Max Linder

Gabriel Leuvielle, dit Max Linder (se prononce /linder/), né le au lieu-dit « Cavernes », à Saint-Loubès (Gironde) et mort le [1] à Paris, est un acteur et réalisateur français.

Pour les articles homonymes, voir Linder.
Max Linder
Max Linder en 1914.
Nom de naissance Gabriel Leuvielle
Naissance
Saint-Loubès (France)
Nationalité  Français
Décès
Paris
France
Profession Acteur
Réalisateur
Films notables Sept Ans de malheur,
L'Étroit Mousquetaire

Il fut, en France, l'une des plus grandes vedettes comiques au temps du cinéma muet ; son jeu et ses inventions ont notamment influencé la création du personnage de Charlot (Charlie Chaplin).

Biographie

Jeunesse et débuts

Gabriel Leuvielle, futur Max Linder, naît en 1883 à Cavernes, commune de Saint-Loubès en Gironde. Son père, Jean, dit Marcel Leuvielle, né en 1858, (lui-même fils de marchands d’habits), et sa mère, Suzanne Baron (1860-1958), fille d’un tonnelier, sont vignerons. L'infestation du phylloxéra se propageant dans les vignobles bordelais, ses parents le confient lui et son frère à sa grand-mère maternelle et partent refaire fortune aux Amériques[2].

Après des études au lycée de Talence, le jeune Gabriel Leuvielle entre au Conservatoire de Bordeaux. Il en est renvoyé durant sa deuxième année, après une altercation avec un professeur. Il continue néanmoins de jouer le répertoire classique, sous le pseudonyme de Max Lacerda à la demande de son père. En 1904, il adopte le pseudonyme de Max Linder, choisi au hasard d'une promenade dans les rues de Bordeaux qui l'amène devant la devanture du magasin de chaussures Linder[2]. La même année, il monte à Paris rejoindre un ancien professeur de déclamation qui dirige le théâtre de boulevard l’Ambigu. Il y joue ainsi qu'aux Variétés. Muni d'une lettre de recommandation d'un ami du théâtre de l'Ambigu, il est reçu dans la maison Pathé qui l'engage en 1905 pour « faire du cinématographe » : scénariste, réalisateur, acteur, il tourne alors près d’un film par jour[3]. Cela ne l'empêche pas parallèlement de tenter d'entrer au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, mais il échoue au concours trois années consécutives[2].

Charles Pathé le découvre et l'engage. Son premier court-métrage s'intitule Le Premier cigare d'un collégien (1905). Il tourne quelques drames tels que Les Contrebandiers (1906), La Mort d'un toréador mais le public le préfère dans la comédie où un succès considérable l'attend.

Après quelques sketches burlesques (Un mariage à l'italienne, Les Débuts d'un yachtman et des comédies d'époque comme Dix femmes pour un mari en 1906), il crée le personnage de « Max », jeune dandy élégant, hâbleur, porté sur le beau sexe, toujours mêlé à des aventures loufoques dont il se tire avec brio. Max Linder se dote aussi d'un physique reconnaissable : costumes élégants, avec chapeau haut-de-forme (parfois melon), petite moustache.

Le départ d'André Deed pour l'Italie en 1908, lui donne enfin sa chance et il va rapidement devenir l'acteur de comédies principal aux studios Pathé.

Le succès de « Max »

Max Linder vers 1917.

« Max » naît en 1910, avec Les Débuts de Max au cinéma (mais certains films plus anciens ont été rebaptisés Max...). Dès lors, Max devient une attraction cinématographique de tout premier plan avec une centaine de courts-métrages, comme Comment Max fait le Tour du Monde (1910), Max hypnotisé (1910), Max ne se mariera pas (1910), Max fiancé (1911), Max victime du quinquina (1911), Le Roman de Max (1912), Entente cordiale (1912), Une idylle à la ferme (1912), Les Vacances de Max (1913), Max fait de la photo (1913), Le Duel de Max (1913), Max sauveteur (1914), Max au couvent (1914)… Il est tour à tour escamoteur, professeur de tango, toréador, pédicure, maître d'hôtel, médecin… D'un film à l'autre, il court après une fiancée volage, se fait battre en duel, est victime d'un abus de quinquina, ou se mesure à Nick Winter, le célèbre détective, dans un film coréalisé avec Paul Garbagni.

