Mireille Debard

Mireille Debard est une journaliste, cofondatrice et secrétaire du Groupe d'action et de résistance à la militarisation, née en 1935 à Lyon.

Mireille Debard
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de

Biographie

En 1967, elle est cofondatrice et secrétaire du Groupe lyonnais de soutien aux « renvoyeurs » du livret militaire[1] rebaptisé en 1969 Groupe d'action et de résistance à la militarisation (GARM).

La Lettre des objecteurs mentionne régulièrement son adresse comme contact pour le renvoi des livrets militaires.

Le , son mari, Robert Debard, et onze autres militants brûlent publiquement leurs livrets militaires en soutien à François Janin et Jean-Michel Fayard, objecteurs de conscience dont le statut a été refusé et qui sont emprisonnés pour insoumission [2],[3].

Le , avec une vingtaine de militants du Garm et du groupe de Romans Objection et résistance, elle intervient en gare de Valence (Drôme). Ils s'enchaînent à un train espagnol et devant lui. Ils réclament un statut pour les objecteurs espagnols et dénoncent l'accord de coopération militaire franco-espagnol et la collaboration en matière de répression politique[4]. Le même jour, d’autres groupes bloquent plusieurs fois le train sur son parcours. Elle est condamnée à une amende avec Jean-Pierre Lanvin, Christian Mellon, Dominique Mellon, Didier Van Cothem et Olivier Brachet[5],[6].

Quatre chefs d’inculpation sont signifiés à douze personnes : injures envers l'armée, incitation de militaires à la désobéissance, provocation à la désertion et à l'insoumission, incitation à autrui pour bénéficier du code du service national dans le but exclusif de se soustraire à ses obligations militaires. Ces inculpations visent des militants du Garm dont Mireille Debard et Paulette Declipelleir, la trésorière, ainsi que Henri Leclerc, gérant de la SARL Imprimerie presse nouvelle qui a imprimé les tracts incriminés[7]. C’est la première fois depuis quatre-vingt-dix ans qu’un imprimeur va être jugé comme complice de diffuseurs d’imprimés. Les quatre tracts sont aussitôt réimprimés dans un numéro spécial de la Lettre des objecteurs[8]. Le , trois-cents personnes se massent pour assister à l’audience. L'éditeur François Maspero témoigne. La défense fait état de quatre cents lettres de soutien dont celles de Pierre Mendès France, de Daniel Mayer, président de la Ligue des droits de l’Homme[9]. Les prévenus sont condamnés à des amendes[10]. L'imprimeur est relaxé en appel[11].

Mireille Debard et des membres du Garm et d'autres groupes assistent régulièrement aux audiences du Tribunal permanent des forces armées de Lyon. Une circulaire interne définit les objectifs du Garm : informer la presse, comparer avec les sanctions dans le civil, inciter à un meilleur travail les avocats commis d’office, dégager la signification politique des faits reprochés, améliorer le rapport de force avocats-juges[12]. Des tableaux numériques sur les types d'inculpations et les sentences sont régulièrement publiés. Mireille Debard et le journaliste de Libération Jean-Luc Hennig publient Les Juges kaki[13], un dossier de près de 300 pages, illustré par Cabu et préfacé par Michel Foucault[14], avec de nombreux verbatim d’audiences dans tous les tribunaux en France et à Landau, en Allemagne, pour les soldats stationnés dans ce pays.

Elle travaille comme journaliste judiciaire environ de 1978 à 1998. Elle est collaboratrice de l'Agence France-Presse, de Libération[15], de Libération Lyon, de Les Petites Affiches et de Le Fou Parle[16].

Dans Comparutions immédiates, Mireille Debard, André Gachet, Chantal Pidoux et David Bernardot recensent 500 audiences de la 14ème chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Lyon réservée aux comparutions immédiates et suivies, en 2007, par le Conseil lyonnais pour le respect des droits.

