Marthe Wéry

Marthe Wéry, peintre belge, née à Etterbeek le , morte le .

Pour les articles homonymes, voir Wéry.
Marthe Wéry
Naissance
Décès
(à 74 ans)
Bruxelles
Nationalité
Activité

Biographie

Marthe Wéry fut professeur de peinture à l’Institut Saint-Luc à Bruxelles.

Elle avait étudié une année (1952) à Paris à la Grande Chaumière et s’était spécialisée en gravure à l’Atelier 17 avec Stanley William Hayter (1966). Elle pratiquait l’eau-forte et l’aquatinte. Sa première exposition personnelle eu lieu en 1965 à la galerie Saint-Laurent à Bruxelles. Après avoir présenté ses travaux à Gand, Bruxelles, Cologne, Amsterdam, à la Biennale de Venise de 1982, au Musée d'art contemporain de Montréal, elle bénéficie en 1988 d’une exposition personnelle à Lyon : « La couleur seule, l’expérience du monochrome » . Ce sont précisément ses monochromes qui l’ont fait connaître auprès du public international.

Simultanément fascinée par les expériences de Kasimir Malevitch et de Mondrian, par les écrits du peintre polonais Wladyslaw Strzeminski qui laissent ouverte la question de l’œuvre, de son unité, de sa construction, Marthe Wéry situait son travail au seuil critique de la modernité. Le minimalisme américain qu’elle découvrit lors d’un voyage aux États-Unis l’avait aussi influencée durablement. « Tout mon travail, disait-elle, est une recherche élémentaire de vivre la surface. Élémentaire, c’est-à-dire rechercher l’essentiel par son minimum. »

Cette inlassable recherche la pousse très tôt à abandonner toute référence figurative pour produire des œuvres abstraites où le monochrome et la répétition dominent sous forme de damiers et de trames lignées. Elle a exploité avec rigueur toutes les possibilités de la surface et de la couleur recherchée tour à tour pour son opacité ou pour sa transparence. Volontiers séduite par la série, en peinture comme en gravure, elle a su en exploiter l’aspect monumental par de vastes compositions modulant l’espace.

À partir de 1985, de nombreuses commandes publiques lui furent confiées. Elle a réalisé des œuvres pour la Clinique Universitaire du Sart Tilman à Liège, pour la station de métro Albert à Bruxelles, ainsi que des vitraux pour la collégiale de Nivelles.

En 2002, une série de peintures de Marthe Wéry est inaugurée au palais royal de Bruxelles par les souverains. La reine Paola avait créé un comité artistique chargé d'intégrer l'art contemporain belge au sein du bâtiment construit au XIXe siècle. Marthe Wéry a été choisie avec Jan Fabre, Dirk Braeckman et Patrick Corillon. Ses peintures ornent le couloir du rez-de-chaussée qui mène au bureau privé du Roi et sont visibles gratuitement lors de l'ouverture du palais royal au public chaque été.

« Il n'y a pas à parfaire, mais toujours à compléter, à poursuivre. »

Œuvres

Expositions

  • - : rétrospective au BPS22, Musée d’art de la Province de Hainaut, installé à Charleroi et qui possède un fonds important d'œuvres de Marthe Wéry[1].

Distinction

En 2004, elle devient commandeur de l'Ordre de Léopold.

Notes et références

  1. Pascal Goffaux, « Le BPS22 rend un bel hommage à Marthe Wéry », sur rtbf.be, (consulté le 1er octobre 2017)

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

  • Portail de l’art contemporain
  • Portail de la peinture
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.