Avec tous ces films, d'une ou deux bobines, le plus souvent écrits et réalisés par lui-même, Max est un triomphe mondial, la première star internationale de cinéma en 1910 (grâce notamment aux encarts publicitaires de Pathé) quelques années avant qu'Hollywood invente les siennes[4] (Douglas Fairbanks, Florence Lawrence, Florence Turner, Mary Pickford). Charlie Chaplin s'inspire plus tard de Max Linder pour créer son personnage.

Un premier problème de santé, et un accident pendant un tournage (éventration à la suite d'un saut acrobatique en patin à roulettes au Théâtre de la Cigale), l'obligent à s'arrêter plusieurs mois en 1911, mais il revient avec encore davantage de succès. En 1912-1913, il part pour des tournées triomphales à l'étranger, d'abord en Espagne et en Allemagne, où il tourne des scènes qui seront insérées à ses films (Max toréador ou Max, professeur de tango), puis en Russie (Saint-Pétersbourg). Mais c'est surtout la guerre de 1914 qui interrompt cette carrière sans précédent alors que son contrat avec Pathé d'un million de francs prévoit de tourner 150 films sur trois ans, soit un film par semaine. Envoyé au front, gazé, il est définitivement réformé. En 1916, s'estimant rétabli, il signe un contrat mirifique (salaire de 5000 $ par semaine) avec les Studios Essanay de Chicago, que Charlie Chaplin venait de quitter. Mais sa santé encore fragile le trahit et ne lui permet de tourner que trois films sur les douze prévus. Malade, il rentre en France, après un séjour dans un sanatorium de Los Angeles, pour se faire soigner chez lui[2].

Il faut attendre plus d'un an pour qu'il puisse tourner à nouveau, à la demande de son ami Tristan Bernard, pour une adaptation cinématographique du Petit Café, tournée par son fils Raymond Bernard avec l'actrice Jane Renouardt, son égérie (qui épousera plus tard Fernand Gravey). Le film obtient, tant de la critique que du public, un accueil enthousiaste : aux yeux de chacun, Max était de retour !

Le , il inaugure le Ciné Max Linder[2].

Max Linder repart à la fin de l'année 1919 aux États-Unis, à Hollywood, devenue la capitale mondiale du cinéma. Il est tout à la fois producteur, scénariste, metteur en scène et principal interprète des trois longs métrages qu'il produit successivement : Sept ans de malheur, célèbre pour la scène du miroir reprise plus tard par les Marx Brothers, Soyez ma femme, et ce qu'il considérait comme son meilleur film, L'Étroit Mousquetaire...[5]

Cette dernière réalisation à peine terminée, Max, exténué, se voit une nouvelle fois obligé de quitter les États-Unis, et c'est en convalescence à Lausanne qu'il reçoit le télégramme de félicitations de Douglas Fairbanks, lui annonçant le succès du film. Et le « d'Artagnan » de Max bénéficie en France d'un accueil tout aussi chaleureux, bien évidemment. Puis il tourne avec Abel Gance dans Au secours, un film où Max fait le pari de rester au moins une heure dans un château prétendument hanté. Le talent comique de Linder s'y combine avec les effets spéciaux d'un Abel Gance cherchant toujours les limites expressives d'un média encore nouveau (mais le film ne sortit pas[6]).

Fin de carrière

En 1921, il rencontre une jeune fille mineure de 16 ans, Ninette Peters (1905-1925), dans un palace de Chamonix où il se repose. Sa mère refusant la demande en mariage, il enlève la jeune femme (?) et l'emmène à Monte-Carlo. La mère cède à sa demande à la suite du scandale médiatique qu'il a soulevé : le , il l'épouse à l'église Saint-Honoré-d'Eylau de Paris[2]. Les déboires professionnels (il considère que sa gloire est passée face à la venue du cinéma parlant), les ennuis de santé, et la jalousie maladive de Max Linder le font songer au suicide. Le , alors qu'il est en tournage dans les studios viennois de la Vita Films, il tente à l'hôtel de se suicider au Véronal et d'entraîner sa femme, alors enceinte de cinq mois, dans la mort. Mais Ninette ne fait que le simulacre d'absorber le produit et appelle les secours qui le sauvent à temps[7]. En naît leur fille Maud (1924-2017), dite Josette, qui sera recueillie par ses grands-parents maternels[8].

