Michael Bloomberg

Michael Rubens Bloomberg /ˈmaɪkəl ˈblumbɝɡ/[2], né le à Boston, est un homme d'affaires et homme politique américain. Il est maire (républicain puis indépendant) de la ville de New York du au , date à laquelle il est remplacé par Bill de Blasio.

Pour les articles homonymes, voir Bloomberg.

Michael R. Bloomberg

Mike Bloomberg en 2015.
Fonctions
98e maire de New York

(11 ans, 11 mois et 30 jours)
Prédécesseur Rudolph W. Giuliani
Successeur Bill de Blasio
Biographie
Nom de naissance Michael Rubens Bloomberg
Date de naissance
Lieu de naissance Boston, Massachusetts (États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate (jusqu'en 2001)
Parti républicain (2001-2007)
Indépendant (2007-2018)
Parti démocrate (depuis 2018)[1]
Diplômé de Université Johns-Hopkins
Harvard Business School
Profession Homme d'affaires
Religion Judaïsme


Maires de New York

Selon le magazine Forbes sa fortune est estimée en 2018 à 50 milliards de dollar US, ce qui en fait la onzième personne la plus riche du monde[3].

Il se présente aux primaires démocrates pour l'élection présidentielle de 2020. Il suspend sa campagne après le « Super mardi », n'ayant pas obtenu les résultats qu'il espérait malgré l'investissement de plusieurs centaines de millions de dollars.

Biographie

Origines et études

Michael Rubens Bloomberg naît le à Brighton (Boston), quartier de Boston, Massachusetts, dans une famille juive ashkénaze originaire de Biélorussie. Il grandit principalement à Medford, dans la banlieue de Boston. Diplômé en génie électrique de l'université Johns-Hopkins en 1964, Bloomberg est titulaire d'un MBA (Master en direction d'entreprise) de l'université Harvard. Pendant ses années d'étude, il a fait partie de la fraternité Phi Kappa Psi.

Homme d'affaires

Il est le fondateur de Bloomberg LP, une société de services et d'informations financières. Il a vendu les financial-information terminals aux firmes du quartier boursier new-yorkais de Wall Street. Sa compagnie possède un réseau de radio dont la principale est « 1130 WBBR-AM » (fréquence de New York). Avant de fonder sa compagnie, il était associé dans la banque d'affaires Salomon Brothers, où il dirigeait les services de courtage d'actions et, plus tard, le développement des systèmes.

Maire de New York

Élection

En 2001, il se présente pour le Parti républicain à l'élection du maire de New York. Ancien démocrate, il a choisi le parti républicain pour éviter de passer par les élections primaires démocrates. Il dépense 70 millions de dollars de son argent personnel lors de la campagne et emporte l'élection en avec 50 % des voix contre 48 % au démocrate Mark Green et succède ainsi au républicain Rudolph Giuliani en janvier 2002.

Premier mandat (2002-2006)

Michael Bloomberg avec George W. Bush à la Maison-Blanche en 2003.

Dans sa gestion municipale, il se montre conservateur dans le domaine fiscal et économique et libéral sur les questions de société comme le contrôle des armes à feu, le mariage homosexuel et sur l'environnement. Cependant, il n'hésite pas à contrer l'opinion des médecins qui recommandent l'abolition pour cause de danger pour la santé d'une pratique de circoncision rituelle pratiquée par les juifs hassidiques[4].

Son salaire est d'un dollar symbolique par an[5].

Il restreint le droit de fumer dans certains lieux publics dans la ville de New York ; cette restriction étant signalée par l'applique du drapeau de la ville[6].

Il doit aussi faire face aux conséquences de la destruction du World Trade Center lors des attentats du 11 septembre 2001 : depuis la reconstruction sur le site jusqu'à la gestion des manifestations contre la guerre en Irak dans la ville qui accueille le siège de l'Organisation des Nations unies.

En 2004, il organise la venue à New York de la convention nationale républicaine en vue de l'élection présidentielle et fait campagne pour la réélection de George W. Bush[7].

Deuxième mandat (2006-2010)

En 2005, il se présente pour un nouveau mandat de maire. Soutenu par le New York Times, journal de référence de la gauche américaine, et par plusieurs élus démocrates locaux, Bloomberg dépense près de 50 millions de dollars (de sa seule poche) alors qu'il est ultra favori des sondages tandis que son rival démocrate, Fernando Ferrer, un ancien élu municipal du Bronx, n'a engrangé que 4,47 millions de dollars de dons (provenant de 4 635 donateurs) et n'a obtenu qu'un discours de soutien de deux minutes et quinze secondes de Bill Clinton[réf. nécessaire].Le , Michael Bloomberg est réélu pour un second mandat de quatre ans à la tête de la mairie avec 59 % des voix contre 41 % à Fernando Ferrer. Cette victoire dans une ville qui vote régulièrement démocrate lors des consultations nationales constitue alors le quatrième échec consécutif de ce camp à réinstaller l'un des siens à la mairie.

