Mathieu Kérékou

Mathieu Kérékou, né le à Kouarfa, non loin de Natitingou (ex-colonie du Dahomey), et mort le à Cotonou (Bénin)[1], est un homme d'État béninois. Proclamé après un coup d'état président de la République du Dahomey, puis de la République populaire du Bénin du au , il est ensuite élu président de la République du Bénin du au , date à laquelle il cède démocratiquement le pouvoir.

Mathieu Kérékou

Mathieu Kérékou, en 2006.
Fonctions
Président de la République du Bénin

(10 ans et 2 jours)
Élection
Réélection
Premier ministre Adrien Houngbédji
Prédécesseur Nicéphore Soglo
Successeur Thomas Boni Yayi
Président de la République populaire du Bénin[N 1]

(18 ans, 5 mois et 9 jours)
Premier ministre Nicéphore Soglo
Prédécesseur Justin Ahomadegbé
Successeur Nicéphore Soglo
Biographie
Nom de naissance Mathieu Kérékou
Date de naissance
Lieu de naissance Kouarfa (Bénin, ex-colonie du Dahomey)
Date de décès
Lieu de décès Cotonou (Bénin)
Nationalité béninoise
Parti politique Parti de la révolution populaire du Bénin,
Front d'action pour le renouveau et le développement
Religion Évangélisme
Résidence Palais de la Marina

Présidents de la République populaire du Bénin
Présidents de la République du Bénin

Vie militaire

Après avoir étudié dans des écoles militaires au Mali et au Sénégal, Mathieu Kérékou sert d'abord dans l'armée française, puis dans l'armée du Dahomey, où il obtient le grade de major. Il prend le pouvoir lors d'un coup d'État le , à la suite duquel il fait mettre en prison les trois précédents présidents. En 1975, il renomme le pays République populaire du Bénin et met en place un gouvernement marxiste-léniniste, surveillé par le Conseil national de la révolution (CNR). Il mène une politique de répression contre tous les opposants au régime et surtout contre les intellectuels, dont beaucoup ont dû se réfugier à l'étranger. Il entreprend parallèlement une vague de nationalisations de banques et de l'industrie pétrolière.

Carrière politique

Mathieu Kérékou en 1976.

Mathieu Kérékou est une première fois le chef de l'État béninois du au . Le , il prend le pouvoir à la faveur d'un coup d'État, lorsque l'armée dissout le Conseil présidentiel ainsi que l'Assemblée nationale. Le coup d’État ne fait aucune victime[2]. En 1974, il adopte le marxisme-léninisme comme idéologie officielle de gouvernement, et fonde le Parti de la révolution populaire du Bénin, destiné à gouverner en tant que parti unique. Le « marxisme-léninisme » dont se revendique le gouvernement ne connait cependant pas véritablement de traduction dans la pratique, l'économie étant essentiellement confiée au secteur privé et à des entreprises étrangères[3]. Un an plus tard, le pays abandonne le nom officiel de République du Dahomey pour adopter celui de République populaire du Bénin. Dans les années 1980, la situation économique du Bénin devient critique, et le pays doit négocier des accords contraignants, notamment avec le FMI. Dans le contexte de la mutation démocratique de l'Europe de l'Est, Mathieu Kérékou comprend peu à peu que le temps est venu de procéder à une évolution politique de son pays. Fin 1989, il accepte de convoquer une "Conférence Nationale" destinée à établir de nouvelles institutions. Il doit pour cela se libérer des contraintes que font peser sur lui les cadres de son parti. Kérékou est ainsi le premier président du continent à ouvrir la voie au multipartisme sous la pression des événements, après avoir dirigé le pays pendant 18 ans de manière autoritaire. En , la Conférence Nationale décide de changements drastiques (période de transition d'un an puis élections libres, nomination d'un Premier Ministre etc.). Mathieu Kérékou, le jour de la clôture de la Conférence en accepte toutes les conclusions. Il laisse un pays en mauvais état économique, mais vient de démontrer qu'il avait su engager avec habileté un processus démocratique, le premier en Afrique. Nombreux ont été les Béninois à encourager et imaginer les conditions politiques de cette évolution qui eût pu, si elle avait été mal préparée, conduire au chaos. À cet égard, il faut souligner le rôle exceptionnel de l'Archevêque de Cotonou Isidore de Souza[réf. nécessaire]. Et quelques mois plus tard, lors de son discours de La Baule, François Mitterrand prendra l'exemple du Bénin pour encourager le continent africain à entamer les mutations politiques souhaitables.

