Malamir (khan)

Malamir ((bg) Маламир), aussi Malomir ou Baldimir (? – 836) fut khanas (knyaz) des Bulgares de 831 à 836.

Pour les articles homonymes, voir Malamir.
Malamir
Biographie
Naissance
Date inconnue
Décès
ou
Père
Fratrie
Zvinitsa (en)

Malamir était le fils de Omourtag, et le petit-fils de Krum. Son nom est parfois considéré comme d'origine slave, spéculant sur le fait que sa mère serait slave. Malamir devint prince de Bulgarie en 831 à la mort de son père Omourtag, son frère aîné Enravota (en) (ou Voin) ayant perdu ses droits de succession en devenant chrétien. D'ailleurs vers 833, Malamir fit exécuter ce dernier, au motif qu'il refusait d'abjurer sa foi chrétienne.

Il est possible que Malamir étant jeune et inexpérimenté lors de son accession au pouvoir, les affaires de l'état furent gérées dans un premier temps par son ministre (kaukhanos) ("ko-kanas") Isbul (en). En 836, date de l'expiration du traité de paix de 20 ans avec l'Empire byzantin, l'empereur byzantin Théophile ravagea les régions à l'intérieur de la frontière bulgare. Les Bulgares en représailles, sous la conduite d'Isbul, atteignirent Adrinople. Ils annexèrent aussi Philippopolis (Plovdiv) et ses environs. Plusieurs inscriptions monumentales dans la région de Pliska, font état de ces victoires bulgares, pour les unes, et des activités de construction sous le règne de Malamir, pour les autres. Malamir mourut en 836, prétendument comme rétribution pour l'exécution de son frère aîné. Son neveu Pressian Ier lui succéda.

Voir aussi

Références

  • Jordan Andreev, Ivan Lazarov, Plamen Pavlov, Koj koj e v srednovekovna Bălgarija, Sofia 1999.
  • (primary source), Bahši Iman, Džagfar Tarihy, vol. I, Orenburg 1997.
  • Collier's Encyclopedia, vol. 4, p. 711.
  • Christian Settipani, Continuité des élites à Byzance durant les siècles obscurs. Les Princes caucasiens et l'Empire du VIe au IXe siècle, 2006 [détail des éditions].
  • Portail du monde byzantin
  • Portail du Haut Moyen Âge
  • Portail de la Bulgarie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.