Au printemps 2007, Michael Bloomberg a promis une réduction de 30 % des émissions de dioxyde de carbone d'ici à 2030 dans sa ville. Il a décidé de mettre en œuvre une politique de rénovation énergétique des gratte-ciel, de plantation d'un million d'arbres et d'instauration d'un péage pour les véhicules pénétrant dans Manhattan[8].

En juin 2007, il rend sa carte du parti républicain et se déclare indépendant des deux grands partis américains. Il est alors la 20e fortune du monde avec 22 milliards de dollars.

Troisième mandat (2010-2013)

Le , il est réélu pour un troisième mandat avec un score moindre qu'auparavant, obtenant 51 % des voix, contre 46 % pour son rival démocrate Bill Thompson[9].

Une semaine avant l'élection présidentielle de , Michael Bloomberg appelle à voter pour Barack Obama, le candidat démocrate[10].

Il porte à son crédit durant ses mandats la législation sur les armes à feu, la création d’écoles à charte et l'interdiction de fumer dans les lieux publics. Parmi ses revers, les observateurs notent le retoquage par la justice de sa mesure visant à interdire la vente de boissons gazeuses dans les fast-food à l'intérieur de contenants d'un litre. Il n'abandonne pas la politique pour autant, continuant à user de son super PAC « Independance USA », qui sert à financer les campagnes politiques dans le pays, en particulier de candidats favorables au contrôle des armes et à la réforme de l'éducation[11].

Ne pouvant se représenter pour un quatrième mandat, il soutient alors Christine Quinn, la candidate présentée comme favorite dans le camp démocrate, avant d'être distancée par Bill de Blasio qui est finalement élu à la succession de Bloomberg le .

Selon le New-York Times, au cours de ses trois mandats, Michael Bloomberg a investi près de 268 millions de dollars au cours de ses trois campagnes électorales successives. Michael Bloomberg a fait don de près de 263 autres millions à des associations new-yorkaises[12].

Période 2013-2020

Mike Bloomberg en 2016.

Il est envoyé spécial de l'ONU sur les villes et les climats[13].

Critique à l'égard du candidat républicain Donald Trump, il renonce le à se présenter à l'élection présidentielle de 2016[14] comme indépendant[15] puis soutient la candidate démocrate Hillary Clinton[16].

Il soutient Emmanuel Macron à l'élection présidentielle française de 2017[17].

Il s'investit dans les élections de mi-mandat de 2018, puisant 110 millions de dollars des caisses de son comité d'action politique Independance USA pour soutenir financièrement 24 candidats démocrates à la Chambre des représentants. 21 sont élus, ce qui contribue à faire basculer la Chambre dans le camp démocrate[18].

Élection présidentielle de 2020

En , il déclare qu'il ne sera pas candidat à l’investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2020, préférant s'engager dans la lutte contre le réchauffement climatique[19].

En raison des difficultés rencontrées par le favori, Joe Biden, il indique en qu'il pourrait finalement être candidat. Bloomberg, comme Biden, est centriste et craint les candidats démocrates plus progressistes et clivants, notamment Bernie Sanders et Elizabeth Warren[20]. Le , il dépose un dossier de candidature aux primaires démocrates de l'Alabama et du Michigan[21], ce qui alimente les spéculations sur son ambition présidentielle[22]. Le , il se porte également candidat à la primaire démocrate de l'Arkansas, déclarant devoir « battre Donald Trump »[23]. Le , il annonce investir plus de 100 millions de dollars de sa fortune personnelle pour lancer une campagne publicitaire en ligne contre le président américain[24].

Il annonce sa candidature aux primaires démocrates le [25]. Il reçoit les encouragements de Jeff Bezos, PDG d'Amazon et première fortune mondiale, qui avait déjà manifesté son hostilité aux candidatures d'Elizabeth Warren et de Bernie Sanders[7]. Sa campagne est lancée avec la diffusion d'un très grand nombre de spots publicitaires. Le budget de cette première initiative initiale s’élève à 37 millions de dollars, dépensés en une seule semaine, soit la moitié des fonds collectés par son rival démocrate le mieux financé (Bernie Sanders) en huit mois[7].