Il est battu lors de l'élection présidentielle de 1991 par Nicéphore Soglo. Durant sa traversée du désert politique, il renonce à l'athéisme et devient pasteur évangélique[4]. Puis, il revient au pouvoir à la suite d'élections démocratiques le ; il est réélu en mars 2001. Il n'a pas pu se représenter à la fin de son mandat en 2006.

En , il rassemble dans la Convention pour le Bénin du futur une coalition gouvernementale hétéroclite comprenant le Parti du renouveau démocratique (PRD) du très libéral Adrien Houngbédji (Premier ministre et porte-parole du gouvernement), et le Front de lutte pour une alternative démocratique en Afrique (Adema) du social-démocrate Bruno Amoussou (président de l'Assemblée nationale)[3].

Durant ses deux mandats de 1996 à 2006, le président Kérékou a respecté de manière stricte la séparation des pouvoirs. Ainsi, la liberté de presse sous le général Kérékou a permis au Bénin de se hisser au premier rang au niveau africain, et 25e sur le plan mondial[5]. Contrairement à d'autres chefs d'État africains, sous la pression des médias, des intellectuels et de l'opinion publique, Kérékou n'a pas pu modifier la Constitution qui limite l'âge auquel il est possible d'accéder à la présidence ainsi que de briguer plus de deux mandats. Nicéphore Soglo subit la même contrainte d'âge.

Peu avant le scrutin et après les résultats du premier tour, Kérékou a laissé planer un doute sur sa régularité, non confirmé par les observateurs internationaux, ce qui pourrait laisser suggérer quelques réticences de Kérékou à abandonner le pouvoir. Néanmoins, les élections de se déroulent normalement, et l'élection de Thomas Boni Yayi met fin à vingt huit années de pouvoir de Mathieu Kérékou.

Distinctions

Notes et références

Notes

  1. Président du Conseil présidentiel de la République du Dahomey du au . Puis président du Conseil présidentiel de la République populaire du Bénin du au . Enfin, président de la République populaire du Bénin du au .

Références

Annexes

Bibliographie

Monographies

  • Philippe Akpo, Mathieu Kérékou: mythe et réalité : Essai biographique, Cotonou, édition du Flamboyant, , 248 p. (ISBN 978-99919-5904-7).
  • Richard Banegas, La Démocratie à pas de caméléon : Transition et Imaginaires politiques au Bénin, Karthala, coll. « Recherches internationales », , 496 p. (ISBN 2845863969).
  • Jean Establet, Mathieu Kérékou, l'inamovible président du Bénin, Paris, L'Harmattan, , 262 p. (ISBN 2738457258).

Articles et chapitres

  • Stéphane Bolle, « La conditionnalité démocratique dans la politique africaine de la France », Afrilex, Revue d’étude et de recherche sur le droit et l’administration dans les pays d’Afrique, (lire en ligne, consulté le 24 février 2019).
  • Emmanuelle Kadya Tall, « De la démocratie et des cultes voduns au Bénin », Cahiers d'études africaines, vol. La démocratie déclinée, no 137, , p. 195-208 (lire en ligne, consulté le 24 février 2019).
  • Cédric Mayrargue, « "Le caméléon est remonté en haut de l'arbre": le retour au pouvoir de monsieur Kérékou au Bénin », Politique africaine, no 62, , p. 124-131 (lire en ligne, consulté le 24 février 2019).
  • Cédric Mayrargue, « Les Élites politiques béninoises au temps du Renouveau démocratique », dans Jean-Pascal Daloz (dir.), Le (Non-) Renouvellement des élites en Afrique subsahérienne, Talence, Centre d'étude d'Afrique noire (Université Montesquieu), , 33-56 p. (ISBN 2-908065-48-7).
  • Camilla Strandsbjerg, « Continuité et rupture dans les représentations du pouvoir politique au Bénin entre 1972 et 2001 », Cahiers d'études africaines, vol. 45, no 177, , p. 71-94 (lire en ligne, consulté le 24 février 2019).
  • (en) Camilla Strandsbjerg, « Kérékou, God and the Ancestors : Religion and the Conception of Political Power in Benin », African Affairs, no 99, , p. 395-414.
  • Théophile E. Vittin, « Le Bénin à l'Heure du renouveau démocratique », Politique africaine, no 38, , p. 138-142 (lire en ligne, consulté le 24 février 2019).

Liens externes

  • Portail de la politique
  • Portail du Bénin
  • Portail du communisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.