Martkopi

Martkopi (en géorgien მარტყოფი, parfois transcrit Martqopi) est une commune dans le district (raion) de Gardabani, sur le versant gauche de la chaîne montagneuse du Yalno, dans les gorges des rivières Alikhevi et Tevali. Le village est à une altitude de 770 m, à 55 km de Gardabani et 12 km de Vaziani (la station ferroviaire la plus proche). Selon le recensement de 2002, le village est peuplé de 7 666 habitants.

Martkopi
მარტყოფი

tour de l'ermite Antoine
Administration
Pays Géorgie
Subdivision district (raion) de Gardabani
Indicatif téléphonique +995
Démographie
Population 7 397 hab. (2014[1])
Géographie
Coordonnées 41° 47′ 01″ nord, 45° 01′ 00″ est
Altitude 770 m
Histoire
Statut Commune
Ancien(s) nom(s) Akriani
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Géorgie
Martkopi
Géolocalisation sur la carte : Géorgie
Martkopi

    Histoire

    Le territoire a été habité dès les Ier et IIe siècles. Jusqu'au VIe siècle, le nom du lieu est Akriani. L’appellation actuelle Martkopi viendrait de l'ermite assyrien (en) Anton Martkopeli (martomkopeli en géorgien signifie quelqu'un qui vit isolé).

    Une cathédrale s'établit là au XIIIe siècle, et devient au XVe siècle le centre d'un sadrosho (unité administrative médiévale en Géorgie relative à la levée de l'armée).

    En 1625 Martkopi est le siège d'une bataille entre les forces géorgiennes et les Séfévides.

    Martkopi rayonne aussi comme un centre culturel : y sont liés par exemple des poètes géorgiens tels Nikolos Tcherkessichvili (XVIIe et XVIIIe siècles), Ioan Khoboulachvili et Stefane Djorjadze ((XVIIIe siècle)).

    Non loin du village, dans les montagnes d'Oulévi, les archéologues ont découvert des tombes de l'époque du bronze. Dans le village même ce sont des pièces de monnaies parthes.

    On remarque aussi à Martkopi les ruines de l'église à coupole construite en 1810 par l'évêque de Roustavi Stefane II. Quelques châteaux d'autres familles, remontant au XVIIIe siècle sont aussi dignes d'intérêt, ainsi que le monastère de Ghvtaeba qui remonte aux Ve et VIe siècles.

    Le monastère de Martkopi-Ghvtaeba vu de la tour de saint Antoine l'ermite


    Notes et références

    1. « მოსახლეობის საყოველთაო აღწერა 2014 », საქართველოს სტატისტიკის ეროვნული სამსახური, ნოემბერი 2014 (consulté en 26 ივლისი 2016)

    Bibliographie

    • (ka) Matiashvili A., Menabde L., Sagharadze Sh., Georgian Soviet Encyclopedia, (1983) volume 6, page 462, Tbilissi.
    • Portail de la Géorgie
    • Portail de l’archéologie
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.