Michèle Audin

Michèle Audin, née en à Alger, est une mathématicienne et écrivaine française.

Pour les articles homonymes, voir Audin.
Michèle Audin
Michèle Audin en 2013.
Fonction
Présidente
Femmes et Mathématiques
-
Françoise Delon (d)
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Biographie

Elle est la fille du mathématicien Maurice Audin, mort sous la torture[1],[2], en en Algérie, après avoir été arrêté par les parachutistes du général Massu, et de son épouse Josette.

Le , elle a refusé la Légion d'honneur, en raison du refus du président de la République, Nicolas Sarkozy, de répondre à une lettre de sa mère à propos de la disparition de son père[3].

Ancienne élève de l'École normale supérieure (Sèvres), elle est professeur à l'Institut de recherche mathématique avancée (IRMA) de Strasbourg du au [4], ses recherches s'effectuant notamment dans le domaine de la géométrie symplectique.

Elle a été cooptée à l'Oulipo en 2009. Dans son roman, La formule de Stokes, l'héroïne est une formule mathématique[5].

Elle s'est intéressée au groupe Bourbaki, et a publié la correspondance (1928-1991) de deux membres de ce groupe, les mathématiciens Henri Cartan et André Weil[6]. Elle a également publié un ouvrage consacré à la mathématicienne russe Sofia Kovalevskaïa[7].

Contributions de Michèle Audin à l'Oulipo

Michèle Audin a été invitée d'honneur à une réunion de l'Oulipo à l'initiative de Jacques Roubaud, suite à la publication de son ouvrage Souvenirs sur Sofia Kovalevskaya à la forme discontinue, qui mêle des anecdotes, des chapitres de mathématiques assez pointus, des témoignages, des extraits de correspondance commentés ou encore des pastiches littéraires. On y trouve des clins d'oeil à l'Oulipo dans des chapitres de témoignages intitulé "Je me souviens" en référence à Georges Perec, ou encore dans un pastiche des Cosmicomics d'Italo Calvino[8].

Elle est la première oulipienne à porter la double casquette de mathématicienne et d'écrivaine. Les mathématiques sont à la fois une source d'inspiration pour les contraintes qu'elle invente et une thématique récurrente de son oeuvre littéraire.

Elle a inventé des contraintes de nature géométrique comme la contrainte de Pascal ou la désarguesienne. La contrainte de Pascal a été expérimentée dans son récit en ligne Mai Quai Conti qui évoque l'histoire de l'Académie des sciences pendant la Commune de Paris : les relations entre les personnages du récit sont déterminées par la position des points d'une figure géométrique illustrant le théorème de Pascal[8].

Elle a aussi travaillé avec Ian Monk sur les nonines, c'est-à-dire sur les variantes de la sextine fondée sur des nombres qui ne sont pas des nombres de Queneau, donc avec lesquelles le système de permutation de la sextine ne fonctionne pas[9].

Son premier roman, Cent vingt et un jours, est fondé sur une onzine, c'est-à-dire une quenine d'ordre 11 (variante de la sextine) à partir de laquelle des personnages, des références littéraires et d'autres éléments du récit permutent de manière réglée. Comme dans la sextine poétique, le dernier mot d'un chapitre est le même que le premier mot du chapitre suivant[8].

Publications

  • avec Ana Cannas da Silva, Eugène Lerman : Symplectic geometry of integrable Hamiltonian systems, Birkhäuser 2003.
  • Géométrie, EDP Sciences, 2005, [lire en ligne]
  • Hamiltonian systems and their integrability, AMS, 2008
  • Souvenirs sur Sofia Kovalevskaïa, Calvage et Mounet, 2008.
  • Fatou, Julia, Montel, le Grand Prix des sciences mathématiques de 1918, et après, Springer, 2009
  • Une histoire de Jacques Feldbau, Société mathématique de France, collection T, 2010.
  • Correspondance entre Henri Cartan et André Weil (1928-1991), Documents Mathématiques 6, SMF, 2011 [présentation en ligne [PDF]].
  • Une vie brève, Gallimard - L’arbalète, 2013, Prix Ève-Delacroix
  • Cent vingt et un jours, Gallimard - L’arbalète, 2014
  • Mademoiselle Haas, Gallimard - L’arbalète, 2016
  • La formule de Stokes, roman, Cassini, , 297 p. (ISBN 9782842252069)
  • Comme une rivière bleue, Gallimard, coll. « L’arbalète », 2017
  • Oublier Clémence, Gallimard, coll. « L’arbalète », 2018 (ISBN 978-2072821172)
  • Eugène Varlin, ouvrier relieur 1839-1871, Libertalia, 2019 (ISBN 978-2377290864)
    Présentation d'écrits d'Eugène Varlin

Notes et références

  1. François Béguin, « Affaire Maurice Audin : "L'ouverture des archives est avant tout symbolique" », sur lemonde.fr, (consulté le 13 septembre 2018).
  2. Reconnaissance de son assassinat par le Président de la république le 13/09/2018.
  3. Edwy Plenel, « La lettre de Michèle Audin à Nicolas Sarkozy », Mediapart, 2 janvier 2009.
  4. « Images des mathématiques », sur images.math.cnrs.fr (consulté le 6 février 2017).
  5. Caroline Trotot (dir.), Claire Delahaye (dir.) et Isabelle Mornat (dir.), Femmes à l’œuvre dans la construction des savoirs : paradoxes de la visibilité et de l’invisibilité, , 339 p. (lire en ligne), p. 215-232 : Virginie Tahar, « Les oulipiennes sont-elles des oulipiens comme les autres ? »
  6. [PDF] « Présentation en pdf de la correspondance Henri Cartan - André Weil ».
  7. Michèle Audin (2008). Souvenirs sur Sofia Kovalevskaya, Calvage et Mounet (Paris), collection: « Orizzonti » : 290 p. (ISBN 978-2-916352-05-3).
  8. Michèle Audin, « Quand les mathématiques, l'histoire et la littérature s'emmêlent. Entretien avec Virginie Tahar », Formule : revue des créations formelles n° 21, , p. 349 sqq
  9. Ian Monk et Michèle Audin, Le Monde des nonines, Paris, La Bibliothèque Oulipienne n° 219,

Liens externes

  • Portail des mathématiques
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.