Musée des Beaux-Arts de Chambéry

Le musée des Beaux-Arts de Chambéry est un musée public situé en France sur la commune de Chambéry dans le département de la Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Musée des beaux-arts de Chambéry
Le musée des Beaux-Arts de Chambéry.
Informations générales
Site web
Collections
Collections
  • Peintures françaises
  • Peintures italiennes
  • Peintures des écoles du nord
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Place du Palais de Justice
73000 Chambéry
Coordonnées
45° 34′ 06″ N, 5° 55′ 11″ E
Géolocalisation sur la carte : Chambéry
Géolocalisation sur la carte : France
Géolocalisation sur la carte : Savoie

Propriété de la commune, il est installé au cœur du centre-ville dans le bâtiment de l’ancienne halle aux grains, complètement rehaussé en 1889 par l'architecte François Pelaz.

Après plus de trois années de travaux de restructuration, il est de nouveau ouvert au public en .

Histoire

Le musée des Beaux-Arts de Chambéry doit sa collection à une succession de legs de collectionneurs privés. À l'origine, l'abbé de Mellarède fait don, par testament, de toute sa collection personnelle, ce qui constitue la somme des premières œuvres visibles au musée.

Par la suite vient s'ajouter les dons et legs du baron Garriod, un collectionneur savoyard établi à Florence qui fait don d'environ 250 œuvres parmi lesquelles se trouvent la Vierge à l'Enfant, œuvre maniériste de Pier Francesco Foschi et le Portrait de jeune homme attribué à Domenico Veneziano. Le peintre et académicien Benoît Molin (1810-1894) dirige le musée à partir de 1850.

Collections

Peintures italiennes

Après le musée du Louvre, le musée des Beaux-Arts de Chambéry possède la seconde plus grande collection[1] de peintures italiennes présentes en France, avec notamment des œuvres du Trecento, du Quattrocento et de la Renaissance, et des œuvres maniéristes et baroques, de l'école florentine, de l'école napolitaine et de l'école siennoise, de l'école bolonaise. Le développement des collections italiennes est notamment dû à la dation Daille, en 1980, qui a permis l'entrée dans le musée de la collection de primitifs siennois de l'écrivain français Paul Bourget[2].

Trecento

Quattrocento

Domenico Veneziano, Portrait de jeune homme (1440-1450).
Bartolo di Fredi, Retable de la Trinité (1397)

Maniérisme

Baroque

Claudio Francesco Beaumont, Hannibal jurant haine aux Romains, huile sur toile, 330 × 630 cm, XVIIIe siècle.

Les peintres de l'école napolitaine :

Thématique du portrait

Peinture française et autres

Le musée conserve une collection de peintures savoyardes de Xavier de Maistre à des peintres plus récents comme Tonia Cariffa et Andrée Pollier. Le musée dispose des œuvres d'artistes français et d'autres nationalités comme Fragonard , Langlois, Jean-Baptiste Peytavin ou Georges de La Tour, Jean Achard, Albert Charpin...

Peintures des écoles du nord

Le musée expose des œuvres de l’école du nord, dont deux peintures de 1520-1530 en provenance de polyptyques démembrés : L’Adoration des mages, qui est attribué à l'artiste Jan van Dornicke, et La Flagellation du Christ d'Anton von Worms dit Woensam.

Expositions temporaires

  • du au  : Philippe Favier, Les murmures ont des oreilles ;
  • du au  : Laurent Pécheux, un peintre français dans l'Italie des Lumières ;
  • du au  : rétrospective sur l'artiste Pierre Leloup disparu en 2010 ;
  • du au  : Patrick Faigenbaum ;
  • du au  : Françoise Petrovitch ;
  • du au  : Rois et mécènes : la cour de Savoie et les formes du rococo (Turin 1730-1750) ;
  • du au  : Jean-Luc Parant, Éboulement.
  • du au  : François Morellet et ses amis

Notes et références

  1. Informations extraites de la plaquette du musée
  2. Plaquette du musée Le Retable de La Trinité, 1987
  3. Notice no 10500001005, base Joconde, ministère français de la Culture.

Voir aussi

Articles connexex

Liens externes

  • Portail des musées
  • Portail de l’histoire de l’art
  • Portail de la peinture
  • Portail de la Savoie
  • Portail de Chambéry
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.