Il part en Autriche réaliser Le Roi du cirque, avec Vilma Banky. Malgré les critiques élogieuses que ce film remporte, sa nomination à la présidence de la Société des Auteurs de Films, la préparation terminée de la super production Le Chevalier Barkas, et son engagement pour tourner une adaptation du Chasseur de chez Maxim's, il abandonne brusquement tous ses projets, miné par sa dépression et la demande de divorce de Ninette. Le , alors que le couple réside dans l'appartement de l'hôtel Baltimore (avenue Kléber à Paris), les deux corps sont retrouvés inanimés, les veines tailladées. Max Linder, probablement sous la menace de son revolver[9], a forcé sa femme à prendre le verre de Gardénal avant d'absorber lui-même le produit et de sectionner leurs artères du poignet gauche[2]. Tous deux meurent dans la soirée de la suite de leurs blessures, la mort de Max Linder est enregistrée le 1er novembre à minuit et demi[9].

Postérité

Héritage et descendance

Max Linder en 1922.

Sa fortune et l’éducation de sa fille unique Maud Linder-Leuvielle (1924-2017) sont confiées à son frère aîné Maurice Leuvielle (1881-1959), ancien joueur de rugby à XV au Stade bordelais. Ce dernier, rongé par la syphilis, l’alcool et la haine envers son frère, dilapide une grande partie de l'héritage, enterre les bobines de ses films dans son jardin (non protégées par leurs boîtes métalliques, Maud Linder en les déterrant, ne récupérera que des pellicules inexploitables). Seuls une centaine de films subsistent aujourd'hui sur les cinq cents qu'il a tournés[2]. Mathilde Peters, la belle-mère de Max, par la menace d’un procès envers Maurice, obtient la garde de Maud mais la famille Leuvielle se dispute pendant des années, par procès interposé, la garde de l'orpheline légataire pour s'emparer de la fortune de son père[10].

Maud Linder est l'auteur de deux films : En compagnie de Max Linder en 1963, et L'Homme au chapeau de soie en 1983, films qui retracent la vie et l'œuvre de son père à travers des extraits de films et des documents d'époque. Max Linder y est présenté comme « le premier auteur-acteur de l'histoire du cinéma ». Maud a également publié un livre sur son père, Max Linder était mon père, en 1992. Elle souhaite aussi créer un « Institut Max Linder » pour honorer les travaux et la vie de son père[3].

La mémoire de son œuvre et de son nom

L'apport de Max Linder au cinéma comique naissant est immense : il enrichit des scénarios banals d'une grande finesse d'observation, d'une dimension presque réaliste ; il réconcilie le cirque et le vaudeville, la farce et la comédie légère ; enfin, il impose un type profondément original, caractéristique de son époque. De Charlie Chaplin à Pierre Étaix, tous les grands comiques de l'écran lui doivent quelque chose.

Sa salle de cinéma, le « Ciné Max Linder » à Paris, qu'il avait créée et dont il était propriétaire et exploitant, existe toujours aujourd'hui. Elle est située sur les grands boulevards (au 24 boulevard Poissonnière) et porte toujours son nom, le Max Linder Panorama.

Un lycée de Libourne (Gironde), proche de sa commune de naissance, porte également son nom[11], tout comme le collège de Saint-Loubès[12]. Ce qui est également le cas de plusieurs rues de la ville et d’une salle communale.

Filmographie

Max Linder (à droite) dans Lèvres collées (1907).

