Maurice Halbwachs

Maurice Halbwachs est un sociologue français de l'école durkheimienne né à Reims le et mort en déportation à Buchenwald le .

Pour les articles homonymes, voir Halbwachs.
Maurice Halbwachs
Fonction
Président
Institut français de sociologie
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 68 ans)
Buchenwald
Nationalité
Formation
Activités
Père
Gustave Halbwachs (d)
Fratrie
Jeanne Alexandre (d)
Enfants
Francis Halbwachs
Pierre Halbwachs (d)
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Maître
Lieu de détention
Distinctions

Il est l'auteur d'une thèse sur « La classe ouvrière et les niveaux de vie ». Les Cadres sociaux de la mémoire, son œuvre la plus célèbre, étudie le concept de mémoire collective, qu'il a créé.

Biographie

Famille et formation

Halbwachs est le fils de Gustave Halbwachs[1], professeur d’allemand au lycée de Reims. Il est élève à l’École normale supérieure (promotion 1898), disciple d'Émile Durkheim (il entre dans l'équipe de L'Année sociologique en 1905, probablement grâce à François Simiand), il est agrégé de philosophie (reçu troisième en 1901)[2], docteur en droit (1909) et en lettres, avec une thèse sur « Quetelet et la statistique morale », et une autre sur « La classe ouvrière et les niveaux de vie » (1913).

Il enseigne à Constantine de à , puis à Montpellier de mai à [réf. nécessaire]. De 1902 à 1908, il se met en congé pour reprendre ses études de droit, il est lecteur à l'université de Göttingen, où il séjourne en 1904, pour s'occuper des papiers de Leibniz[réf. nécessaire]. En 1909 il voyage à Berlin, où il est correspondant de L'Humanité mais, après un article relatant la répression d'une grève par la police, il est expulsé[réf. nécessaire]. Il est professeur au lycée de Reims de 1908 à 1909, et à Tours de 1910 à 1914.

Il épouse en deuxièmes noces Yvonne Basch, fille de Victor Basch, cofondateur avec Ludovic Trarieux et Lucien Herr puis président de la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen. Ensemble, ils auront deux fils : Pierre et Francis.

Carrière universitaire

Envoi autographe de Georges Dumézil à Maurice Halbwachs.
Fonds Maurice Halbwachs de la Bibliothèque de sciences humaines et sociales Paris Descartes-CNRS.

Il est professeur de philosophie au lycée Henri-Poincaré de Nancy (1914-1918). Mobilisé, il travaille au ministère de l'Armement avec Albert Thomas de à . Il est nommé maître de conférences de philosophie à la faculté de lettres de Caen puis, en 1919, professeur de sociologie à la faculté de Strasbourg redevenue française. Il y côtoie les historiens Lucien Febvre et Marc Bloch, mais aussi le psychologue Charles Blondel, avec qui il entretient des rapports intellectuels étroits mais ambivalents, à la fois amicaux et rivaux.

Il participe en 1930 au troisième cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands[réf. nécessaire], et est visiting professor à l'université de Chicago, où il fait la connaissance de Ernest Burgess et Robert E. Park. En 1935, il obtient une chaire à la Sorbonne.

Halbwachs voyage beaucoup et est nommé président de l’Institut français de sociologie en 1938.

Déporté à Buchenwald

Ses beaux-parents, réfugiés en zone libre, sont exécutés sommairement par la Milice en 1944. Le , il est élu à la chaire de psychologie collective au Collège de France.

En juillet son fils Pierre est arrêté par la Gestapo. Le [3] il est lui aussi arrêté par la Gestapo, interné à Fresnes puis déporté à Buchenwald, où il meurt de la dysenterie.

Jorge Semprún, déporté avec lui, a raconté ses conversations avec le sociologue mourant[4].

Œuvre sociologique

Couverture des Cadres sociaux de la mémoire.

