Montbard

Montbard est une commune française d'environ 5 500 habitants, chef-lieu d'arrondissement, sous-préfecture du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Montbard

La rivière Brenne et le centre historique de Montbard.

Blason

Logo
Administration
Pays France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or (sous-préfecture)
Arrondissement Montbard (chef-lieu)
Canton Montbard (bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes du Montbardois (siège)
Maire
Mandat
Laurence Porte
2014-2020
Code postal 21500
Code commune 21425
Démographie
Gentilé Montbardois
Population
municipale
5 160 hab. (2017 )
Densité 111 hab./km2
Population
aire urbaine
8 803 hab. (2015)
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 25″ nord, 4° 20′ 16″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 366 m
Superficie 46,37 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Montbard
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Montbard
Géolocalisation sur la carte : France
Montbard
Géolocalisation sur la carte : France
Montbard
Liens
Site web montbard.com

    Située sur la grande artère ferroviaire de la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, elle est desservie par le TGV et est traversée par le canal de Bourgogne.

    Ville natale du naturaliste Buffon, Montbard abrite une industrie de transformation métallurgique importante.

    Géographie

    Le canal de Bourgogne à Montbard.

    Montbard est située au nord-ouest de Dijon. Sa gare est desservie par des TGV Paris - Dijon - Besançon - Mulhouse et Lille - Mulhouse, ce qui la relie à Paris en une heure et à Lille en deux heures.

    Villages, hameaux, lieux-dits, écarts

    (liste alphabétique non exhaustive)

    • Corbeton (hameau détruit)

    Géologie

    Hydrographie

    Communes limitrophes

    Toponymie

    Le site de Montbard est un petit mont qui barre la vallée de la Brenne.

    Le toponyme est documenté sous les formes castrum Barris montis (1065), Montbar (1096), Mons Barrum (1129)…

    Il s'agit donc d'un nom pléonastique « Mont-Mont » composé du latin Monte- et du prélatin Barr- de même signification[1]. Ce terme a donné le gaulois barros 'tête' et de nombreux toponymes, comme Barr, Bar, parfois corrompus en Bard, d'où les noms de Bard, Bard-le-Régulier et Bard-les-Epoisses.

    Le -d final n'est pas étymologique et, contrairement à une étymologie populaire répandue[n 1], la commune ne doit pas son nom à un barde gaulois.

    La graphie restituée est Montbar.

    Histoire

    Le site de Montbard est occupé dès l'Antiquité.

    Au temps des Gaulois, Montbard abrite une communauté de druides.

    Au Moyen Âge, elle est un bourg important autour du château de Montbard du Xe siècle. En 1070, sainte Alèthe de Montbard (mère de Bernard de Clairvaux) y naît. Le futur saint Bernard a pour oncle le comte André de Montbard. En 1231 elle est érigée en commune par le duc Hugues IV de Bourgogne ; en ce siècle, Montbard a une léproserie[n 2]. Elle devient ensuite un lieu de fréquents séjours des ducs Valois de Bourgogne.

    En 1590, elle est assiégée par le comte de Tavannes Guillaume de Saulx, lieutenant du roi Henri IV de France, qui combat le duc Charles-Emmanuel de Savoie-Nemours.

    En 1707, le naturaliste et comte Georges-Louis Leclerc de Buffon y naît, et y réside une grande part de sa vie, faisant de fréquents allers et retours à Paris où il dirige le Jardin royal des plantes médicinales (dit « le Jardin du Roi »), futur Muséum national d'histoire naturelle. Y recevant l'Europe entière des lettrés, il accueille Jean-Jacques Rousseau de son retour d’exil. C’est là qu’il peaufine, au calme, les textes qui vont constituer son œuvre monumentale, Histoire naturelle, générale et particulière avec la description du cabinet du Roy. Il s’emploie également à développer l’économie de son domaine : en 1733 il crée une pépinière d’arbres ; en 1767 il installe des forges où sont fabriqués des boulets de canon[2].

    En , Jean-Andoche Junot, duc d'Abrantès, général et ami de longue date de l'empereur Napoléon Ier, meurt à demi-fou à Montbard, dans la maison de son père.

    En 1833, le canal de Bourgogne y est ouvert à la navigation.

    En 1926, par décret de Raymond Poincaré, Montbard devient sous-préfecture en remplacement des sous-préfectures de Châtillon-sur-Seine et de Semur-en-Auxois.

