Musicien des musiques actuelles

Le titre CFPM de Musicien des musiques actuelles est un titre professionnel national délivré par les CFPM, Centres de formation professionnelle de la musique en France, mis en place par l'arrêté du portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles publié au Journal officiel du [1],[2],[3].

Définition

Le titre CFPM de Musicien des musiques actuelles est inscrit au niveau IV est inscrit au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles). Il valide le niveau de connaissances nécessaire à l'entrée dans la profession.

Modes d'exercice

Le musicien travaille avec des contrats de plusieurs structures au lieu de recevoir un salaire régulier d'un unique employeur[4]. Il utilise plusieurs compétences et maîtrise plusieurs styles musicaux afin d'avoir un large portefeuille d'activités.

« Tout contrat par lequel une personne s'assure, moyennant rémunération, le concours d'un artiste du spectacle en vue de sa production, est présumé être un contrat de travail dès lors que cet artiste n'exerce pas l'activité qui fait l'objet de ce contrat dans des conditions impliquant son inscription au registre du commerce. »[5]

L'artiste du spectacle qui exerce son activité en qualité de salarié dans le cadre des dispositions de l'article L. 7121-3 du Code du travail ne peut pas se déclarer micro-entrepreneur pour la même profession.

Le musicien peut :

- soit exercer sous le régime salarié pour son activité d'artiste du spectacle vivant[6],[5] avec en parallèle une activité libérale en micro-entrepreneur qui ne doit pas relever de son activité artistique du spectacle (école de musique, professeur de musique particulier, encadrement, vente, etc.)[7]. Les artistes du spectacle peuvent, parallèlement, exercer une activité professionnelle non salariée et bénéficier du régime d'indemnisation du chômage en faveur des intermittents du spectacle.

- soit exercer exclusivement son activité artistique avec inscription au registre du commerce et le régime du micro-entrepreneuriat, sans bénéficier du régime d'indemnisation du chômage en faveur des artistes intermittents du spectacle[8].

Métier

Les « professionnels estiment que la poly-activité musicale donne de meilleures garanties d'employabilité durable. Dans la musique des métiers se superposent : artiste (leader de projet et side man), compositeur, accompagnateurs, enseignants, usager des technologies du son… La formation doit donc être en adéquation avec ces multiplicités. La maîtrise de plusieurs styles musicaux est aussi préconisée car on constate la disparition des niches qui permettaient aux artistes de faire carrière autour d'un type de répertoire. Un musicien doit pouvoir exercer dans différents contextes, petits lieux intimistes ou grands rendez-vous, cabarets, accompagnement de spectacles théâtraux ou de cirques, etc. Enfin, on pourra s'interroger sur l'adéquation de la formation avec la demande et le goût du public » (extrait de la Table ronde organisée par la CPNEF-SV et le CNV le )[9].

Le musicien des musiques actuelles compose et/ou reprend des morceaux de musiques actuelles seul ou avec un groupe de musiciens[10]. Il est formé aux techniques de composition disposant d’une excellente connaissance des répertoires des musiques actuelles en particulier. Passionné par son art, il peut également se tourner de manière occasionnelle ou régulière vers la transmission et l’enseignement de la musique ou de la composition[10]. Grâce au financement participatif (crowdfunding) et au home studio, les musiciens sont de plus en plus nombreux à s’autoproduire[11],[12]. Le musicien est en marge du système déployé par les majors. Cela peut vouloir dire qu’il est « signé » sur un label ou qu’il est « non signé » et donc, auto-produit.

Le musicien des musiques actuelles doit considérer son groupe comme une entreprise[13],[14]. Avec le succès des plateformes en ligne, le musicien, auteur et compositeur peut désormais devenir son propre producteur, diffuseur et manager[15],[16],[17]. Il doit maîtriser sa communication sur internet, sur les réseaux sociaux[18] et sur les plateformes de streaming[19],[20],[21],[22]. Il doit trouver, gérer et promouvoir ses concerts et tournées afin de rencontrer et fédérer toujours plus de nouveaux fans et développer son réseau professionnel[23].

Les musiciens ont des revenus extrêmement variables. À savoir : sur 25 000 musiciens officiellement recensés on compte 2 200 salariés au régime général. Les autres sont du ressort de l’intermittence du spectacle[24]. Le salaire du musicien des musiques actuelles débute environ à 1 500 € net mensuel, 1 640 € net mensuel pour un professeur en ou école de musique associative, MJC[25],[26] . Le streaming peut générer des revenus variables selon les plateformes[21].

