Marie-Angélique de Mackau

Angélique Charlotte de Mackau, dite Marie-Angélique de Mackau (1762-1800), fille de Louis Eléonor de Mackau (1727-1767), gentilhomme alsacien, et de Marie-Angélique de Fitte de Soucy (1723-1801), fut dame de compagnie d'Élisabeth de France (1764-1794), sœur de Louis XVI.

Marie-Angélique de Mackau
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marie-Angélique Charlotte de Mackau
Époque
Nationalité
Activités
Mère
Fratrie
Renée Suzanne de Mackau
Armand Louis de Mackau (d)
Conjoint
Enfants

Biographie

Angélique fut orpheline de père dès l'âge de 5 ans. Sans fortune, sa mère souhaitait la placer dans la Maison de Saint-Cyr, pensionnat pour jeunes filles nobles sans fortune fondé par la marquise de Maintenon, mais ayant été nommée en 1771 sous-gouvernante des enfants de France, elle partit à Versailles avec sa fille Angélique, qui fut ainsi élevée avec Madame Élisabeth, sœur du roi Louis XVI, sa cadette de deux ans. Une profonde amitié lia la petite Angélique à la princesse, qui se « l'attacha ». Parvenue à l'âge d'avoir sa propre maison en 1779, la princesse Elisabeth voulut qu'Angélique fût sa dame d'honneur.

Angélique épousa par amour, le à Saint-Cyr-l'École, Marc-Marie de Bombelles (1744-1822), ambassadeur de France auprès de la Diète impériale de Ratisbonne. La dot d'Angélique avait été constituée par la princesse Elisabeth, qui surnomma ensuite affectueusement son amie « Bombe ».

À la Révolution, le couple émigra et vécut douloureusement la déchéance de la monarchie, puis le supplice des membres de la famille royale, notamment celui de Madame Elisabeth qui fut guillotinée le .

Le frère d'Angélique, Armand Louis de Mackau (1759-1827), se rallia à la République française. Il fut par la suite ambassadeur à Stuttgart et à Naples.

Angélique mourut le à Brünn (aujourd'hui Brno), à l'âge de 38 ans. Son mari se fit prêtre en 1803, fut nommé évêque d'Amiens sous la Restauration et décéda en 1822.

Descendance

Le couple eut plusieurs enfants, dont :

Sources et bibliographie

  • Marc Marie, marquis de Bombelles (1744-1822), et Angélique, marquise de Bombelles (1762-1800), Que je suis heureuse d'être ta femme : Lettres intimes, Evelyne Lever, Editions Tallandier, Paris, 2009
  • Marc Marie, marquis de Bombelles (1744-1822), Journal du marquis de Bombelles, Jean Grassion et Frans Durif, Éditions Droz, Genève, 1977-1993

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail du XVIIIe siècle
  • Portail de la Révolution française
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.