    Le , la 10e brigade blindée polonaise du général Maczek met les Allemands en déroute près de Montbard (à Nod-sur-Seine) mais se voit alors isolée, les unités françaises sur ses deux flancs étant défaites ou en retraite. Le , la brigade est pratiquement encerclée et à court d’essence et de munitions. Le général Maczek ordonna la destruction du matériel de l’unité et la dispersion des hommes.

    Traditions locales

    « En fait de légendes et coutumes locales, Montbard est excessivement pauvre » déclare Ferdinand Sardin dans sa brochure sur Montbard[3]. Parmi les rares traditions locales, on peut citer la confection et la dégustation des mariottes à l'occasion de la Chandeleur, une tradition qui a perduré jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale.

    Politique et administration

    Tendances politiques et résultats

    Liste des maires

    L'hôtel de ville.
    Liste des maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    Les données manquantes sont à compléter.
    1815   Pierre-Paul Lorieux   Maître de forges
    1904 1907 Anatole Hugot    
    1907 1908 A. Goulier    
    1908 1912 E. Lefol    
    1912 1919 Jules Poillot Rad. ind. Conseiller général
    1919 1925 E. Lalle    
    1925 1929 Jules Poillot Rad. ind. Député
    1929 1935 P. Vangeon    
    Occupation 1944 P. Beaudoin    
    1944 1945 J. Brunhes    
    1945 1945 P.Vangeon    
    1945 1947 A. Goyard    
    1947 1953 P. Beaudoin    
    1953 1955 A. Boisse    
    1955 mars 1971 L. Defer    
    mars 1971 juin 1995 Jacques Garcia PCF Conseiller général du canton de Montbard (1967-1985)
    juin 1995 mars 2008 Michel Protte UMP  
    mars 2008 mars 2014 Christelle Silvestre PS  
    mars 2014 En cours Laurence Porte UDI vice-présidente du conseil départemental

    Démographie

    Ses habitants sont appelés les Montbardois.

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

    En 2017, la commune comptait 5 160 habitants[Note 1], en diminution de 5,09 % par rapport à 2012 (Côte-d'Or : +1,22 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
    2 3162 1182 0611 8752 1232 2152 3152 6972 428
    1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
    2 6172 7132 6282 6532 6072 5712 5092 6533 632
    1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
    3 8243 9574 8634 1934 4234 0974 4554 8716 386
    1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017
    7 0507 5137 7077 1086 3005 8155 5275 3505 160
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Villes jumelées

    Économie

    La ville, qui possède une antenne de la chambre de commerce et d'industrie de Côte-d'Or, joue un rôle commercial important pour les communes qui l'entourent.

    Pôle industriel

    La zone industrielle est particulièrement importante à Montbard, héritière d'une longue tradition métallurgique et ouvrière. Elle regroupe neuf grandes entreprises métallurgiques, dont une usine du groupe Vallourec spécialisée dans la fabrication de tubes en acier et de faisceaux tubulaires en inconel destinés à l'industrie nucléaire.

    La zone industrielle
    vue depuis le parc Buffon.
    Métal déployé[8] 
    Le métal déployé est un treillis métallique réalisé par cisaillage et étirement de feuilles de métal. L'atout majeur de ce produit réside en ce qu'il est fait d'une seule pièce sans soudure ni assemblage et n'occasionne pas de perte de matière. Fondée en 1902, l'entreprise Métal Déployé est leader français pour la production de métal déployé et se positionne parmi les premiers producteurs européens. Ses secteurs traditionnels sont l'automobile et la construction. Depuis plusieurs années, l'entreprise produit également pour l'architecture avec des applications diverses telles brise-soleil, revêtement de façade, plafond, habillage « seconde peau », etc.
    Métal Déployé Résistor[9] 
    Depuis 1938, Métal Déployé Resistor est fabricant de résistances électriques de puissance pour la fabrication de bancs de charge, mise à la terre, filtrage, contrôle moteur ou résistance de traction (rhéostats de freinage et résistances auxiliaires) ou chauffage industriel. Metal Deploye Resistor intègre des composants connexes à la résistance de puissance (sectionneurs, commutateurs, traversées, TC, etc.)
    Metal Deploye Resistor réalise 60 % de son chiffre d'affaires à l'international et compte environ 80 personnes sur son site de Montbard ;
    Salzgitter Mannesmann Stainless Tubes[10] 
    La filiale française du groupe allemand Salzgitter produit à Montbard des tubes sans soudure en acier inoxydable et en alliages de nickel ;
    Vallourec Bearing Tubes[11] 
    Tubes et tuyaux en métaux ferreux (fabrication par laminage à chaud et/ou à froid) ;
    Valinox nucléaire[12] 
    Fabrique des tubes sans soudure en acier inoxydable et en inconel pour les centrales électriques et nucléaires (2d traitement thermique et finition) ;
    Bliss ;
    Viel 
    caisses en bois.

