Michel Grossetti

Michel Grossetti, né le à Toulouse, est un sociologue français, directeur de recherche au CNRS et directeur d'études à l'EHESS. Il est membre du LISST.

Michel Grossetti
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
CNRS (d)

Ses travaux portent sur l'innovation, la géographie des activités scientifiques, les réseaux sociaux et la théorie sociologique.

Innovation, systèmes industriels locaux, effets de proximité, réseaux

Dans ses recherches sur les systèmes industriels locaux (que l'on appelle souvent des "clusters"), il a défendu l'idée qu'il est nécessaire de dissocier les logiques de constitution historique de ces systèmes et leurs logiques de fonctionnement pour une période donnée. Selon lui, plusieurs types de processus historiques peuvent conduire à la formation de systèmes industriels équivalents. Il défend aussi une explication des effets de proximité dans les relations entre entreprises (ou entre entreprises et organisations scientifiques) qui met en avant la dépendance des organisations relativement aux réseaux de relations interpersonnelles, phénomène que l'on désigne en général par la notion d'encastrement. Il a également travaillé dans le cadre d'un programme européen à une recherche sur la "classe créative" dont les résultats contredisent la thèse d'une grande mobilité des personnes travaillant dans les secteurs d'activité que l'on associe en général à cette notion. Leur faible mobilité durable (le fait que peu changent souvent de lieu de vie), malgré une forte mobilité temporaire (courts séjours), explique le peu d'efficacité des politiques visant à attirer dans certaines villes des "créatifs" de divers types. Il a aussi développé avec l'économiste Olivier Bouba-Olga une conceptualisation spécifique des types de proximité à l'œuvre dans les processus économiques.

Histoire des institutions scientifiques

Ses travaux sur l'histoire des institutions scientifiques (universités, laboratoires, disciplines, etc.) ont porté en particulier sur l'ingénierie. Il a montré que le développement en France après la seconde guerre mondiale des enseignements et des recherches en informatique (article avec Pierre-Éric Mounier-Kuhn), automatique, sciences de la parole (article avec Louis-Jean Boë) ou génie chimique (article avec Claude Detrez) s'est appuyé sur les formations universitaires d'ingénieurs créées à la fin du XIXe siècle.

Géographie des activités scientifiques

En géographie des activités scientifiques, il défend l'hypothèse d'une tendance à la déconcentration géographique (des pays anciennement hégémoniques vers les pays "émergents" et des grandes métropoles mondiales vers d'autres villes) sous l'effet de l'accroissement des effectifs de la recherche académique, accroissement lié dans de nombreux pays aux évolutions de l'organisation spatiale de l'enseignement supérieur.

Réseaux sociaux

Ses travaux sur les réseaux sociaux associent des études classiques sur les "réseaux personnels" et le développement d'une méthode plus originale centrée sur les chaînes relationnelles. Sur les réseaux personnels, il a en particulier transposé en France une méthode utilisée dans une étude menée dans les années 1970 en Californie, ce qui lui a permis d'opérer des comparaisons, dont les résultats sont intégrés à l'ouvrage "La vie en réseau" coécrit avec Claire Bidart et Alain Degenne. Sur les chaînes relationnelles, il a mis au point une méthode (les "narrations quantifiées") permettant de reconstruire des processus de mise en relation de personnes, de repérer les cas où ces mises en relations impliquent la mobilisation de relations interpersonnelles, et dans ce cas d'identifier les chaînes de relations mobilisées.

Théorie et méthodes en sociologie

Sur le plan de la théorie sociologique, il a cherché à construire un cadre d'analyse susceptible de traiter des processus sociaux comportant une part variable d'imprévisibilité. Il a pour cela défini une ontologie qu'il présente comme "robuste" et la plus compatible possible avec plusieurs théories existantes[1], une conception des "échelles d'analyse" qui se déploie sur trois dimensions[2] et il a repris au sociologue américain Harrison White les notions d'encastrement et de découplage pour rendre compte de l'émergence ou de la dissolution des formes sociales (relations, réseaux, collectifs). Ce cadre d'analyse est présenté dans l'ouvrage "Sociologie de l'imprévisible" et dans divers articles postérieurs. Il a aussi collaboré à la rédaction avec Harrison White de la deuxième édition de l'ouvrage "Identity and Control"; version qu'il a traduite en français avec Frédéric Godart. Il contribué avec Claire Bidart, Marc Bessin, et divers autres chercheurs à une réflexion sur la notion de bifurcation en sciences sociales (ouvrage "Bifurcations"). Il s'est également engagé dans un travail collectif de réflexion sur les sciences sociales, à travers le séminaire "L'espace des sciences sociales" organisé à Toulouse depuis 2008.

Publications

Ouvrages

  • Michel Grossetti, Jean-François Barthe, Nathalie Chauvac, 2018, Start-ups, des entreprises comme les autres ? Une enquête sociologique en France, Paris, Sorbonne Université Presses.
  • Pierre-Marie Chauvin, Michel Grossetti, Pierre-Paul Zalio, 2014, Lexique sociologique de l’entrepreneuriat, Paris, Les Presses de SciencePo.
  • Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti, 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Presses Universitaires de France, Collection « Le lien social »
  • Marc Bessin, Claire Bidart, Michel Grossetti (dir.), 2010, Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, La Découverte, coll. Recherches
  • Michel Grossetti, 2004, Sociologie de l’imprévisible. Dynamiques de l’activité et des formes sociales, Presses Universitaires de France, Collection « Sociologie d’aujourd’hui », 225 pages.