Pour l'enregistrement, si l’employeur utilise jusqu’à 10 minutes des interprétations de l’artiste fixées dans le cadre d’un travail défini, le salaire minimum est fixé à 178,64 € par tranche indivisible de 5 minutes d’interprétation fixée effectivement utilisée[27]. Selon la convention collective de l’édition phonographique, les rémunérations dues aux artistes comportent un salaire/cachet de base, par exemple pour un engagement au service de 3 heures, il est de 166,13 €[27].

Historique

Le certificat CFPM a été créé en 2009. Il devient le titre professionnel national reconnu par l'Etat en 2018.

Depuis sa création en 1998, le CFPM a mis en place un comité de perfectionnement composé de professionnels du secteur musical afin de cibler les besoins en formation nécessaires à l'acquisition des compétences demandées par la profession de musicien des musiques actuelles[10],[28]. L'important réseau de partenaires a contribué au développement du résultat de l'insertion professionnelle[29],[30].

Comment obtenir le titre CFPM de Musicien des musiques actuelles

Avec une formation dans un CFPM

Pour accéder au titre, il faut :

  • validation de la 2e année de formation au CFPM dans la section concernée selon le règlement d’examens
  • validation de tous les 5 blocs de compétences à la fois[31] = grille d’évaluation des compétences complétée lors de la réunion finale par le jury d’examen du CFPM
  • validation par le jury RNCP composé de professionnels extérieurs sur présentation des grilles de compétences et bulletins de notes.

Avec la validation des acquis de l'expérience (VAE)

La validation des acquis de l'expérience (VAE) est une voie d’obtention à part entière du tire CFPM de Musicien des musiques actuelles, au même titre que la voie de la formation[32],[33]. Par conséquent, le titre n’est plus seulement la sanction d’un parcours de formation, mais permet également la validation d’un parcours professionnel et personnel.

Insertion professionnelle

Le bilan réalisé en 2016 par le CFPM a montré que 87 % des titulaires du titre sont devenus des professionnels des Musiques Actuelles. On comptabilise sur le territoire français, 42 298 projets de recrutement pour les métiers d'artistes (musique, danse, spectacles) en 2017[29],[30].

