Metronet

Metronet Rail était une des trois composantes d'un partenariat public-privé du métro de Londres. Elle était responsable de l'entretien, du renouvellement et des mises à niveau du matériel roulant, des rails et des infrastructures du système. Du au , la compagnie était en état de faillite technique et a dû être rescapée par le gouvernement britannique. Le , après restructuration, elle a été reprise par l'organisme public Transport for London[1]. En , le vérificateur général a indiqué que cet épisode a coûté au contribuable environ 410 millions £ et a blâmé le consortium pour ses déboires[2]. Le , les employés de la compagnie ont été transférés à London Underground Limited (LUL) et le , la compagnie a cessé d'exister, ses services faisant maintenant partie du métro de Londres. Le , les administrateurs de Metronet ont demandé à la Haute Cour de Justice britannique de dissoudre officiellement la compagnie[3].

Metronet Rail
Création 2003
Disparition 2009
Personnages clés Andie Harper (Président), Mark Cooper, Stephen M. Hall
Forme juridique Société en partenariat public-privé
Siège social Londres
 Royaume-Uni
Actionnaires Atkins,
Balfour Beatty,
Bombardier Transport,
EDF Energy,
Thames Water
Société mère Métro de Londres
Effectif Environ 6 000
Site web www.metronetrail.com

Partenariat


Avant sa mise en faillite, Metronet comportait cinq partenaires privés (Atkins, Balfour Beatty, Bombardier, EDF Energy et Thames Water). Le consortium avait remporté un contrat de trente ans pour l'entretien et la mise à niveau des lignes de Bakerloo, Central, Victoria, Waterloo & City, Circle, District, East London, Hammersmith & City et Metropolitan pour le compte de Transport for London. Les autres lignes du métro (Jubilee, Northern and Piccadilly) sont restées sous un autre partenariat public-privé avec Tube Lines jusqu'en mai 2010 alors que Transport for London a racheté le contrat[4].

Selon le contrat, Metronet Rail devait fournir au métro de Londres le matériel roulant, entretenir les stations et autres infrastructures de manière efficace et économique. En contrepartie, le métro payait à Metronet undes frais de service mensuels reliés aux coûts, à l'inflation et la performance, positive ou négative, du consortium. La compagnie avait 347 rames de métro, 471 km de rail, 155 stations, 77 km de tunnel et 2 000 intersections et ponts à s'occuper.

Metronet Rail devait également rénover 150 stations entre 2003 et 2012 avec les 17 milliards £ prévu au contrat. En , la compagnie a été vertement critiquée par une arbitre, Chris Bolt, dans un différend avec le métro de Londres quant à ses performances. Il a déclaré que selon son analyse, Metronet n'avait pas fourni un service efficace et économique, ni suivi de bonnes pratiques commerciales[5]

Crise financière

Le , le The Times a rapporté que Metronet était au bord de la faillite. La compagnie n'avait alors reçu que 121 des 551 millions £ nécessaires pour couvrir les coûts de rénovation à cause de sa mauvaise performance et de dépassements de coûts. En contraste, Tube Lines, avait presque suivi à la lettre ses engagements et son budget[6]. Le , Metronet est mis en tutelle par le gouvernement britannique[7]. Alan Robert Bloom, Roy Bailey, Margaret Elizabeth Mills et Stephen John Harris furent nommés syndics de faillite[3]. Le gouvernement britannique a dû ensuite fournir 2 milliards £ pour maintenir les opérations[8]. Le , après restructuration, Metronet a été transféré à Transport for London et les employés ont intégré les rangs du métro de Londres le [9].

La faillite de Metronet a mis en question tout le concept de partenariat public-privé et le manque de suivi du ministère des transports britannique dans ce dossier[10].

Notes et références

  1. (en) « Metronet », Communiqué de presse, Transport for London (consulté le 13 mai 2010)
  2. (en) Carol Millett, « Metronet failure cost taxpayer upto £410m », Contract Journal, (consulté le 13 mai 2010)
  3. (en) « Winding-up By The Court », The London Gazette, , p. 19523
  4. (en)« Tube maintenance back 'in house' as new deal is signed », British Broadcasting Corporation (BBC), (consulté le 9 mai 2010)
  5. (en) BBC News, « Tube and train services disrupted », British Broadcasting Corporation (BBC), (consulté le 13 mai 2010)
  6. (en) Ben Webster, « Partnership that turned sour », The Times, (consulté le 13 mai 2010)
  7. (en) « Metronet calls in administrators », British Broadcasting Corporation (BBC), (consulté le 21 août 2007)
  8. (en) « Govt in £2bn Metronet bail-out », In the News, (consulté le 13 mai 2010)
  9. (en) Brian Lysaght, « London Transport to Hire 6,000 Employees of Failed Contractor », Bloomberg, (consulté le 13 mai 2010)
  10. (en) Kevin Reed, « DoT failed to heed NAO warning over Metronet finances », Accountancy Age, (consulté le 13 mai 2010)

Lien externe

  • Portail du Royaume-Uni
  • Portail des entreprises
  • Portail des transports en commun
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.