    Les équipements

    Enseignement

    4 écoles maternelles 
    Diderot, Pasteur, Jacques-Yves-Cousteau, et l'École Sainte-Marie (anciennement École Privée Buffon) ;
    4 écoles primaires 
    Diderot, Joliot-Curie, Langevin et l'École Sainte-Marie (anciennement École Privée Buffon) ;
    1 collège 
    Louis-Pasteur ;
    1 lycée professionnel 
    Eugène-Guillaume.

    Sports et loisirs

    • deux stades
    • un centre nautique : Amphitrite
    • deux gymnases
    • plusieurs courts de tennis découverts
    • médiathèque
    • cinéma
    • une maison des jeunes et de la culture[13]
    • centre équestre
    • un tennis couvert
    • un club de handball : AS Auxois
    • un camping municipal

    Lieux et monuments

    Patrimoine religieux

    • Église Sainte-Urse, allée Clémenceau située dans le parc, Buffon est enterré dans la crypte d'une chapelle attenante à l'église.
    • Église Saint-Paul, rue Eugene Guillaume
    • Chapelle Notre-Dame Grande Rue (hameau La Mairie)
    • Chapelle des ursulines (Musée des beaux arts)
    • Salle du royaume des témoins de jehovah, 1 rue du Square

    Aux environs

    Transports

    Un service de transport public[14] relie les différents quartiers (hameau de la Mairie, la gare, les Perrières, les Bordes, Le Beugnon, Corbeton, Cité Fays, Cités de la Marne, etc.) au centre ville et aux principales zones commerciales et zones de services (Mairie, Poste, Pôle Emploi, etc.). Le service de transport est partagé en 3 circuits[15].

    La navette fonctionne les vendredis matin.

    Car

    Le conseil départemental assure le transport sur tout le territoire de la Côte-d'Or. Le réseau Transco vise à faciliter les déplacements interurbains quotidiens. Les lignes 70 et 73 desservent Montbard. Ainsi, de Montbard, en utilisant le car, on peut facilement rejoindre Semur-en-Auxois, Precy-sous-Thil, Saulieu et même Liernais avec un ticket unité à 1,50 euros (ligne 70). La ligne 73, quant à elle, relie Montbard à Pouilly-en-Auxois (5 allers et retours quotidiens) via les villes de Venarey et Vitteaux et des sites culturels comme le récent MuséoParc Alésia ou le village de Saint-Thibault. Les horaires de départ de Montbard sont adaptés aux passage de TER ou de TGV en gare de Montbard.

    De plus, les offices de tourisme du Montbardois envisagent de mettre en place un car touristique permettant de rallier les sites majeurs de la région durant les mois de juillet et . Son itinéraire passera par Montbard, Venarey, Alise-Sainte-Reine, Bussy-Rabutin, Flavigny et le site de l’abbaye de Fontenay.

    Train

    Montbard possède une gare avec 10 dessertes TGV par jour et jusqu'à 40 trains qui s'arrêtent quotidiennement. La gare SNCF est située sur la ligne de chemin de fer de Paris-Gare de Lyon à Marseille avec une fréquentation annuelle d'environ 450 000 voyageurs[16].

    Des tarifs préférentiels permettent d'effectuer un aller retour Paris/Montbard en TER à prix réduit[17]. Un programme de travaux a été entamé récemment dans le but de rendre la gare plus accessible et accueillante[18].

    Accident ferroviaire

    Le , le TEE Cisalpin est victime d'un grave accident à proximité de la gare de Montbard : lancé à 140 km/h, le RAe TEE II percute des wagons de marchandises oubliés en pleine voie et déraille. L'accident fait neuf morts et onze blessés. C'est le plus grave accident d'un TEE après celui du Bavaria (28 morts près de Kempten le ).