Michael Bloomberg en campagne à Phoenix (Arizona) en 2020.

Sa stratégie électorale pour gagner les primaires démocrates consiste à délaisser les premiers États qui organisent leurs scrutins en février (Iowa, New Hampshire, Nevada, Caroline du Sud) et concentrer ses efforts sur ceux qui se prononcent le lors du Super mardi (Super Tuesday) afin de remporter un maximum de délégués nationaux[26]. Cette stratégie paraît similaire à celle d'Al Gore en 1988 ou à celle de Rudy Giuliani en 2008 qui furent des échecs même s'ils n'avaient pas la fortune de Bloomberg[27]. Lors du Super mardi, il gagne le caucus des Samoa américaines[28] mais ne remporte aucun État malgré plusieurs centaines de millions de dollars dépensés en campagnes publicitaires et en développement d’équipes de terrain[29]. Cet échec l’amène à suspendre sa campagne dès le lendemain du Super mardi et à se rallier à Joe Biden, dont il partage le positionnement politique modéré[30].

Le 20 mars 2020, il annonce faire un don de 18 millions de dollars au Parti démocrate pour l'aider à battre Donald Trump lors de l'élection générale[31].

Distinctions

Prix et récompenses

Décorations

Honneurs

  • L'université Johns Hopkins School of Hygiene and Public Health, créée en 1916, est renommé Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health (en) le , en l'honneur des dons répartis sur plusieurs décennies, d'une hauteur de 2.9 milliards de dollars en 2001.

Doctorats honoris causa

Il a obtenu plusieurs doctorats honoris causa :

Apparitions

Il apparaît dans le dernier épisode de Larry et son nombril ; il interdit l'accès de New York au héros à cause d'une dispute avec Michael J. Fox. Il apparaît également dans l'ultime épisode de la série Gossip Girl.

Il apparaît comme maire de New York dans la série Law and Order (New York, police judiciaire).