Sociologie de l’imprévisible en ligne

  • Michel Grossetti et Philippe Losego (dir.), 2003, La territorialisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. France, Espagne, Portugal, L’Harmattan, Coll. « Géographie en liberté ».
  • Christophe Beslay, Michel Grossetti, Denis Salles, François Taulelle, Régis Guillaume et Michel Daynac, 1998, La construction des politiques publiques locales. Le cas des reconversions industrielles, L'Harmattan, Coll. « Logiques politiques »
  • Michel Grossetti, Science, industrie et territoire, 1995, Presses Universitaires du Mirail, Coll. "Socio-logiques".

Science, industrie et territoire en ligne

  • Michel Grossetti (ed), 1994, Université et Territoire. Un système scientifique local, Toulouse et Midi-Pyrénées, Série "Villes et Territoires", Presses Universitaires du Mirail

Articles (sélection)

  • Azam Martine, Grossetti Michel, Laffont Laurent et Benoît Tudoux, « Choix musicaux, modes de découverte et contextes d’écoute. Une typologie des univers musicaux des 15-25 ans », Sociologie, 2018/4 (Vol. 9), p. 343-360. URL : https://www.cairn.info/revue-sociologie-2018-4.htm-page-343.htm
  • Hosnedlová Renáta, Grossetti Michel et Tudoux Benoît, 2018, « L’évolution des inégalités relationnelles après 60 ans », Temporalités [En ligne], 27, URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3936.
  • Bidart Claire, Degenne Alain, Grossetti Michel, 2018, « Personal networks typologies: A structural approach », Social Networks, n°54, pp. 1–11.
  • Marion Maisonobe, Michel Grossetti, Béatrice Milard, Denis Eckert, Laurent Jégou, 2016, « L’évolution mondiale des réseaux de collaborations scientifiques entre villes : des échelles multiples », Revue française de sociologie, 57-3, p. 417-441.
  • Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti, 2015, « La métropolisation, horizon indépassable de la croissance économique ? », Revue de l’OFCE, p. 117-144
  • Michel Grossetti, 2014, « Que font les réseaux sociaux aux réseaux sociaux ? Réseaux personnels et nouveaux moyens de communication », Réseaux, no 184-185, 2014/2-3 p. 187 à 209.
  • Michel Grossetti, Denis Eckert, Laurent Jégou, Yves Gingras, Béatrice Milard, Vincent Larrivière, 2013, « Cities and the geographical deconcentration of scientific publications », Urban Studies, Vol. 51, no 10, p. 2219–2234.
  • Michel Grossetti, 2011, « Les narrations quantifiées. Une méthode mixte pour étudier des processus sociaux », Terrains et Travaux, no 19, p. 161-182
  • Michel Grossetti, 2011, « L’espace à trois dimensions des phénomènes sociaux. Échelles d’action et d’analyse », SociologieS, http://sociologies.revues.org/index3466.html
  • Martin-Brelot Hélène, Grossetti Michel, Eckert Denis, Gritsai Olga and Kovács Zoltan, 2010, « The spatial mobility of the ‘creative class’ ': a European Perspective », International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 34, no 4, p. 854-870.
  • Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti, 2008, « Socio-économie de proximité », Revue d’économie régionale et urbaine, no 3, p. 311-328
  • Michel Grossetti et Jean-François Barthe, 2008, « Dynamiques des réseaux interpersonnels et des organisations dans les créations d’entreprises », Revue Française de Sociologie, 49-3, p. 585-612.
  • Michel Grossetti, 2007, « Are French networks different ? », Social Networks, Vol. 29, no 3, p. 391-404.
  • Michel Grossetti, Jean-Marc Zuliani et Régis Guillaume, 2006, « La spécialisation cognitive. Les systèmes locaux de compétence en Midi-Pyrénées », Les Annales de la recherche urbaine, no 101, p. 23-31.
  • Michel Grossetti, 2006, « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », Cahiers Internationaux de Sociologie, no 120, p. 5-28.
  • Michel Grossetti, 2005, « Where do social relations come from?: A study of personal networks in the Toulouse area of France », Social Networks, 27, p. 289-300.

Notes et références

  1. Voir notamment : Michel Grossetti, « Quelle est la matière du monde social ? Un essai d'ontologie robuste », dans Marc-Henry Soulet (dir.), Sociétés en mouvement, sociologie en changement, Québec, Presses de l’université de Laval, coll. « Sociologie contemporaine », , 398 p. (ISBN 978-2-7637-2976-3, lire en ligne), p. 2 (du document HAL)
  2. Voir notamment : Michel Grossetti. L'espace à trois dimensions des phénomènes sociaux .. Dossier du CERS : "Niveaux d'action et d'analyse. Essais de sociologie ouverte." 2007. Lire en ligne

Liens externes

  • Portail de la sociologie
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.