Oblast de Tcheliabinsk

L’oblast de Tcheliabinsk (en russe Челя́бинская о́бласть, Tcheliabinskaïa oblast) est un sujet fédéral (oblast) de Russie. Sa capitale est Tcheliabinsk et sa population était estimée à 3 475 727 habitants au .

Oblast de Tcheliabinsk
(ru) Челябинская область

Armoiries de l'oblast de Tcheliabinsk

Drapeau de l'oblast de Tcheliabinsk
Administration
Pays Russie
Région économique Oural
District fédéral Oural
Statut politique Oblast
Création 17 janvier 1934
Capitale Tcheliabinsk
Gouverneur Alexeï Teksler (intérim)
Démographie
Population 3 475 727 hab. (2019)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Superficie 88 529 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) Russe
Fuseau horaire UTC+6
Code OKATO 75
Code ISO 3166 RU-CHE
Immatriculation 74, 174
Liens
Site web http://www.pravmin74.ru

    La région se trouve au sud du massif de l’Oural et dans l’ouest de la plaine de Sibérie occidentale, à la frontière kazakhe. Le climat est très continental avec des hivers froids et des étés chauds.

    La forteresse de Tcheliabinsk a été édifiée en 1736. La création de la ligne de chemin de fer au XIXe siècle entraîna une forte croissance de la population de la ville.

    Les principaux secteurs d’activité sont la fabrication des machines-outils et la métallurgie. La région produit également du minerai de fer, de zinc, etc.

    Les principales villes sont la capitale Tcheliabinsk, Magnitogorsk, Zlatooust, Miass, Troïtsk, Oziorsk et Kopeïsk.

    Histoire

    Les premières traces d’occupation de la région datent du paléolithique. Des peintures rupestres découvertes dans la grotte d'Ignatievka, dans l’ouest de la région, ont environ dix mille ans[1],[2].

    Les premières villes sur le territoire de l’oblast actuel (à l’époque dans le gouvernement d'Orenbourg) furent Tcheliabinsk (la forteresse fondée en 1736 reçut le statut de ville en 1781), Verkhneouralsk (1781) et Troïtsk (1784). En 1919, le gouvernement de Tcheliabinsk fut créé, mais cinq ans plus tard il fut divisé en quatre districts (Tcheliabinsk, Troïtsk, Verkhneouralsk et Zlatooust) intégrés à l’oblast d’Ouralsk. Celui-ci fut dissous et l’oblast de Tcheliabinsk fut créé en 1934. Ses frontières actuelles sont presque inchangées depuis 1943 : entre 1938 et 1943, 7 raïons furent transférés à l’oblast de Sverdlovsk, et en 1943, 32 raïons ont été détachés pour former l’oblast de Kourgan[3].

    Le , une catastrophe nucléaire eut lieu au complexe nucléaire Maïak près d’Oziorsk, dans le nord de la région. Un réservoir de déchets radioactifs a explosé, contaminant une zone de plus de 800 km2[4]. Il s’agit du troisième plus grave accident nucléaire, après celui de Tchernobyl et celui de Fukushima.

    Le , un météore d'une masse estimée à 10 000 tonnes s’est désintégré au-dessus de l’oblast de Tcheliabinsk, à environ 23 km d’altitude[5],[6]. L’onde de choc a provoqué des dégâts matériels à Tcheliabinsk et dans d’autres villes : de nombreuses fenêtres ont été brisées et le toit d’une usine de zinc s’est effondré[7]. 1 613 personnes ont été blessées, principalement par des éclats de verre[8]. Il s’agit de la plus grosse chute de météorite enregistrée depuis l’événement de la Toungouska[9] et de la seule connue à avoir causé autant de blessés[10].

    Géographie

    Carte topographique de l’oblast de Tcheliabinsk

    Situation

    L’oblast de Tcheliabinsk s’étend sur 88 529 km2[11] au sud des monts Oural. Il est entouré par le Kazakhstan au sud-est, la république de Bachkirie à l’ouest, l’oblast de Sverdlovsk au nord, l’oblast d'Orenbourg au sud et l’oblast de Kourgan à l’est.