Notes et références

  1. « Michael Bloomberg retourne chez les démocrates », sur lefigaro.fr,
  2. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  3. France, « Classement Forbes 2018 : Top 20 Des Milliardaires Mondiaux », sur Forbes France,
  4. Christopher Hitchens, God is not Great, p. 57
  5. http://www.slate.com/articles/news_and_politics/explainer/2008/12/is_a_1_salary_paid_in_installments.html Slate (magazine)
  6. http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/05/24/2504182_a-new-york-il-devient-interdit-de-fumer-dehors.html
  7. « Comment les milliardaires tentent d'acheter la primaire démocrate pour contrer Sanders », sur Le Vent Se Lève,
  8. New York concentre son énergie sur ses vieux gratte-ciel - Thomas Dévry, Libération, 14 mai 2007
  9. Bloomberg réélu de justesse maire de New York - Le Figaro, 4 novembre 2009
  10. « Michael Bloomberg soutient Obama et veut faire du changement climatique une priorité » - Le Monde, 1er novembre 2012
  11. Maurin Picard, « Bloomberg libère son "trône" à New York », in Le Figaro, lundi 4 novembre 2013, page 8.
  12. Michael Bloomberg a dépensé sans compter pour conquérir New York, le Figaro, 2 novembre 2014
  13. « Anne Hidalgo parle climat avec Michael Bloomberg », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », mari 16 septembre 2014, page 40.
  14. « Michael Bloomberg renonce à se porter candidat à la présidence américaine »,
  15. Jean-Marie Gonin, « Michael Bloomberg, de Manhattan à la Maison-Blanche ? », Le Figaro Magazine, semaine du 23 novembre 2018, p. 22-23.
  16. Maurin Picard, « Ces conventions qui ont divisé l'Amérique », Le Figaro, samedi 30 / dimanche 31 juillet 2016, page 8.
  17. Émilie Cabot, « L'ex-maire de New York, Michael Bloomberg, séduit par Emmanuel Macron », parismatch.com, (lire en ligne, consulté le 14 avril 2017)
  18. Jean-Marie Gonin, « Michael Bloomberg, de Manhattan à la Maison-Blanche ? », Le Figaro Magazine, semaine du 23 novembre 2018, p. 22-23.
  19. « Michael Bloomberg pas candidat à la présidentielle 2020 », sur www.msn.com (consulté le 16 novembre 2019)
  20. (en) Brian Schwartz, « Mike Bloomberg keeps talking to allies about running for president as Joe Biden struggles against Elizabeth Warren », sur CNBC, (consulté le 16 novembre 2019)
  21. (en) Craig Mauger, « Bloomberg, Trump challengers make initial ballot lists for Michigan's presidential primary », sur Detroit News (consulté le 16 novembre 2019)
  22. « Présidentielle 2020: Michael Bloomberg envisage de se lancer dans la course », sur LExpress.fr, (consulté le 16 novembre 2019)
  23. Le Point magazine, « Maison-Blanche : Bloomberg appelle à « battre Trump » », sur Le Point, (consulté le 16 novembre 2019)
  24. La Libre.be, « Le milliardaire Michael Bloomberg investit une fortune dans des publicités anti-Trump », sur www.lalibre.be, (consulté le 16 novembre 2019)
  25. (en-US) Alexander Burns, « Michael Bloomberg Joins Democratic Field for President », The New York Times, (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2019)
  26. « Pas d'Iowa ni de New Hampshire, quelle est la stratégie de Mike Bloomberg ? », sur www.cnews.fr (consulté le 19 février 2020)
  27. « Two Weeks to Super Tuesday : Democrats enter crucial phase in 2020 race », sur WPXI,
  28. (en) « Live results: 2020 American Samoa democratic caucuses », sur Washington Post (consulté le 4 mars 2020)
  29. (en-US) Nicholas Wu, « Huge staff, ad blitzes, free T-shirts: How billionaire Michael Bloomberg is campaigning for the White House », sur USA TODAY (consulté le 4 mars 2020)
  30. « Primaires démocrates : Michael Bloomberg, candidat multimilliardaire, se retire pour soutenir Joe Biden », Le Monde.fr, (lire en ligne, consulté le 4 mars 2020)
  31. « Présidentielles aux USA: Bloomberg fait une donation de 18 millions de dollars pour les démocrates », sur Le Soir, (consulté le 21 mars 2020)
  32. (en) « 75th Richard A. Cook Gold Medal Award honoring Michael R. Bloomberg », sur The Hundred Year Association of New York (consulté le 7 novembre 2019).
  33. (en) « NEW YORK CITY MAYOR MICHAEL BLOOMBERG HONORED WITH RESEARCH!AMERICA ADVOCACY AWARD », sur Research America (consulté le 7 novembre 2019).
  34. (en) « Worldwide standard for evidence-based policymaking », sur Fondation Lasker (consulté le 6 novembre 2019).
  35. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant.(en) https://www.medalofphilanthropy.org/michael-r-bloomberg/ (consulté le 7 novembre 2019).
  36. (en) « The Honorable Michael R. Bloomberg », sur American Academy in Berlin (consulté le 7 novembre 2019).
  37. (en) « 2011 Horatio Alger Award Winner », sur Horatio Alger Association (consulté le 6 novembre 2019).
  38. (en) « Michael Bloomberg, Inaugural Genesis Prize Laureate », sur Prix Genesis (consulté le 6 novembre 2019).
  39. (en) « Bloomberg Named an Honorary Knight », sur New York Times (consulté le 7 novembre 2019).
  40. (en) « Le maire de Jérusalem reçoit le titre de docteur honoris causa », sur LPH Info (consulté le 7 novembre 2019).
  41. (en) « University Announces 2017 Honorary Degree Recipients », sur GW Today (consulté le 7 novembre 2019).
  42. (en) « Michael Bloomberg », sur Famous Entrepreneurs (consulté le 7 novembre 2019).
  43. « Among NYC mayor's advice to grads: Call your mother - The Boston Globe », sur archive.boston.com
  44. (en) « Bloomberg to address graduates », sur The Daily Pennsylvanian (consulté le 7 novembre 2019).
  45. (en) « Past Honorary Degree Recipients », sur Université Fordham (consulté le 7 novembre 2019).
  46. (en) « Honorary Degree », sur Université Harvard (consulté le 7 novembre 2019).
  47. (en) « Williams College Announces its 2014 Honorary Degree Recipients », sur Williams College (consulté le 7 novembre 2019).
  48. (en) « Michael Bloomberg to deliver U-M spring commencement address », sur Michigan Radio (consulté le 7 novembre 2019).
  49. (en) « Gala de l'American Technion Society », sur Muriel Touaty (consulté le 7 novembre 2019).
  50. (en) « Michael Bloomberg's Remarks from the 2017 Villanova University Commencement Ceremony », sur Michael Bloomberg (consulté le 7 novembre 2019).
  51. (en) « Seven to receive honorary degrees at Washington University’s 158th Commencement », sur Université Washington de Saint-Louis (consulté le 7 novembre 2019).

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de New York
  • Portail de la politique aux États-Unis
  • Portail de la culture juive et du judaïsme
  • Portail de la finance
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.