Maurice Halbwachs a été l'auteur de nombreux ouvrages de sociologie. Son œuvre, tout entière dans le sillage d'Émile Durkheim, mais également marquée par l’influence de Henri Bergson dont il a été l’élève, connaît un nouvel intérêt depuis une trentaine d'années ; cela s'est entre autres traduit par la réédition critique des Cadres sociaux par Gérard Namer en 1994.

À Strasbourg, Maurice Halbwachs publie beaucoup. Il contribue à la diffusion des œuvres d'auteurs allemands, anglais, italiens dont Vilfredo Pareto, Corrado Gini, Karl Mannheim, George Herbert Mead, Werner Sombart, Max Weber, Edvard Westermarck, Ernst Cassirer... Il participe avec le mathématicien Maurice Fréchet à l'invention de mesures statistiques et publie Le Calcul des probabilités à la portée de tous.

Il se passionne pour la réflexion méthodologique. Il publie de nombreux articles sur des sujets très divers dont la démographie. Il publie des ouvrages dont une étude sur Les Origines du sentiment religieux d'après Durkheim dans laquelle il défend, face aux enseignants des facultés de théologie de Strasbourg, les thèses de Durkheim sur les fondements des religions dans la « vie sociale ». Il publie aussi une analyse de l'importance des Cadres sociaux de la mémoire dans l'organisation des souvenirs individuels, et une enquête sur les rapports entre l'organisation de l'espace urbain et la place des groupes sociaux intitulée La population et les tracés de voies à Paris, depuis un siècle. Il fait en outre paraître une relecture des Causes du suicide dans laquelle l'analyse de Durkheim se trouve à la fois approfondie (extension du raisonnement sociologique au cas de suicides liés à des pathologies psychiatriques) et invalidée (rejet des suicides anomique et altruiste), grâce à des prospections statistiques plus raffinées.

Halbwachs multiplie les observations et les statistiques sur la situation des classes sociales. Une fois élu à la Sorbonne, il reprend ces données dans son cours sur « Les classes sociales » et s'intéresse tout particulièrement aux ouvriers  sujet qu'il avait déjà traité dans sa thèse de doctorat  dans L'Évolution des besoins dans les classes ouvrières (sa thèse complémentaire portait sur la théorie de l'homme moyen d'Adolphe Quetelet). Pour lui, la caractéristique essentielle de cette classe est d'être « obligée de renoncer, dans leur travail du moins, et pendant qu'ils l'exercent, à la vie sociale même et aux liens sociaux... » À Paris, il rédige une Esquisse d'une psychologie des classes sociales et La Mémoire collective, et publie une étude des variations des spatialisations des souvenirs avec La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte, étude de mémoire collective.

Œuvres

Couverture de Morphologie sociale.
  • Leibniz, Mellotté, 1907
  • « La classe ouvrière et les niveaux de vie: recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines » (thèse de doctorat), Paris, Félix Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1912
  • La Théorie de l'homme moyen : essai sur Quételet et la statistique morale, Paris, Félix Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1913
  • Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Félix Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1925
  • La Population et les tracés de voies à Paris depuis cent ans, PUF, 1928
  • Les Causes du suicide, avant-propos de Marcel Mauss, Alcan, 1930
  • La Statistique en Sociologie, 1935
  • Morphologie sociale, Armand Colin, 1938, prix Fabien de l'Académie française
  • Esquisse d'une psychologie des classes sociales, Paris, Colin, 1938
  • L'Espèce humaine du point de vue du nombre, in Encyclopédie française, tome VII, Paris, 1936 (en collaboration avec Alfred Sauvy)
  • La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte; étude de mémoire collective, 1941
  • Les Classes sociales, 1942
  • Édition commentée du Contrat Social de Rousseau, Aubier 1943
  • La Mémoire collective, 1950

Hommages

Plusieurs lieux portent son nom :

Notes et références

  1. Voir sur cairn.info.
  2. « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 | Ressources numériques en histoire de l'éducation », sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr (consulté le 22 octobre 2016).
  3. Lettre du 27 juillet 1944 d'Yvonne Halbwachs à Edmond Faral. Archives du Collège de France, dossier 16 CDF 182, art. 8.
  4. Voir L'Écriture ou la Vie, Le Travail de l'histoire et Une tombe au creux des nuages, Climats, 2010.