    Il est situé à la limite entre l’Europe et l’Asie[12] : Tcheliabinsk, Miass et Troïtsk sont en Asie, Zlatooust et Satka sont en Europe et Magnitogorsk, traversée par le fleuve Oural, est à cheval sur les deux continents.

    La limite entre les parties européenne et asiatique de la Russie marque aussi le début de la Sibérie, même si l’oblast de Tcheliabinsk n’est pas rattaché au district fédéral sibérien.

    L’oblast de Tcheliabinsk, comme toutes les régions voisines, utilise le fuseau horaire UTC+6 depuis la réforme de 2011 qui a supprimé l’heure d’été en Russie[13]. La région a donc deux heures d’avance sur l’heure de Moscou[14].

    Relief

    Le lac Ziouratkoul vu depuis le massif Nourgouch

    Le relief de l’oblast de Tcheliabinsk est varié : le nord-ouest est occupé par les montagnes de l’Oural, le centre par les collines des contreforts de l’Oural, et plaine de Sibérie occidentale, entrecoupée de larges vallées de rivières, commence à l’est de la région. Le point culminant est la montagne Bolchoï Nourgouch (1 406,6 m)[12], tandis que le point le plus bas est situé à 102 m d’altitude dans la vallée de l’Ouï, à la frontière avec l’oblast de Kourgan.

    Les principales chaînes de montagnes de la région sont le massif Nourgouch, long de 50 km, dans lequel est située la montagne Bolchoï Nourgouch, le massif Zigalga, qui comporte sept sommets de plus de 1 200 m (son point culminant, la montagne Bolchoï Chelom, est situé en Bachkirie) et le massif Ourenga, long de 65 km et comportant dix sommets de plus de mille mètres[15].

    Forêts

    Les forêts, principalement située dans les zones montagneuses, couvrent près de 27 % du territoire de la région[12].

    Hydrographie

    Cours d’eau

    Chemakha, un village du raïon de Niazepetrovsk au bord de la rivière Oufa

    La moitié est de l’oblast de Tcheliabinsk est située dans le bassin de la Tobol (appartenant au bassin de l’Ob), tandis que le nord-ouest appartient au bassin de la Kama (lui-même dans le bassin de la Volga) et le sud-ouest à celui de l’Oural.

    On compte 348 cours d’eau dans l’oblast de Tcheliabinsk de plus de 10 km. 17 ont une longueur supérieure à 100 km, et seuls 7 dépassent 200 km : l’Oural, la Miass, l’Ouï, l’Oufa, l’, l’Ouvelka et la Goumbeïka.

    La rivière Miass est particulièrement importante. Elle prend sa source dans le massif Nourali en Bachkirie puis parcourt l’oblast de Tcheliabinsk (en traversant notamment Tcheliabinsk) avant de se jeter dans l’Isset dans l’oblast de Kourgan. 384 de ses 658 km se trouvent dans l’oblast de Tcheliabinsk. Son débit est régulé par le réservoir d'Argazi et le réservoir Cherchniovskoïe ; on estime que seulement 20 à 30 % de son eau suit le lit naturel de la rivière, le reste transitant par des canalisations.

    L’Ouï et l’Oural prennent leur source dans le massif Ouraltaou, également en Bachkirie. L’Ouï traverse l’oblast vers l’est sur 370 km (pour une longueur totale de 462 km). Son principal affluent, l’Ouvelka, le rejoint à Troïtsk. L’Oural, quant à lui, traverse le sud-ouest de la région sur 357 km en arrosant Verkhneouralsk et Magnitogorsk. La Goumbeïka, l’un de ses principaux affluents gauches, coule entièrement dans l’oblast de Tcheliabinsk.

    Les rivières qui coulent dans les montagnes du nord-ouest de la région (Oufa, , Sim, Iouriouzan…) appartiennent tous au bassin de la Volga et sont caractérisées par des courants rapides, des fonds rocailleux, des vallées étroites et des berges escarpées[16].

    Lacs

    L’oblast de Tcheliabinsk comporte un grand nombre de lacs (environ 3 170), mais seuls 98 dépassent km2. Le plus grand est le lac Ouvildy (68 km2)[12].