Œuvres

  • avec Jean-Luc Hennig, illustrations de Cabu, Les Juges kakis, Paris, 1977, Alain Moreau[13]
  • L'enfant au tribunal[17]
  • Dossiers classés: Enquête sur des non-lieux pour état de démence[18]
  • Itinéraires d'insertion. De la maladie mentale au travail ordinaire[19]
  • Prisons de Lyon[20],[21] (contribution)
  • T'en auras les reins brisés[22],[23],[24]
  • avec André Gachet, Chantal Pidoux et David Bernardot, Comparutions immédiates, Lyon, 2008, Conseil Lyonnais pour le respect des Droits, 35 pages
  • Muriel Ferrari (préf. Mireille Debard), Je voulais vous dire : récit de vie, La Passe du vent, (ISBN 9782845622920 et 2845622929, OCLC 957668655, lire en ligne)

Bibliographie

  • Maurice Balmet, Patrice Bouveret, Guy Dechesne, Jean-Michel Lacroûte, François Ménétrier et Mimmo Pucciarelli, Résister à la militarisation : Le Groupe d'action et de résistance à la militarisation, Lyon 1967-1984, Lyon, Atelier de création libertaire, , 324 p. (ISBN 9782351041215)

Articles connexes

Notes et références

  1. « Huit personnes renvoient leur livret militaire au ministre des armées », Le Monde,
  2. « Douze livrets militaires brûlés, hier devant l'église Saint-Bonaventure », Dernière Heure lyonnaise,
  3. « Douze livrets militaires brûlés », Lettre des objecteurs, , Supplément
  4. « Les enchaînés du Trans Europe Express », Le Monde,
  5. « 400 F d'amende à six objecteurs de conscience », Le Monde,
  6. Maurice Balmet, Patrice Bouveret, Guy Dechesne, Jean-Michel Lacroûte, François Ménétrier et Mimmo Pucciarelli, Résister à la militarisation : Le Groupe d'action et de résistance à la militarisation, Lyon 1967-1984, Lyon, Atelier de création libertaire, , 324 p. (ISBN 9782351041215), p. 48 à 49
  7. Jean-Marc Théolleyre, « Un imprimeur de tracts antimilitaristes va être jugé comme complice de ceux qui les ont diffusés », Le Monde,
  8. Lettre des objecteurs, Lyon (no supplément au 19), , 12 p.
  9. Jean-Marc Théolleyre, « L'imprimeur, outil de la pensée " ou délinquant de droit commun ? », Le Monde,
  10. Jean-Marc Théolleyre, « Un imprimeur est jugé coupable de provocation à l'insoumission », Le Monde,
  11. J.-M. Th., « La cour d'appel de Lyon annule la condamnation d'un imprimeur de tracts antimilitaristes », Le Monde,
  12. Circulaire du 29 novembre 1972, archives de l'Observatoire des armements
  13. Mireille Debard et Jean-Luc Hennig (préf. Michel Foucault, ill. Cabu), Les juges kaki, Paris, Alain Moreau, 4e trimestre 1977, 297 p.
  14. Michel Foucault, « Les Juges kaki », Le Monde,
  15. « Mireille DEBARD - Libération », sur liberation.fr (consulté le 16 mai 2018)
  16. Mireille Debard, Le Fou parle, Paris, Éditions le Chemin,
  17. Mireille Debard, L'enfant au tribunal, Libres-Hallier, , 310 p. (ISBN 9782862970288)
  18. Mireille Debard, Dossiers classés : Enquête sur des non-lieux pour état de démence, Paris, Albin Michel, (ISBN 9782226014634)
  19. Mireille Debard, Itinéraires d'insertion. De la maladie mentale au travail ordinaire, Chronique Sociale, , 155 p. (ISBN 2-85008-411-5)
  20. Bolze, Bernard, 19..- ... et Delarue, Jean-Marie, 1945- ..., Prisons de Lyon : une histoire manifeste, Lieux dits, (ISBN 9782362190827, OCLC 862213998, lire en ligne)
  21. « Prisons de Lyon », Le Zèbre, (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018)
  22. André Boiron, Mireille Debard et François Saint-Pierre, T'en auras les reins brisés, EMCC, (ISBN 9782357403581 et 2357403586, OCLC 903334948, lire en ligne)
  23. Alice Patalacci, « André Boiron livre son autobiographie », Lyon Capitale, (lire en ligne)
  24. Patricia Tourancheau, « L’addition salée de Dédé, ancien gangster lyonnais », Libération,

Liens externes

  • Portail du journalisme
  • Portail sur la paix
  • Portail de la métropole de Lyon
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.