Oblast d'Irkoutsk

L'oblast d'Irkoutsk (en russe Ирку́тская о́бласть, Irkoutskaïa oblast) est une division territoriale de la fédération de Russie, ou oblast. Sa capitale est la ville d'Irkoutsk.

Oblast d’Irkoutsk
(ru) Иркутская область

Armoiries de l'oblast d'Irkoutsk

Drapeau de l'oblast d'Irkoutsk
Administration
Pays Russie
Région économique Sibérie orientale
District fédéral Sibérien
Statut politique Oblast
Création
Capitale Irkoutsk
Gouverneur Igor Kobzev {intérim)
Démographie
Population 2 397 832 hab. (2019)
Densité 3,1 hab./km2
Géographie
Superficie 774 846 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) Russe
Fuseau horaire UTC+9
Code OKATO 25
Code ISO 3166 RU-IRK
Immatriculation 38
Liens
Site web www.govirk.ru

    Géographie

    L'oblast d'Irkoutsk est située dans le centre et le sud de la Sibérie, dans les bassins des rivières Angara, Léna et Toungouska inférieure.

    Elle couvre une superficie de 774 846 km2, ce qui représente 4,5 % de la superficie totale de la Russie.

    Histoire

    Au XIIIe siècle, la région du lac Baïkal passe sous l'influence mongole. Gengis Khan conquiert les Merkits[1] et les Tatars qui étaient installés dans la région avant 1227, en route de sa conquête de l'Asie centrale. Ses descendants continuent la conquête de l'Asie. Kubilaï Khan, après avoir conquis l'ensemble du territoire chinois à la dynastie Song, puis ses dernières résistances au Sud du Changjiang, dans ce que l'on appelle la dynastie Song du Sud, crée la dynastie Yuan contrôlée de Khanbalik (aujourd'hui Pékin) en 1270. Les Mongols sont remplacés par la dynastie Ming sur une grande partie du territoire chinois et voient leur territoires limités aux steppes mongoles et plus au nord, dans ce que l'on appelle la Dynastie Yuan du Nord au XIVe siècle.

    La présence russe dans la région remonte au XVIIe siècle, alors que l'Empire russe progresse vers l'est après la conquête du khanat de Sibir, en 1582.

    À la fin du XVIIe siècle, Irkoutsk est une petite ville; des monastères sont construits, banlieues et établissements agricoles commencent à se former.

    L'année 1898 est marquée par la mise en service du chemin de fer Transsibérien et l'arrivée du premier train à Irkoutsk.

    Économie

    L’oblast d’Irkoutsk est un immense bassin minier et industriel, dont le poids est considérable dans la production économique de la Sibérie Orientale et même dans l’économie russe. Du point de vue de l'exploitation des ressources naturelles et du développement industriel, la Région d’Irkoutsk est très en avance sur les autres régions de Sibérie et d'Extrême-Orient pour ce qui est de la concentration et de la spécialisation de la production : électricité, aluminium, générateurs électriques, chaudières, produits chimiques et pétrochimiques, dérivés du bois, et prestations d’ingénierie[2].

    L’oblast d’Irkoutsk abrite d'importantes réserves minières : les plus importantes sont les hydrocarbures, l’or, le mica, le minerai de fer, le lignite, la houille et sel gemme. On y trouve aussi d'importants dépôts de minerais ferreux exploitables à ciel ouvert. Les mines de houille sont situées dans le bassin d’Irkoutsk, l’extrême-est du bassin de Kansk-Atchinsk, et le sud de la vallée de la Toungouska. Les plus grosses réserves se concentrent dans les districts de Tcheremkhovo, Zalarinsky, Kouitounsky et Toulounsky[2].

    La région est aussi un important réservoir de terres rares, en particulier de niobium, de tantale, de lithium, et de rubidium. Les dépôts de Belodziminskoë et de Vichnyakovskoë dans la province de Sayanskaya, recèleraient d'importantes réserves de lithium, de césium, de magnésium, et de strontium, ainsi que de brome et de potasse, piégés dans les salines du bassin d'Angaro-Lensky. Ce bassin minier est sans rival pour ce qui est de la superficie des champs captants d'eau potable du pays[2].

    Population et société

    Démographie

    Évolution démographique
    2002 2013 2016 2019 -
    2 581 7052 422 0262 412 8002 397 832-
    Année Fécondité Fécondité urbaine Fécondité rurale
    19902,222,023,29
    19912,051,853,14
    19921,761,582,70
    19931,561,402,32
    19941,571,432,25
    19951,481,362,06
    19961,451,332,02
    19971,371,261,89
    19981,391,271,95
    19991,311,191,89
    20001,361,271,81
    20011,411,311,87
    20021,451,361,90
    20031,501,402,01
    20041,511,411,96
    20051,441,341,91
    20061,481,381,95
    20071,671,542,23
    20081,821,652,51
    20091,861,682,61
    20101,821,662,57
    20111,861,702,63
    20121,971,762,98
    20131,981,782,97
    20141,971,762,99
    20152,011,872,73
    20161,991,852,69
    20171,861,702,58

    Appartenance ethnique

    Ethnies des habitants de l’oblast d’Irkoutsk (2010)

    Selon le recensement de 2010, l’appartenance ethnique des habitants de l’oblast d’Irkoutsk est répartie comme suit[3].

    EthnieNombrePourcentage[4]
    Russes2 144 07591,4
    Bouriates77 6673,3
    Ukrainiens30 8271,3
    Tatars22 8821,0
    Biélorusses7 9290,3
    Arméniens6 5580,3
    Azéris5 3840,2
    Tchouvaches4 5890,2
    Kirghizes4 5070,2
    Ouzbeks4 3670,2
    Tadjiks4 1690,2
    Allemands3 7250,2
    Mordves2 1190,1
    Autres26 8371,1
    Non précisé83 115

    Villes et villages de l'oblast d'Irkoutsk

    Notes et références

    Notes

    1. Cf. Leo de Hartog, Gengis Khan: Conqueror of the World, Tauris Park Paperbacks, , 230 p. (ISBN 9781850431398), p. 88-89.
    2. la Région d’Irkoutsk
    3. (ru) « Население по национальности и владению русским языком по субъектам Российской Федерации », Service fédéral des statistiques russe (consulté le 7 décembre 2013), p. 111–113
    4. Les pourcentages n’incluent pas les personnes n’ayant pas déclaré leur appartenance ethnique.

    Liens externes

    • Portail de la Russie
    • Portail de la Sibérie
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.