Maxime Kontsevitch

Maxime Lvovitch Kontsevitch (en russe Максим Львович Концевич), le plus souvent orthographié Maxim Kontsevich selon la transcription anglophone, est un mathématicien russe, né le en URSS à Khimki, une ville jouxtant Moscou, en Russie. Il a été naturalisé français fin 1999.

Maxime Kontsevitch
Maxime Kontsevitch en 2007.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Максим Львович Концевич
Nationalités
Soviétique, Français (depuis ), Russe
Domicile
Formation
Faculté de mécanique et de mathématiques de l'université de Moscou (en)
Université rhénane Frédéric-Guillaume de Bonn
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Université Rutgers, The Institute for Information Transmission Problems of Russian Academy of Sciences (d) (-), université de Californie à Berkeley ( - ), Institut des hautes études scientifiques (depuis le )
Domaine
Membre de
Maîtres
Directeur de thèse
Distinctions
Œuvres principales
Kontsevich invariant (d)

Biographie

Il est né dans la famille de Lev Rafailovich Kontsevitch, orientaliste soviétique et auteur du système Kontsevitch. Après avoir été classé deuxième aux olympiades de mathématiques de l'Union, il a étudié à l'Université d'État de Moscou, mais il repart sans diplôme en 1985 pour devenir chercheur à l'Institut des problèmes de transmission de l'information à Moscou . Dans son temps libre à l’institut, il réussit à publier des articles qui suscitent l’intérêt de l’institut Max Planck de Bonn. Il y est invité pendant trois mois, juste avant la fin il assiste à l’Arbeitstagung, un congrès international de cinq jours ; il y exhibe les grandes lignes d’une preuve de la conjecture de Witten. Michael Atiyah et d’autres mathématiciens sont stupéfaits et son invitation à cet institut est prolongée de trois ans[1]. L’année suivante, il finit sa preuve et travaille sur divers sujets liés à la physique mathématique et reçoit son doctorat en 1992 à l'Université de Bonn sous la direction de Don Zagier. Sa thèse présente une preuve d'une hypothèse d'Edward Witten selon laquelle deux modèles gravitationnels quantiques sont équivalents.

Maxime Kontsevitch a occupé un poste de professeur à l'université de Californie à Berkeley de à avant d'être recruté à l'âge de 31 ans comme professeur permanent à l'Institut des hautes études scientifiques à Bures-sur-Yvette en France.

Travaux

Kontsevitch travaille principalement sur les sujets géometriques, liés à la physique théorique, comme l'intégration motivique, la théorie des nœuds, la quantification et la symétrie miroir.

Distinctions

Kontsevitch a reçu en 1992 la médaille Otto Hahn de la Société Max-Planck et le prix de la Mairie de Paris du premier congrès européen de Mathématiques et en 1997 le prix Iagolnitzer de l'International Association of Mathematical Physics ainsi que le prix Henri Poincaré, le prix Crafoord en 2008.

Il a reçu en 1998 la médaille Fields au cours du congrès international des mathématiciens de Berlin.

Kontsevitch a été élu membre de l'Académie des sciences le .

Il a reçu en 2012 le prix Shaw (1 million de dollars) et le prix de physique fondamentale (3 millions de dollars)[2]. Il fait partie des cinq lauréats de la première édition du Breakthrough Prize in Mathematics, en 2014.

En 2018, il est lauréat de la bourse collective Synergy Grant de l'ERC pour le projet ReNewQuantum[3] (Recursive and Exact New Quantum Theory).

Références

  1. « 10.12.94 - Very Pleasurable Universe », sur www.berkeley.edu (consulté le 23 novembre 2018)
  2. David Larousserie, « Maxim Kontsevich, le millionnaire des maths », Le Monde « science&techno », 18 août 2012, p. 7.
  3. Annonce sur le site de l'IHES

Liens externes

  • Portail des mathématiques
  • Portail de la Russie
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.