1905

1906

1907

1908

1909

1910

  • 1910 : Les Débuts de Max au cinéma - Max fait du cinéma de Louis J. Gasnier et Max Linder avec Max Linder, Georges Monca, Lucien Nonguet, Charles Pathé
  • 1910 : Le Duel d'un monsieur myope de Louis J. Gasnier avec Max Linder
  • 1910 : Les Effets des pilules de Max - Réalisateur inconnu avec Max Linder
  • 1910 : Mariage au puzzle de Max Linder avec Max Linder
  • 1910 : Le Mariage de Max (Max se marie) de Lucien Nonguet avec Max Linder, Paulette Lorsy, Jacques Vandenne
  • 1910 : Max aéronaute - Max aviateur de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Les Exploits du jeune Tartarin de Max Linder avec Andrée Divonne, Max Linder, Jacques Vandenne
  • 1910 : Max célibataire de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max champion de boxe de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max cherche une fiancée de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max et Clancy tombent d'accord de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max et la belle négresse (Max et sa belle négresse) de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max et l'Edelweiss de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max et le Téléphone de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max et sa belle-mère de Max Linder et Lucien Nonguet avec Léon Belières, Charles de Rochefort, Gabrielle Lange, Max Linder, Paulette Lorsy, Pâquerette, Jacques Vandenne
  • 1910 : Max et ses trois mariages de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max et son rival (Tout est bien qui finit bien) de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max fait du patinage à roulettes ou Match de boxes entre patineurs à roulettes de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max fait du ski de Louis J. Gasnier et Lucien Nonguet avec Max Linder, Gabrielle Lange
  • 1910 : Max est hypnotisé de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max joue le drame de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max maîtresse de piano de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max manque un riche mariage de Lucien Nonguet avec Gabrielle Lange, Max Linder
  • 1910 : Max ne se mariera pas de Lucien Nonguet avec Max Linder, Gabrielle Lange
  • 1910 : Max prend un bain de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Max se trompe d'étage de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1910 : Une bonne pour monsieur, un domestique pour madame de Lucien Nonguet avec Blémont, Max Linder, Jacques Vandenne, Meg Villars
  • 1910 : Le Cauchemar de Max
  • 1910 : L'Idiot qui se croit Max
  • 1910 : Petite Gosse
  • 1910 : Ruse de mari
  • 1910 : Le Serment d'un prince
  • 1910 : Le Pacte
  • 1910 : Soldat par amour
  • 1910 : Mauvaise Vue
  • 1910 : Amour et Fromage réalisation inconnue
  • 1910 : Le révolver arrange tout réalisation inconnue
  • 1910 : Max est distrait de René Leprince et Max Linder avec Max Linder

1911

  • 1911 : L'Amour mouillé - Réalisateur inconnu avec Max Linder, Cécile Guyon
  • 1911 : La Flûte merveilleuse de Max Linder avec Max Linder
  • 1911 : Max a un duel de Max Linder avec Max Linder
  • 1911 : Max dans sa famille (Max en convalescence) de Max Linder avec Max Linder
  • 1911 : Max et Jane font des crêpes (Max cuisinier par amour - Max et les crêpes) de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Jane Renouard
  • 1911 : Max fiancé (Max a trouvé une fiancée) de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1911 : Max se marie de Max Linder et Lucien Nonguet avec Max Linder, Charles de Rochefort
  • 1911 : Max victime du quinquina de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Gabrielle Lange, Paulette Lorsy, Jacques Vandenne, Lucy D'Orbel, Maurice Delamare, Georges Coquet, Georges Gorby
  • 1911 : Par habitude de Max Linder avec Maurice Chevalier, Max Linder
  • 1911 : Une mariée qui se fait attendre (La Mariée récalcitrante) de Louis J. Gasnier avec Max Linder, Maurice Chevalier
  • 1911 : Voisin... voisine de Max Linder avec Max Linder, Paulette Lorsy, Charles Mosnier