    Personnalités liées à la commune

    Edme Georges Piot, sénateur né à Montbard (portrait par Glaize, 1904)

    Héraldique

    Les armes traditionnelles de la ville de Montbard se blasonnent ainsi :

    « D'azur à deux bars adossés d'argent, au chef parti, au premier d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules, au second bandé d'or et d'azur de six pièces à la bordure de gueules[19]. »

    Voir aussi

    Bibliographie

    • Montbard Cité de Buffon édité par l'Office de tourisme
    • Montbard ses feux ses temps ses lieux par B. et H. Duthu
    • Florence Weber, Le travail à côté. Etude d'ethnographie ouvrière, Paris, Ed. de l'EHESS, 1989 (éd. revue et augmentée en 2009).

    Articles connexes

    Liens externes

    Notes et références

    Notes

    1. Jean Nadault dans son manuscrit « Mémoires pour servir à l'histoire de la Ville de Montbard » dit que la ville existait à l'époque des « bardes », ces poètes et chanteurs celtes, d'où le « d » placé à la fin de son nom.Nombre de sites de la région font référence à la période gauloise.À certaines époques le nom de la ville fut amputé du « d » et à d'autres il fut remplacé par un « t ».Finalement c'est le « d » qui fut conservé.Le « castus Montusbarri » est cité dans plusieurs chartes (dont la charte communale de 1231, octroyée par le duc Hugues IV) au comte d'Auxois.Castrum désignait le château mais aussi la ville fortifiée, le château est sur un mont.La légende attribue à Bardus, cinquième roi des Gaulois, la fondation des écoles de musique où enseignaient des bardes, et l'on soutint même que celle de Montbard était la principale.Courtépée fournit quelques explications complémentaires : « le nom celtique de Montbard, mons Bardorum, séjour des anciens bardes annonce son antiquité ». Aussi Guy le Fèvre, en sa Galerie, l'appelle « le Parnasse des poètes français ». Ladonne ne doute point de cette étymologie. Le temps destructeur et les ravages des guerres ont privé la commune de monuments qui pourraient prouver l'assertion de ces auteurs.
    2. Dans l'Avallonnais et proche, les léproseries connues sont à Auxerre, Avallon, Vézelay, Pontaubert, Semur, Montréal (probablement Montréal, avec le prieuré Saint-Bernard) et Montbard. Voir Abbé Emile Maillot, « La léproserie de Noyers », Bulletin de la Société d'études d'Avallon, , p. 70-72 (lire en ligne [sur gallica], consulté le 6 mai 2019), p. 70.
    Notes sur la démographie
    1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

    Références

    1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6).
    2. Yves Zarka (avec la collaboration de Marie-France Germain), Buffon, le naturaliste philosophe, éditions Chemins de tr@verse, 2014
    3. Paul Beau, « Les Mariottes de la Chandeleur », Bulletin de la Société archéologique et biographique du canton de Montbard n°10, , p. 21 (lire en ligne)
    4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
    8. Site de Métal déployé
    9. Metal Deploye Resistor
    10. (en) Sainless tubes, sur le site smst-tubes.com
    11. non trouvée le 31 octobre 2013 sur le site businesspme.com
    12. Tubes pour générateur de vapeur, sur le site valinoxnucleaire.com
    13. Site officiel de la maison des jeunes et de la culture de Montbard.
    14. Informations municipales, sur le site ville-montbard.fr
    15. non trouvé le 31 octobre 2013, sur le site forumpro.fr
    16. « Fréquentation en gares », sur ressources.data.sncf.com (consulté le 4 janvier 2019)
    17. non trouvé le 31 octobre 2013, sur le site pays-auxois-morvan.fr
    18. non trouvé le 31 octobre 2013, sur le site bienpublic.com
    19. Contra « D'azur, à deux barbeaux d'or posés en fasce l'un de l'autre ; le premier tourné à droite, et le deuxième à gauche ; au chef de Bourgogne ancien », tel que rapporté par Malte-Brun dans la France illustrée (1882) ; noter que ce blasonnement est peu orthodoxe dans son énoncé.
    • Portail de la Côte-d’Or
    • Portail des communes de France
    • Portail de la Bourgogne
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.