Marie Madoé Sivomey

Marie Madoé Sivomey, née Marie Madoé Gbikpi–Benissan le à Aného, morte le à Lomé, est une fonctionnaire et une femme politique togolaise, première femme maire du Togo et plus précisément de la capitale de ce pays, de 1967 à 1974.

Marie Madoé Sivomey
Fonction
Maire
Lomé
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 85 ans)
Lomé
Nom de naissance
Marie Madoé Gbikpi
Nationalité
Activités

Biographie

Elle naît en 1923 dans une famille chrétienne à Aného, ville du Sud-Est du Togo, à 50 kilomètres de Lomé, au sein de la Région maritime, centre spirituel du peuple Guin-Mina. Son frère, Jean Kuassi Gbikpi, sera ultérieurement archevêque émérite de Lomé. Elle effectue sa scolarité primaire sur place puis à Porto-Novo au Bénin. Elle fréquente ensuite le Cours complémentaire de Lomé[1].

Embauchée par l’administration coloniale française, elle travaille de 1940 à 1945 au Service des Finances. Puis, dans le cadre de l’Afrique occidentale française (AOF) elle poursuit ce travail au sein de la direction des finances de 1945 à 1953, et au Service des contributions directes de Bobo-Dioulasso. Rentrée définitivement au Togo, pays indépendant en 1960, elle apporte son concours pendant deux ans, de 1960 à 1962, à la direction des Contributions directes. Puis elle exerce comme Secrétaire d’administration en chef et enfin Directrice des Affaires sociales à partir de 1963[1]. En parallèle, elle devient en 1961 la première Togolaise à participer à une session de l’Assemblée générale des Nations Unies, et est également membre de différentes délégations togolaises à des colloques et congrès[2].

Suite à un coup d'état militaire en janvier 1967 puis à l'accession à la présidence de Gnassingbé Eyadema, toutes les instances élues sont dissoutes en 1967, les partis politiques interdits et l’administration des communes devient du ressort de « délégations spéciales ». Dans ce contexte tendu, Marie Madoé Sivomey est désignée le à la tête de la mairie de Lomé, en tant que personnalité de la société civile expérimentée[1]. « Parmi les potentiels candidats au poste de maire, j’étais la plus rodée aux rouages de l’administration pour avoir préalablement dirigé les services sociaux », précise-t-elle[2]. Elle le reste jusqu'au [3],[4].

Elle meurt le , à Lomé, à 87 ans[3].

Références

  1. « Marie Madoé Sivomey : une femme exemplaire », Le Togolais, (lire en ligne)
  2. « Célébration de la journée de la femme africaine », sur fofomag.com,
  3. Napo N'Ouitcha et Léopold Kakaye, Histoire politique et administrative du Togo: Regard sur un nationaliste de la première heure, Éditions L'Harmattan, (lire en ligne), p. 16
  4. « Élection d'une femme maire de la capitale : le Togo fait mieux que le Sénégal », sur L-frii.com,
  • Portail de la politique
  • Portail du Togo
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.