Notes et références

  1. La ministre du travail, Vu le code de l'éducation ; Vu le code du travail, notamment ses articles L. 6111-1 et L. 6421-1 ; Vu le décret no 2005-545 du 26 mai 2005 plaçant la Commission nationale de la certification professionnelle auprès du ministre chargé de la formation professionnelle ; Vu l'arrêté du 27 novembre 2012 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles ; Vu l'arrêté du 19 novembre 2014 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles ; Vu l'arrêté du 9 janvier 2015 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles ; Vu l'arrêté du 17 juillet 2015 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles ; Vu l'arrêté du 26 septembre 2016 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles ; Vu l'arrêté du 7 avril 2017 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles ; Vu l'arrêté du 7 juillet 2017 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles ; Vu l'arrêté du 8 décembre 2017 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles ; Vu l'arrêté du 27 décembre 2017 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles ; Vu l'avis de la Commission nationale de la certification professionnelle en date du 6 décembre 2017, Arrête : Article 1 Les certifications ci-dessous énumérées sont enregistrées au répertoire national des certifications professionnelles, avec mention du code de la nomenclature des spécialités de formation, du niveau et de la durée.
  2. « Journal Officiel », sur https://www.legifrance.gouv.fr,
  3. « Commission Nationale de Certifications Professionnelles », sur http://www.cncp.gouv.fr/
  4. « Grands compositeurs | Artsvivants.ca Musique », sur artsalive.ca (consulté le 3 avril 2018)
  5. « Article 7121.3 du Code du travail », sur www.legifrance.gouv.fr
  6. « Circulaire relative à la mise en oeuvre, pour les artistes et techniciens du spectacle, des dispositions de la loi de modernisation de l'économie n° 2008-776 du 4 août 2008 créant le régime de l'auto-entrepreneur », sur legifrance.gouv.fr,
  7. « Musicien micro-entrepreneur », sur metiers.philharmoniedeparis.fr (consulté le 24 avril 2018)
  8. « Portail officiel des micro-entrepreneurs », sur www.lautoentrepreneur.fr (consulté le 24 avril 2018)
  9. « Table ronde organisée par la CPNEFSV et le CNV le 31 janvier 2006 », sur https://www.cnv.fr/, 31/06/2006
  10. Patrick Kaya-Kombo, Le Guide Pratique Du Musicien Indépendant, Les éditions du Net, (ISBN 9782312030722)
  11. « Le Guide Pratique Du Musicien Indépendant - Patrick Kaya », sur www.u-reed.com
  12. « Artiste autoproduit et nouvelles technologies | MusicMug », MusicMug, (lire en ligne, consulté le 9 avril 2018)
  13. Shaun de Music Industry How To et de Independent Music Advice, « Les 3 plus grosses erreurs des musiciens indépendants », Conflikt Arts, (lire en ligne)
  14. « 10 conseils utiles pour faire un fiasco en tant que musicien indépendant », Stratégie Web Marketing pour les artistes musiciens, managers, labels – TEAMS, (lire en ligne)
  15. SACEM Université, « « L’artiste-patron n’est plus un rêve de geek, c’est une réalité » », usbeketrica.com, (lire en ligne)
  16. Sacem Université est le département pédagogique de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem). Il a pour mission de développer et transmettre la connaissance sur le droit d’auteur, la gestion collective et les secteurs culturels et artistiques, les métiers de la création, et de favoriser la réflexion sur l’évolution et l’impact de la création dans la société. Fondé sur une démarche collaborative, partenariale et à dimension internationale, Sacem Université est un lieu d’échange, de partage et de débats ouverts, via notamment des publications, des colloques, des formations et interventions pédagogiques pour tous les publics. Usbek & Rica et Sacem Université se sont associés pour délivrer un mini-magazine pensé comme un hors-série d'Usbek & Rica (cf. numéro 20, Oct. Nov. Dec. 2017), dans lequel ils poursuivent ensemble la réflexion sur le métier de musicien dans le futur. Des articles désormais disponibles sur usbeketrica.com.
  17. BandMix.com, « Articles sur les Groupes > Outils et stratégies pour le Musicien Indépendant », sur www.bandmix.fr (consulté le 16 février 2018)
  18. (en-US) « Les 4 erreurs des artistes indépendants qui TUENT les réseaux sociaux - Don't believe the Hype », Don't believe the Hype, (lire en ligne, consulté le 16 février 2018)
  19. « Le kit 2.0 du musicien indépendant | Infos Musiciens », sur www.infosmusiciens.org (consulté le 16 février 2018)
  20. Guillaume, le fondateur de Marketing Musical, « Ressources et Outils pour les Musiciens et Groupes Indépendants | Marketing Musical », Marketing Musical, (lire en ligne)
  21. Corentin Durand, « Un musicien indépendant révèle ses revenus sur les différentes plateformes de streaming - Business - Numerama », Numerama, (lire en ligne, consulté le 16 février 2018)
  22. « La Sacem - Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique », sur www.sacem.fr (consulté le 16 février 2018)
  23. F. X. Josset, Cousin Cool et David Snug, Guide de survie du groupe indépendant dans la jungle musicale, Dify Group, (ISBN 9782374509013)
  24. « Musicien », sur CIDJ (consulté le 16 février 2018)
  25. Archimed, « Médiathèque de la Cité de la musique, Paris », sur mediatheque.cite-musique.fr (consulté le 16 février 2018)
  26. « Artiste indépendant : contrat & rémunération », esma, (lire en ligne)
  27. IRMA, « Les tarifs (en brut) artistes-interprètes : artistes et chanteurs de variétés, artistes musiciens / Documentation / Fiches pratiques / Irma : centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles », sur IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles (consulté le 16 février 2018)
  28. « Système qualité des CFPM », sur CFPM | Certification pro pour musiciens et techniciens du son
  29. « Insertion professionnelle par Région Métier : Artistes (musique, danse, spectacles) », sur CFPM | Certification pro pour musiciens et techniciens du son
  30. « Pole emploi BMO 2017 Nombre de projets de recrutement en 2017 par Région Métier : Artistes (musique, danse, spectacles) », sur statistiques.pole-emploi.org
  31. « Résumé du référentiel d'emploi ou éléments de compétences acquis », sur CFPM | Certification pro pour musiciens et techniciens du son (consulté le 16 février 2018)
  32. Centre Inffo pour la Délégation Générale à l’Emploi et à la Formation Professionnelle (DGEFP) - Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, « Le portail de la validation des acquis de l'expérience », sur Le portail de la validation des acquis de l'expérience Le portail de la validation des acquis de l'expérience (consulté le 16 février 2018)
  33. « La validation des acquis de l'expérience (VAE) », sur CFPM | Certification pro pour musiciens et techniciens du son

Liens externes

  • Portail de la musique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.