopold II

Deuxième fils du roi Léopold Ier (1790-1865) et de la princesse Louise d'Orléans (1812-1850), le duc de Brabant devient en 1865 le deuxième souverain belge sous le nom de Léopold II. Léopold II (alors duc) épouse, le , l'archiduchesse Marie-Henriette d'Autriche, avec qui il a quatre enfants[11].

Le prince Albert, fils du comte de Flandre et neveu de Léopold II, devient le roi Albert Ier à la mort de son oncle, qui n'a pas de postérité mâle et légitime.

Albert Ier

Second fils de Philippe de Belgique (1837-1905), comte de Flandre et de la princesse Marie de Hohenzollern-Sigmaringen (1845-1912), le prince Albert devient en 1909 le troisième souverain belge sous le nom d'Albert Ier. Albert Ier (alors prince) épouse, le , la duchesse Élisabeth en Bavière, avec qui il a trois enfants[12].

Léopold III

Fils du roi Albert Ier (1875-1934) et de la duchesse Élisabeth en Bavière (1876-1965), le prince Léopold, duc de Brabant devient en 1934 le quatrième souverain belge sous le nom de Léopold III. Léopold III (alors prince) épouse, le , la princesse Astrid de Suède, avec qui il a trois enfants[13].

Le , le roi Léopold épouse la roturière Liliane Baels qu'il titre « princesse de Réthy ». Le couple a trois enfants.

Baudouin

Premier fils du roi Léopold III (1901-1983) et de la princesse Astrid de Suède (1905-1935), le prince Baudouin devient en 1950 le roi Baudouin. Baudouin épouse, le doña Fabiola de Mora y Aragón, avec qui il n'a pas d'enfant[14].

Le prince Albert, prince de Liège, deuxième fils de Léopold III, devient à la mort de son frère Baudouin le roi Albert II.

Albert II

Deuxième fils du roi Léopold III (1901-1983) et de la princesse Astrid de Suède (1905-1935), le prince Albert devient en 1993 le roi Albert II. Albert épouse, le Paola Ruffo di Calabria, avec qui il a trois enfants[15],[16],[17].

Philippe

Premier fils du roi Albert II (1934) et de Paola Ruffo di Calabria (1937), le prince Philippe devient roi des Belges en 2013. Philippe épouse, le Mathilde d'Udekem d'Acoz, avec qui il a quatre enfants[18],[19].

Notes

    Références

    1. « Gabriel de Belgique, Prince de Belgique », sur Point de vue,
    2. « La branche à laquelle appartenait le futur Léopold Ier a régné sur un duché composé des territoires de Cobourg et de Saalfeld, puis après un échange territorial dynastique, de ceux de Cobourg et de Gotha. […] Cet échange territorial n'ayant eu lieu qu'en [1826], le changement patronymique qui en résultat pour Léopold Ier et sa famille (Saxe-Cobourg-Saalfeld devenant Saxe-Cobourg-Gotha) n'était pas encore bien assimilé à l'époque de la rédaction de la constitution belge en [1831], raison pour laquelle on y mentionna le patronyme incomplet de Saxe-Cobourg (Constitution, art. 85, al. 1). », cf. Pierre-Yves Monette, Métier de Roi : Famille, Entourage, Pouvoir, de A à Z, Bruxelles, Alice Éditions, , 256 p. (ISBN 2-930182-51-2), « S - Saxe-Cobourg-Gotha », p. 185 et 195.
    3. « Suite à la Première Guerre mondiale, le roi Albert ne désira plus faire usage de ces titres allemands [duc en Saxe, prince de Saxe-Cobourg et Gotha]. Cette décision n'a jamais été entérinée officiellement. Il s'agit juste d'une décision verbale du souverain le , notifiée au ministre des Affaires étrangères par le chef de cabinet du roi. », cf. Valentin Dupont, « Les titres de la famille royale belge », sur Royalement Blog, (consulté le 22 décembre 2018).
    4. Patrick ROEGIERS, La spectaculaire histoire des rois des Belges, Perrin, coll. « Tempus », (ISBN 978-2-262-07112-7, lire en ligne), chap. 23 (« Le « roi-chevalier » n'est pas un héros ») :
      « Il [Albert Ier] décide le 22 avril 1921 de ne plus porter ses titres de comte de Saxe et prince de Saxe-Cobourg-Gotha, mais n’abandonne pas ses qualités et titres officiels allemands, tout comme Elisabeth garde son titre de duchesse en Bavière. Leur fils, Léopold III, les reprendra plus tard, ces titres n’ayant pas été juridiquement supprimés. »
    5. Arrêté royal du 12 novembre 2015 relatif à l'octroi du titre de prince ou princesse de Belgique Lire en ligne
    6. R. T. L. Newmedia, « La famille royale s'appelle à nouveau Saxe-Cobourg: pourquoi est-ce bientôt la fin des "de Belgique"? », sur RTL Info (consulté le 25 février 2020)
    7. « La famille royale s’appelle à nouveau de Saxe-Cobourg », sur Le Soir Plus, (consulté le 25 février 2020)
    8. La Libre.be, « Famille royalement de Belgique et Saxe-Cobourg », sur www.lalibre.be, (consulté le 25 février 2020)
    9. « Patronyme Saxe-Cobourg – Noblesse & Royautés », sur www.noblesseetroyautes.com (consulté le 25 février 2020)
    10. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 283
    11. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 284-286
    12. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 288-289
    13. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 289-292
    14. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 291
    15. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 293-295
    16. « La princesse Astrid », sur Monarchie belge (consulté le 17 août 2013)
    17. « Le prince Laurent », sur Monarchie belge (consulté le 17 août 2013)
    18. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 293 et 294
    19. « Le roi Philippe », sur Monarchie belge (consulté le 17 août 2013)

    Bibliographie

    Sur la famille

    • Chantal de Badts de Cugnac et Guy Coutant de Saisseval, Le Petit Gotha, Paris, Éditions Le Petit Gotha, coll. « Petit Gotha », (1re éd. 1993), 989 p. (ISBN 2-9507974-3-1), p. 279 et seq. (section « Maison royale de Belgique »)

    Sur la monarchie

    • Roger Harmignies, « Les titres des membres de la maison royale de Belgique » in Antonin de Selliers de Moranville, A. van Langenhove et Roger Harmignies, Recueil de l’Office généalogique et héraldique de Belgique, t. VI, Bruxelles, Office généalogique et héraldique de Belgique, (OCLC 834797373)

    Sur l'héraldique

    • Robert Matagne, L’évolution du blason de la maison royale de Belgique de 1880 à nos jours, Luxembourg, Conseil héraldique du Luxembourg, s.d., 99 p. (notice BnF no FRBNF33093176)
    • Roger Harmignies, « Héraldique de la maison royale de Belgique » in Lucien Fourez, Pierre Dubuisson, Louis Robyns de Schneidauer et Roger Harmignies, Recueil de l’Office généalogique et héraldique de Belgique, t. V, Bruxelles, Office généalogique et héraldique de Belgique, (OCLC 834798496)

    Annexes

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail de la généalogie
    • Portail de la monarchie
    • Portail de la Belgique
    • Portail de l’histoire
    • Prénoms, noms de famille et anthroponymie
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.