    Beaucoup de ces lacs se trouvent le long des contreforts de l’Oural et forment une chaîne qui va du lac Tchebarkoul (centre-nord de la région) au lac Sinara (nord de la région) ; c’est là que l’on trouve certains des plus grands lacs de l’oblast (Ouvildy, Irtiach, Tourgoïak…). Ce sont des lacs d’origine tectonique, parmi les plus profonds de la région (jusqu’à 30 ou 40 m), constituant de grandes réserves d’eau douce.

    Les lacs sont également nombreux dans les plaines à l’est de l’Oural, mais ceux-ci sont moins profonds (jusqu’à 8 ou 10 m). Ces lacs (Ouïelgui, Sougoïak, Kaldy…) se sont formés à la suite de l’activité tectonique et à l’érosion. Le sud-est de l’oblast de Tcheliabinsk comporte des lacs plus petits (2 à m de profondeur, mais parfois moins d’un mètre). On trouve aussi quelques lacs salés, tels que le lac Taouzatkoul. Il y a aussi des lacs d’origine karstique, souvent peu étendus mais plus profonds (jusqu’à 10 ou 15 m)[16].

    Les plus grands lacs de l’oblast de Tcheliabinsk[16]
    LacNom russeSuperficie (km2)
    OuvildyУвильды68,1
    IrtiachИртяш61,8
    OuïelguiУелги60,3
    BoutachБуташ37,5
    ChablichШаблиш32
    ItkoulИткуль30,1
    TourgoïakТургояк26,4
    SmolinoСмолино21,7
    TchebarkoulЧебаркуль19,8
    KaldyКалды17,9
    VtoroïeВторое15,6
    Bolchoï KissegatchБольшой Кисегач14,9
    SougoïakСугояк13,4
    ZiouratkoulЗюраткуль13,2

    Cette liste n’inclut que les lacs d’origine naturelle. L’oblast de Tcheliabinsk compte aussi environ 110 lacs de barrage[16] dont le principal est le réservoir d'Argazi, sur la Miass, plus étendu que le lac Ouvildy.

    Ressources naturelles

    Le sommet de la montagne Magnitnaïa

    L’oblast de Tcheliabinsk, en particulier ses régions montagneuses, est riche en ressources naturelles. On y trouve du fer et d’autres métaux, du charbon, des matières premières chimiques et des pierres précieuses. La région compte plus de 300 sites d’extraction[17],[18].

    Il y a une vingtaine de gisements de fer dont le principal est la montagne Magnitnaïa. Son minerai contient jusqu’à 70 % de fer et sa richesse est à l’origine du développement de Magnitogorsk et de la création de son combinat métallurgique en 1929[19], mais il est aujourd’hui presque épuisé. Dans les environs de Bakal, on trouve des minerais contenant 48 % de fer et dont les réserves sont estimées à 600 millions de tonnes[17].

    Une mine de cuivre à Mejoziorny

    Parmi les autres métaux, le minerai de la région de Koussa contient du fer, du titane, du chrome et du vanadium. Des mines de cuivre sont exploitées depuis le XVIIIe siècle, et plus récemment des gisements ont été découverts dans le raïon de Verkhneouralsk, principalement dans la localité de Mejoziorny. On trouve aussi du cobalt et du nickel près de Verkhni Oufaleï, de l’aluminium dans le raïon de Satka et de l’or près de Miass (une pépite de 36 kg, la plus grosse jamais trouvée en Russie, y a été découverte en 1842[20]).

    La malachite est un minéral extrait dans les montagnes de l’Oural[21].

    L’oblast contient aussi des gisements de talc, de la phosphorite et du sel au fond de certains lacs de l’est de la région. Le plus gros gisement de magnésite de Russie est situé près de Satka. Il y a aussi des réserves de marbre estimées à dix millions de mètres cubes, de l’argile, du calcaire, du kaolin (argile utilisée dans la fabrication de porcelaine), du graphite[17]… Le graphite, la magnésite, le talc et les dolomies extraits dans l’oblast de Tcheliabinsk représentent la majeure partie de la production russe[12].

    Les pierres précieuses sont principalement concentrées près de Plast, dans les monts Vichniovyïe et surtout dans les monts Ilmen : on y trouve de l’amazonite, de l’améthyste, du rubis, du saphir, de l’opale, de la topaze, de la malachite, du jaspe, etc.

