Max von Boehn

Max Ferdinand Carl von Boehn, né le et mort le est un officier supérieur allemand qui participe à la guerre franco-allemande de 1870 et à la Première Guerre mondiale.

Max von Boehn

Naissance
Bromberg, Royaume de Prusse
Décès
château de Sommerfeld
Origine Royaume de Prusse
Allégeance Armée allemande
Arme Infanterie
Grade Generaloberst
Années de service 1867-1918
Commandement 76e régiment d'infanterie Hambourg
9e brigade d'infanterie
18e division d'infanterie
gouverneur militaire de Kulm
Division C
7e Armée
groupe d'armées Boehn
Conflits guerre franco-allemande
Première Guerre mondiale
Faits d'armes Bataille de Noyon
Bataille de la Somme
bataille de l'Aisne (1918)
Distinctions Chevalier de l'Ordre Pour le Mérite avec feuilles de chêne
Ordre de l'Aigle Rouge
Ordre de l'Aigle noir

Biographie

Max von Boehn est le fils de Julius Heinrich von Boehn (de), un propriétaire terrien prussien et le neveu de Oktavio Philipp von Boehns (de).

Les premières années


Max von Boehn s'engage dans l'armée prussienne le au 2e régiment de Garde. Il est nommé sous-lieutenant le au 76e régiment d'infanterie Hambourg (de). Il prend part à la guerre franco-allemande de 1870 et obtient par ses actions la croix de fer 2e classe. Il intègre le le 76e régiment de Landwehr et devient lieutenant le . Il est muté au 76e régiment d'infanterie le et promu capitaine le . Il occupe un poste au sein de l'état-major de la 50e brigade d'infanterie comme adjudant du au . Max von Boehn intègre ensuite la Garde prussienne comme commandant de compagnie au sein du 1er régiment de grenadiers de la Garde Empereur Alexandre (de). Il obtient le grade de major le , entre le et le , il occupe plusieurs postes à l'état-major de la 1re division de la Garde, du 1er régiment de grenadiers et du 3e régiment à pied de la Garde (de). Lors de cette période, il est promu lieutenant-colonel le . Le , il prend le commandement du 76e régiment d'infanterie ; il est nommé colonel le . Le , il commande la 9e brigade d'infanterie cantonée à Francfort, le de la même année il devient generalmajor. Le , Max von Boehn est nommé à la tête de la 18e division d'infanterie. Il obtient successivement les grades de generalleutnant le et de general der Infanterie le . Le , il devint gouverneur militaire de la forteresse d'Ulm, poste qu'il occupe jusqu'à sa retraite le .

Première Guerre mondiale

Lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, Max von Boehn est rappelé de sa retraite pour prendre le commandement du IXe corps de réserve qui fait partie de la Ire armée allemande. Lors de l'invasion de la Belgique, son corps d'armée associé au IIIe corps de réserve sont détachés de l'armée pour faire le siège de la place fortifiée d'Anvers. Au cours du mois de septembre, le IXe corps de réserve est déplacé sur l'Aisne et participe à la bataille de l'Aisne en bloquant les tentatives alliées de débordements. Les positions obtenues ne seront pas modifiées le restant du conflit. En , Max von Boehn devient commandant en second de la Ire armée, il occupe ce poste jusqu'à la dissolution de la Ire armée allemande lors des restructurations du .

Max von Boehn est responsable d'un groupe de division lors de la bataille de la Somme. Du au , ses actions sont récompensées par l'attribution de la médaille Pour le mérite, le . En il reçoit le commandement du groupe armée C en Lorraine. Puis il prend la tête de la 7e armée dans la région de Laon. Il repousse les attaques françaises lors de la bataille du Chemin des Dames et reçoit à cette occasion les feuilles de chêne.

À la tête de la 7e armée allemande, Max von Boehn est le fer de lance de l'attaque allemande lors de la Bataille de l'Aisne. Le , il prend le commandement du groupe armée Boehn qui comprenait la 2e armée, la 9e armée et la 18e armée pour défendre la Ligne Siegfried en Artois. Le , après la bataille de la ligne Hindenburg et le retrait des troupes allemandes, le groupe d'armée est dissout. Max von Boehn reprend le commandement de la 7e armée jusqu'à la fin du conflit. Il commande ensuite le retrait de ses troupes en Allemagne.

L'après-guerre

Après la fin de la guerre Max von Boehn part à la retraite. Il décède le et est enterré au cimetière des Invalides à Berlin, sa tombe n'a pas été conservée[1].

Honneurs et décorations

 : feuilles de chêne

Notes et références

  1. (de) Laurenz Demps, Zwischen Mars und Minerva. Wegweiser über den Invalidenfriedhof., Berlin, Payot, p. 70

Voir aussi

Bibliographie

(en) « Max von Boehn », sur La machine prussienne (consulté le 26 juillet 2014).


  • Portail de l'Empire allemand
  • Portail de la Première Guerre mondiale
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.