Voir aussi

Bibliographie

  • Michel Amiot, « Maurice Halbwachs, l'invention de la sociologie urbaine » dans Contre l'état, les sociologues. Éléments pour une histoire de la sociologie urbaine en France, 1900-1980, EHESS, 1986, p. 13-33 (ISBN 978-2-7132-0865-2)
  • Christian Baudelot, Marie Jaisson, Maurice Halbwachs, sociologue retrouvé, Collection Figures normaliennes, Éditions Rue d'Ulm, 2007, 168 pages (ISBN 978-2-7288-0387-3)
  • Stephan Egger (Hg.), Maurice Halbwachs- Aspekte des Werks, UVK Verlagsgesellschaft mbH, Konstanz, 2003 (ISBN 3-89669-895-8)
  • Jean-Christophe Marcel, "Mauss et Halbwachs: vers la fondation d’une psychologie collective (1920-1945)”, Sociologie et sociétés, vol. 36, n°2, automne 2004, p. 73-90. Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal. lire en ligne
  • Gilles Montigny, Maurice Halbwachs : Vie, œuvre, concepts, Éditeur : Ellipses Marketing () Collection : Les grands théoriciens (ISBN 2-7298-2341-7)
  • Christian Topalov, Maurice Halbwachs et les villes (1908-1912). Une enquête d'histoire sociale des sciences sociales, Annales, Histoire et sciences sociales, vol. 53, n° 5, 1997, p. 1057-1083
  • Christian de Montlibert (dir.), Maurice Halbwachs 1877-1945, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1997 (ISBN 2-86820-679-4)
  • Christian de Montlibert, Maurice Halbwachs à Strasbourg : une philosophie rationaliste en action, Revue des Sciences Sociales, 2008, n°40, p. 82-93
  • Christian de Montlibert, Une histoire qui fait l'Histoire: la mort de Maurice Halbwachs à Buchenwald, Revue des Sciences Sociales, 2006, n° 35, pp.114-121
  • Bruno Péquignot (dir.), Maurice Halbwachs : le temps, la mémoire et l'émotion, Paris, éditions L'Harmattan, 2007
  • Michel Verret, Lectures sociologiques: Bourdieu, Passeron, Hoggart, Halbwachs, Janet, Le Play, Girard, Naville, Paris, Harmattan, 2009 (ISBN 978-2-296-10391-7)
  • Dietmar Wetzel, Maurice Halbwachs, Konstanz, UVK Verlagsgesellschaft, 2009 (ISBN 978-3-86764-106-7)
  • Annette Becker, Maurice Halbwachs, un intellectuel en guerres mondiales 1914-1945, Paris, Agnès Viénot, 2003 (ISBN 2-914645-46-5)
  • Gérard Namer, Halbwachs et la mémoire sociale, Paris, L’Harmattan, 2000 (ISBN 2-7384-9595-8)
  • Realino Marra, Halbwachs, la memoria collettiva e lo spazio giuridico, in « Sociologia del diritto », XV-1, 1988, pp. 141-50
  • Lorenzo Migliorati, Al falò della vita sociale. Maurice Halbwachs e la sociologia dei consumi, in M. Halbwachs, Come vive la classe operaia. La gerarchia dei bisogni nelle società industriali complesse, a cura di D. Secondulfo e L. Migliorati, Roma, Carocci, 2014, pp. XV-XXXVIII
  • Teresa Grande, Lorenzo Migliorati (a cura di), Maurice Halbwachs. Un sociologo della complessità sociale, Morlacchi, Perugia, 2016 (ISBN 978-8-8607-4797-6)

Liens externes

  • Portail de la France
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de la sociologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.