1912

  • 1912 : Amour tenace de Max Linder avec Georges Gorby, Max Linder, Stacia Napierkowska
  • 1912 : Max et Jane en voyage de noces ou Voyage de noces de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Jane Renouard
  • 1912 : Match de boxe entre patineurs à roulettes de Max Linder avec Max Linder
  • 1912 : Max amoureux de la teinturière de Max Linder avec Gabrielle Lange, Max Linder, Jane Renouardt
  • 1912 : Max bandit par amour de Max Linder avec Max Linder
  • 1912 : Max boxeur par amour de Max Linder avec Max Linder, Charles de Rochefort
  • 1912 : Max cocher de fiacre de Max Linder avec Max Linder, Charles de Rochefort, Gabrielle Lange
  • 1912 : Max Linder contre Nick Winter de Paul Garbagni et Max Linder avec Max Linder, Pierre Bressol, Léon Durac, Georges Vinter
  • 1912 : Max émule de Tartarin de Max Linder avec Max Linder, Stacia Napierkowska
  • 1912 : Max escamoteur (Le succès de la prestidigitation) de Max Linder avec Max Linder, Stacia Napierkowska
  • 1912 : Max et son âne ou Max et l'âne jaloux de Max Linder avec Max Linder, Paulette Lorsy, Joé Dawson
  • 1912 : Max et son chien Dick de Max Linder avec Max Linder, Jane Renouardt
  • 1912 : Max veut faire du théâtre (Max et Jane veulent faire du théâtre) ou (Max a le feu sacré) de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Jane Renouardt, Henri Collen, Gabrielle Lange, Charles Mosnier
  • 1912 : Max et la Bonne à tout faire de René Leprince et Max Linder avec Max Linder
  • 1912 : Max et la Fuite de gaz de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Jane Renouardt, Stacia Napierkowska, Georges Coquet
  • 1912 : Max et l'Inauguration de la statue - Réalisateur inconnu avec Max Linder
  • 1912 : Max et l'Entente cordiale (Entente cordiale) de Max Linder avec Harry Fragson, Max Linder, Stacia Napierkowska et Jane Renouardt
  • 1912 : Max et les Femmes (Oh les femmes) de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Suzy Depsy
  • 1912 : Max jongleur par amour de Max Linder avec Max Linder
  • 1912 : Max lance la mode de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Stacia Napierkowska, Jane Renouardt
  • 1912 : Max Linder pratique tous les sports de Max Linder avec Charles de Rochefort, Lucy d'Orbel, Max Linder
  • 1912 : Max peintre par amour de Max Linder avec Max Linder, Stacia Napierkowska
  • 1912 : Max, professeur de tango de Max Linder avec Leonora, Max Linder
  • 1912 : Max reprend sa liberté de Max Linder avec Max Linder, Delphine Renot, Jane Renouardt
  • 1912 : Max veut grandir de Ma Linder avec Max Linder, Stacia Napierkowska, Jane Renouardt
  • 1912 : Que peut-il avoir ? ou Que peut-il arriver ? de Max Linder avec Max Linder, Paulette Lorsy, Charles Mosnier
  • 1912 : Le Roman de Max de Max Linder avec Max Linder, Lucy D'Orbel
  • 1912 : Une idylle à la ferme (Idylle à la ferme) de Max Linder avec Max Linder
  • 1912 : Une nuit agitée de Max Linder avec Max Linder, Stacia Napierkowska, Jane Renouardt
  • 1912 : Un mariage au téléphone de Max Linder avec Max Linder, Stacia Napierkowska, Jane Renouardt
  • 1912 : Un pari original de Max Linder avec Max Linder, Paulette Lorsy, Joe Dawson
  • 1912 : Voyage de noces en Espagne de Max Linder avec Max Linder, Stacia Napierkowska
  • 1912 : Max a peur des chiens
  • 1912 : Max dans la garde-robe
  • 1912 : Le Succès de la prestidigitation
  • 1912 : Oh les femmes !
  • 1912 : La Malle au mariage
  • 1912 : Le Mal de mer
  • 1912 : Max et son domestique ou La Vengeance du domestique
  • 1912 : Max collectionneur de chaussures
  • 1912 : Max bandit par amour
  • 1912 : L'Ange du foyer de Max Linder, avec lui-même et Georges Vinter dans le rôle du détective Nick Winter qu'il créa. Sans doute co-réalisé avec Paul Garbagni comme les autres courts-métrages de cette série qui voit s'affronter les deux personnages.