    Enfin, la région a des réserves de charbon de 700 millions de tonnes : le bassin de lignite s’étend du nord au sud sur une longueur de 170 km. La présence de charbon dans le sud de l’Oural a été découverte en 1831 et il est exploité depuis 1907. Il est principalement utilisé par des centrales thermiques[17].

    Climat

    Le climat de l’oblast de Tcheliabinsk est continental. Les hivers sont longs et rigoureux (la température atteint parfois −30 °C), mais les étés sont chauds (les températures supérieures à 30 °C sont courantes).

    Relevé météorologique à Tcheliabinsk
    Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
    Température minimale moyenne (°C) −19 −19 −9,3 −0,3 7,9 12,6 14,5 13,5 7,6 1,4 −6,2 −14,2 −0,9
    Température moyenne (°C) −14,1 −12,5 −4,8 4,7 12,1 18,3 19,3 17,1 10,9 4,1 −5,2 −11,1 3,2
    Température maximale moyenne (°C) −10,5 −7,9 1 10,6 20,3 23,9 25,2 23,6 17,2 9,3 −0,4 −6,9 8,8
    Précipitations (mm) 17 16 19 27 47 55 87 43 41 30 26 21 429
    Source : pogodaiklimat.ru[22]

    Population et société

    Démographie

    Densité de population dans l’oblast de Tcheliabinsk

    La population de l’oblast de Tcheliabinsk était estimée à 3 485 272 habitants au , ce qui représente une densité de population de 39,4 hab./km2. 82,22 % de la population habite en ville, ce qui en fait une région très urbanisée[23]. Malgré une augmentation constante de la population entre 2010 et 2016, la région connaît une baisse assez brutale en 2019 en passant à 3 475 727 habitants. On peut émettre l'hypothèse que l'accident nucléaire qui s'est produit en [24],[25] dans la région pourrait expliquer cette baisse.

    Évolution démographique
    2002 2005 2010 2013 2016
    3 603 3393 551 4243 476 2173 485 2723 500 716
    2019 - - - -
    3 475 727----

    Au recensement de 2010, on avait 45,7 % d’hommes et 54,3 % de femmes[26].

    Pyramide des âges en 2010[26]
    HommesClasse d’âgeFemmes
    5 420 
    85+
    24 333 
    17 285 
    80–84
    53 624 
    25 257 
    75–79
    60 725 
    54 469 
    70–74
    108 705 
    35 719 
    65–69
    60 768 
    81 137 
    60–64
    116 909 
    110 231 
    55–59
    146 485 
    123 253 
    50–54
    150 096 
    114 824 
    45–49
    130 746 
    103 432 
    40–44
    111 555 
    118 867 
    35–39
    127 383 
    130 887 
    30–34
    136 716 
    145 879 
    25–29
    147 273 
    147 051 
    20–24
    148 984 
    101 597 
    15–19
    100 381 
    81 233 
    10–14
    77 354 
    89 035 
    5–9
    85 281 
    104 374 
    0–4
    98 905 
    Année Fécondité Fécondité urbaine Fécondité rurale
    19901,891,742,80
    19911,711,562,58
    19921,521,382,26
    19931,301,181,92
    19941,321,211,87
    19951,291,201,75
    19961,231,151,67
    19971,201,131,58
    19981,241,161,68
    19991,161,081,59
    20001,191,111,63
    20011,231,161,62
    20021,311,241,74
    20031,331,251,75
    20041,341,271,75
    20051,301,231,65
    20061,341,251,76
    20071,461,352,00
    20081,581,462,22
    20091,611,492,22
    20101,651,542,26
    20111,701,572,38
    20121,811,672,61
    20131,801,652,70
    20141,861,702,78
    20151,841,752,40
    20161,811,722,34
    20171,611,522,12

    Ethnies

    Ethnies des habitants de l’oblast de Tcheliabinsk (2010)[27]

    Selon le recensement de 2010, l’appartenance ethnique des habitants de l’oblast de Tcheliabinsk est répartie comme suit[27].

