Nu Aquarii

Nu Aquarii (ν Aqr, ν Aquarii) est une étoile géante jaune de la constellation du Verseau.

Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Nu Aquarii
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 21h 09m 35,64888s[1]
Déclinaison −11° 22 18,0851[1]
Constellation Verseau
Magnitude apparente 4,52[2]

Localisation dans la constellation : Verseau

Caractéristiques
Type spectral G8III[3]
Indice U-B +0,66[2]
Indice B-V +0,94[2]
Astrométrie
Vitesse radiale −11,23[4] km/s
Mouvement propre μα = +94,12[1] mas/a
μδ = −14,62[1] mas/a
Parallaxe 20,47 ± 0,21 mas[1]
Distance 159±2 a.l. (48,7 pc)[1]
Magnitude absolue +0,93[5]
Caractéristiques physiques
Masse 2,35 M[5]
Rayon R[4]
Gravité de surface (log g) 2,8[4]
Luminosité 37 L[4]
Température 4 920 K[4]
Métallicité -0,15 [Fe/H][4]
Âge 708×106 a[5]

Autres désignations

Albulaan, ν Aqr, 13 Aquarii, BD–11 5538, HD 201381, HIP 104459, HR 8093, SAO 164182[6]

Propriétés

Nu Aquarii est une étoile géante de type spectral G8III[3], d'un âge estimé à 708 millions d'années[5]. Sa magnitude apparente est de 4,52[2] et elle est donc visible à l'œil nu depuis la Terre. Sa distance, déterminée à l'aide des mesures de parallaxe, est de 159 a.l. (48,7 pc).

La masse de Nu Aquarii est plus du double de celle du Soleil[5] et son enveloppe externe s'est étendue jusqu'à atteindre huit fois le rayon de celle du Soleil[4]. Sa température de surface est de 4 920 K[4]. À cette température, l'étoile brille d'une lumière jaunâtre typique d'une étoile de type G[7]. Sa luminosité vaut 37 fois celle du Soleil[4].

Désignations

Nu Aquarii est connue avec Mu Aquarii sous le nom traditionnel Albulaan, dérivant du terme arabe al-bulacān (ألبولعان), signifiant « les deux avaleurs ». Cette étoile, avec ε Aqr (Albali) et μ Aqr (Albulaan), formaient al Bulaʽ (البلع), c'est-à-dire l'« Avaleur »[8],[9].

En chinois, ν Aquarii est connue sous le nom de 天壘城十 (Tiān Lěi Chéng shí), c'est-à-dire « la dixième étoile des Remparts Célestes »[10]. Elle est incluse au sein de l'astérisme des Remparts Célestes (天壘城, Tiān Lěi Chéng), qui regroupe les étoiles ν Aquarii, ξ Aquarii, 46 Capricorni, 47 Capricorni, λ Capricorni, 50 Capricorni, 18 Aquarii, 29 Capricorni, 9 Aquarii, 8 Aquarii, 14 Aquarii, 17 Aquarii et 19 Aquarii[11].

Observation

Nu Aquarii est située à 1° à l'est de la Nébuleuse Saturne (NGC 7009). À ce titre, l'étoile est entrée dans l'histoire car elle a été répertoriée par William Herschel en tant que guide pour localiser la Nébuleuse Saturne[12], qui fut la première nébuleuse planétaire identifiée en tant que tel[12],[notes 1].

Notes et références

Notes

  1. La Nébuleuse de l'Anneau dans la Lyre et la Nébuleuse de l'Haltère dans le Petit Renard était déjà connues, mais ne furent reconnues en tant que nébuleuses planétaires qu'ultérieurement.

Références

  1. (en) F. van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy and Astrophysics, vol. 474, no 2, , p. 653–664 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752)
  2. (en) H. L. Johnson, B. Iriarte, R. I. Mitchell et W. Z. Wisniewskj, « UBVRIJKL photometry of the bright stars », Communications of the Lunar and Planetary Laboratory, vol. 4, no 99, (Bibcode 1966CoLPL...4...99J)
  3. (en) W. Buscombe, « Spectral classification of Southern fundamental stars », Mount Stromlo Observatory Mimeogram, no 4, (Bibcode 1962MtSOM...4....1B)
  4. (en) Alessandro Massarotti, David W. Latham, Robert P. Stefanik et Jeffrey Fogel, « Rotational and Radial Velocities for a Sample of 761 Hipparcos Giants and the Role of Binarity », The Astronomical Journal, vol. 135, no 1, , p. 209–231 (DOI 10.1088/0004-6256/135/1/209, Bibcode 2008AJ....135..209M)
  5. (en) Yoichi Takeda, Bun'ei Sato et Daisuke Murata, « Stellar parameters and elemental abundances of late-G giants », Publications of the Astronomical Society of Japan, vol. 60, no 4, , p. 781–802 (DOI 10.1093/pasj/60.4.781, Bibcode 2008PASJ...60..781T, arXiv 0805.2434)
  6. (en) HD 201381 sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  7. (en) Australia Telescope, Outreach and Education, « The Colour of Stars », Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation, (consulté le 10 janvier 2019)
  8. (en) G. A. Davis Jr., « The Pronunciations, Derivations, and Meanings of a Selected List of Star Names », Popular Astronomy, vol. 52, no 3, , p. 12 (Bibcode 1944PA.....52....8D)
  9. (en) R. H. Allen, Star Names: Their Lore and Meaning, New York, Dover Publications Inc, (réimpr. 1963) (1re éd. 1899) (ISBN 0-486-21079-0, lire en ligne), p. 53
  10. (zh) « AEEA (Activities of Exhibition and Education in Astronomy) 天文教育資訊網 2006 年 5 月 15 日 », sur http://aeea.nmns.edu.tw
  11. (zh) 中國星座神話, écrit par 陳久金. Publié par 台灣書房出版有限公司, 2005, (ISBN 978-986-7332-25-7).
  12. (en) « Nu Aquarii » [archive du ] (consulté le 10 janvier 2019)

Liens externes

  • Portail de l’astronomie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.