1913

  • 1913 : Max est charitable de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Paulette Lorsy
  • 1913 : Le Chapeau de Max de Max Linder avec Max Linder
  • 1913 : Comment Max fait le tour du monde de Max Linder avec Max Linder, Lucy D'Orbel, Georges Gorby
  • 1913 : Les Débuts d'un yachtman de Louis J. Gasnier avec Max Linder
  • 1913 : Le Duel de Max de Max Linder avec Max Linder, Pierre Palau, Charles de Rochefort
  • 1913 : Le Hasard et l'Amour de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Lucy D'Orbel, Georges Gorby
  • Le hasard et l'amour Le court métrage de Maud Linder consacré à ce film le renseigne 1916 (vu sur Arté en 1995)
  • 1913 : Max à Monaco de Max Linder avec Max Linder
  • 1913 : Max a peur de l'eau de Max Linder avec Max Linder
  • 1913 : Max asthmatique de Max Linder avec Max Linder, Lucy D'Orbel, Georges Gorby
  • 1913 : Max au couvent de Max Linder avec Max Linder
  • 1913 : Max collectionneur de chaussures de Max Linder avec Max Linder, Georges Coquet
  • 1913 : Max et le Billet doux - Max et son billet de Max Linder avec Max Linder, Lucy D'Orbel, Georges Gorby
  • 1913 : Max fait de la photo de Lucien Nonguet avec Max Linder
  • 1913 : Max fait des conquêtes de Max Linder avec Max Linder, Lucy D'Orbel, Georges Gorby
  • 1913 : Max jockey par amour de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Henri Collen, Georges Gorby, Stacia Napierkowska
  • 1913 : Max n'aime pas les chats de Max Linder avec Max Linder, Lucy D'Orbel, Georges Gorby
  • 1913 : Max toréador de Max Linder avec Max Linder, Stacia Napierkowska
  • 1913 : Max virtuose de Max Linder avec Max Linder, Lucy d’Orbel, Georges Gorby, Charles Mosnier, Jacques Vandenne, Georges Coquet, Gabrielle Lange, Georges Gorby
  • 1913 : La Rivalité de Max de Max Linder avec Max Linder, Charles de Rochefort
  • 1913 : La Ruse de Max de Max Linder avec Max Linder
  • 1913 : Un enlèvement en hydroaéroplane de Max Linder avec Georges Coquet, Lucy d'Orbel, Max Linder, Andrée Marly, Jules Védrines
  • 1913 : Un mariage imprévu de Max Linder avec Max Linder, Lucy D'Orbel, Georges Gorby
  • 1913 : Les Vacances de Max (Max part en vacances) de Max Linder avec Max Linder, Lucy d'Orbel, Georges Gorby, Gaby Morlay
  • 1913 : Max et le Rendez-vous de Max Linder avec Max Linder
  • 1913 : Un mariage forcé de Max Linder, avec max Linder, Jacques Vandenne
  • 1913 : Max jaloux ou Jalousie de Max Linder et René Leprince avec Jane Renouard

1914

  • 1914 : L’Anglais tel que Max le parle de René Leprince et Max Linder avec Max Linder
  • 1914 : Cuisinier par amour de Max Linder
  • 1914 : Dick est un chien savant de Max Linder
  • 1914 : Max soldat - Le 2 août 1914 de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, René Leprince
  • 1914 : Les Escarpins de Max de Max Linder avec Max Linder, Georges Gorby, Georges Coquet
  • 1914 : L'idiot qui se croit Max de Roméo Bosetti et Lucien Nonguet avec Max Linder, Roméo Bosetti
  • 1914 : Max dans les airs (Max aviateur) de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Gaby Morlay, Jules Védrines
  • 1914 : Max décoré de René Leprince et Max Linder avec Max Linder
  • 1914 : Max et le Bâton de rouge de Max Linder avec Max Linder
  • 1914 : Max et le Commissaire de Max Linder avec Max Linder, Jacques Vandenne, Georges Gorby
  • 1914 : Max illusionniste de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Lucy D'Orbel, Jacques Vandenne, Georges Gorby
  • 1914 : Max maître d'hôtel de René Leprince et Max Linder avec Max Linder
  • 1914 : Max et le Mari jaloux de René Leprince et Max Linder avec Max Linder
  • 1914 : Max pédicure de René Leprince et Max Linder avec Max Linder, Lucy D'Orbel, Georges Gorby, Gabrielle Lange
  • 1914 : Max sauveteur - La médaille de sauvetage de René Leprince et Max Linder avec Max Linder
  • 1914 : Le Pendu de Max Linder, nouvelle version du film de 1906

