Maladie de Horton

La maladie de Horton (ou artérite giganto-cellulaire) est une maladie inflammatoire des vaisseaux. Cette maladie touche particulièrement les sujets âgés. Elle est connue aussi sous le nom d'artérite temporale, du fait que cette artère (temporale superficielle) est souvent affectée au cours de la maladie.

Pour les articles homonymes, voir Horton.
Maladie de Horton
Les artères de la face et du cuir chevelu.
Spécialité Immunologie et rhumatologie
CISP-2 K99
CIM-10 M31.5-M31.6
CIM-9 446.5
OMIM 187360
DiseasesDB 12938
MedlinePlus 000448
eMedicine 1147184 et 332483
eMedicine neuro/592 
MeSH D013700
Médicament Prednisone, méthotrexate, prednisolone, tocilizumab et sumatriptan
Patient UK Giant-cell-arteritis-temporal-arteritis-pro

Mise en garde médicale

Historique et épidémiologie

Dès le Xe siècle, Ali Ibn Isa de Bagdad décrit l'association d’une cécité et d’une artérite temporale. Ensuite Hutchinson, en 1890, fait la première description clinique de l’artérite gigantocellulaire. Enfin en 1932, Bayard Taylor Horton et Thomas B. Magath font la description histopathologique de l’artérite temporale à cellules géantes à propos de deux cas.

La maladie de Horton ou artérite gigantocellulaire  c’est le terme retenu dans les publications internationales  est une artériopathie inflammatoire chronique du sujet âgé de plus de 50 ans. C'est la plus fréquente des vascularites chez les sujets d'origine européenne, son incidence est évaluée à une vingtaine de cas par an pour 100 000 habitants de plus de 50 ans[1],[2] (elle est plus élevée dans les pays scandinaves[3]). L’âge moyen de survenue de cette maladie est 71 ans. L’incidence augmente avec l’âge : 90 % des sujets atteints ont plus de 60 ans. Les sujets d'origine asiatique et africaine sont rarement atteints. Il existe une prédominance féminine marquée : deux femmes pour un homme.

Anatomopathologie

1: artère temporale superficielle ; 2 : artère frontale ; 3 : artère pariétale

Sur le plan histopathologique, il s’agit d’une panartérite (atteinte des trois tuniques de la paroi des artères) segmentaire et plurifocale à cellules géantes. La paroi des artères atteintes présente trois types de lésions associées ou non à la présence de cellules géantes :

La présence de l’infiltrat leucocytaire est constatée pour la majeure partie des vascularites. Par ailleurs une élévation du taux d’acide ribonucléique messager (ARNm) codant des cytokines (IL-2, IFN-gamma et IL-1-alpha) a été montrée à la fois dans des cas de maladie de Horton et dans des pseudopolyarthrites rhizoméliques (PPR). Malgré ces connaissances l’étiopathogénie de la maladie de Horton demeure inconnue.

Macroscopiquement la maladie de Horton atteint les artères de moyen et de gros calibre, principalement les branches de la carotide externe, avec une affinité particulière pour l’artère temporale superficielle.

Présentations cliniques

La forme complète et typique de la maladie de Horton comprend :