1915

1916

1917

Aux États-Unis

1921

  • 1921 : Sept Ans de malheur (Seven Years Bad Luck) de Max Linder avec Max Linder, Thelma Percy, Alta Allen, Betty K Peterson (Betty Peterson), Lola Gonzales, Harry Mann, Chance Ward, Ralph Mc Cullough, Hugh Saxon, C. E. Anderson (Cap Anderson), F. B. Crayne
  • 1921 : Soyez ma femme (Be My Wife) de Max Linder

1922

  • 1922 : The Three Must-Get-Theres (L’Étroit mousquetaire) de Max Linder avec Max Linder, Bull Montana, Frank Cooke, Caroline Rankin, Jobyna Ralston, Jack Richardson, Charles Mezzetti, Clarence Wertz, Fred Cavens, Harry Mann, Jean de Limur, Al Cooke

En France

  • 1919 : Le Petit Café de Raymond Bernard, avec Max Linder, Henri Debain, Wanda Sylvano, Armand Bernard, Flavienne Mérindol, André Barelly, Halma, Jean Joffre
  • 1920 : Le Feu sacré de Henri Diamant-Berger avec Max Linder, Flavinne Mérindol, Halma
  • 1923 : Au secours ! d'Abel Gance avec Max Linder, Gina Palerme, Jean Toulout, Gaston Modot
  • 1925 Chevalier Barkas de Max Linder avec Max Linder (film inachevé)

En Autriche

  • 1924 : Le Roi du cirque (Max, der Zirkuskönig) de Max Linder, co-réalisation Max Linder et Edouard Emile Violet avec Max Linder, Vilma Banky, Eugen Burg, Viktor Franz, Kurt Kasznar, Max Linder, Julius von Szöreghy

Théâtre

Notes et références

  1. « Acte de décès no 2027 (vue 7/31) du registre des décès de l'année 1925 du 16e arrondissement de Paris, cote du registre : 16D 131 », sur Archives de Paris (consulté le 16 juillet 2017)
  2. Thomas, « Vie & mort de Max Linder », L'Impossible, no 4, , p. 85-90
  3. Jean-Michel Meurice, documentaire « Maud et Max » sur Arte, 2013
  4. Christian-Marc Bosséno, Jacques Gerstenkorn, Hollywood : L'usine à rêves, Gallimard, , 176 p. (ISBN 2070531538)
  5. Dominique Lebrun et Mermet, Paris Hollywood : les Français dans le cinéma américain, Hazan (ISBN 9782850251368)
  6. ce film est cependant disponible sur le DVD de Lucrèce Borgia d'Abel Gance
  7. Maud Linder, Max Linder était mon père, Flammarion, , p. 235.
  8. Tout sur mon père Max Linder, Jean-Michel Meurice (réalisateur), Arte, dossier de presse, 5 juin 2013 (diffusion)
  9. Maud Linder, Max Linder était mon père, Flammarion, , p. 237.
  10. Isabelle Regnier, « Max Linder côté noir, côté blanc », sur lemonde.fr,
  11. Site du lycée Max-Linder de Libourne
  12. Site du collège Max-Linder de Saint-Loubès
  13. Source : Fiche sur Les Archives du spectacle.net

Voir aussi

Bibliographie

  • Charles Ford, Max Linder, Paris, Seghers,
  • Jean Mitry, Max Linder, Anthologie du cinéma, fascicule no 16, Supplément à L'Avant-Scène du Cinéma no 60 - CIB, Paris,
  • Maud Linder, Max Linder, Paris, Éditions Atlas,
  • Maud Linder, Max Linder était mon père, Paris, Flammarion,
  • Pascal Djemaa, Max Linder, du rire au drame, Frassy,
  • Jacques Richard, Dictionnaire des acteurs du cinéma muet en France, éditions de Fallois, , 909 p. (ISBN 978-2-87706-747-8)
  • Thomas, « Vie & mort de Max Linder », L'Impossible, no 4, , p. 85-90
  • Stéphane Olivié Bisson, Max, Editions Cambourakis, Paris, , 112 p., (ISBN 9782366244083)

Documentaire

  • Tout sur mon père Max Linder, Jean-Michel Meurice, Arte,

Article connexe

Liens externes

  • Portail de l’humour
  • Portail de la réalisation audiovisuelle
  • Portail du cinéma français
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.