    EthnieNombrePourcentage[note 1]
    Russes2 829 89983,8 %
    Tatars180 9135,4 %
    Bachkirs162 5134,8 %
    Ukrainiens50 0811,5 %
    Kazakhs35 2971,0 %
    Allemands18 6870,6 %
    Biélorusses13 0350,4 %
    Mordves12 1470,4 %
    Arméniens9 3110,3 %
    Nağaybäk (en)7 6790,2 %
    Tadjiks7 3750,2 %
    Azéris7 2130,2 %
    Tchouvaches6 8190,2 %
    Ouzbeks6 4460,2 %
    Tsiganes4 2660,1 %
    Juifs3 3580,1 %
    Maris2 8260,1 %
    Oudmourtes2 4210,1 %
    Moldaves1 618< 0,1 %
    Géorgiens1 417< 0,1 %
    Kirghiz1 410< 0,1 %
    Polonais1 185< 0,1 %
    Autres11 1570,3 %
    Non précisé99 144

    Religions

    Selon un sondage de 2012, 45 % de la population de l’oblast de Tcheliabinsk est chrétienne (Église orthodoxe de Russie : 31 %, autres Églises orthodoxes : 5 %, autres branches du christianisme : 9%), 7 % est musulmane (principalement sunnite), et les autres religions (néopaganisme slave, judaïsme, hindouisme…) représentent environ 1,5 % de la population. D’autre part, 14 % ont déclaré ne pas croire en Dieu et 29 % disent croire en Dieu ou une puissance supérieure mais sans se réclamer d’une religion en particulier[28].

    Langues

    Selon le recensement de 2010, les langues les plus parlées dans l’oblast de Tcheliabinsk sont le russe (parlé par 3 399 061 personnes, soit 99,9 % de ceux qui ont indiqué quelles langues ils parlent), le bachkir (98 096, soit 2,9 %), le tatar (81 486, soit 2,4 %), l’allemand (44 413, soit 1,3 %), le kazakh (17 484, soit 0,5 %), l’ukrainien (16 989), le mordve (3 924) et le biélorusse (2 906)[29].

    Villes

    100 km
    1:3 389 000
    Population > 1 000 000 hab.
    Population > 300 000 hab.
    Population > 100 000 hab.
    Population > 30 000 hab.
    Population > 10 000 hab.
    Villes de l’oblast de Tcheliabinsk avec plus de 10 000 habitants

    L’oblast de Tcheliabinsk comporte 30 villes (dont 15 font partie de districts urbains) et 13 communes urbaines. Trois des villes (Oziorsk, Snejinsk, Triokhgorny) et une commune urbaine (Lokomotivny) sont des villes fermées[30].

    Villes avec plus de 10 000 habitants en 2013[31],[note 2]
    VilleNom russePopulation
    TcheliabinskЧелябинск1 156 201
    MagnitogorskМагнитогорск411 880
    ZlatooustЗлатоуст172 318
    MiassМиасс150 665
    KopeïskКопейск139 875
    OziorskОзёрск81 023
    TroïtskТроицк77 737
    SnejinskСнежинск49 116
    SatkaСатка43 934
    TchebarkoulЧебаркуль41 539
    KychtymКыштым38 604
    IoujnoouralskЮжноуральск37 676
    KorkinoКоркино37 333
    TriokhgornyТрёхгорный33 002
    AchaАша31 152
    IemanjelinskЕманжелинск30 252
    Verkhni OufaleïВерхний Уфалей29 518
    KartalyКарталы28 763
    Oust-KatavУсть-Катав23 169
    BakalБакал20 485
    KoussaКуса18 278
    PlastПласт17 209
    Katav-IvanovskКатав-Ивановск17 032
    KasliКасли16 776
    SimСим13 969
    RozaРоза13 698
    KrasnogorskiКрасногорский13 528
    IouriouzanЮрюзань12 571
    KarabachКарабаш12 255
    NiazepetrovskНязепетровск12 153
    PervomaïskiПервомайский10 880

    Divisions administratives

    Les subdivisions actuelles de l’oblast de Tcheliabinsk ont été fixées en 2006. Il est divisé en 16 districts urbains (городской округ) et 27 raïons (муниципальный район), qui comportent 27 municipalités urbaines (городское поселение) et 243 municipalités rurales (сельское поселение)[30],[3].

    Les divisions administratives de l’oblast de Tcheliabinsk (les numéros correspondent au tableau ci-contre)
    No SubdivisionSuperficie (km2)[30]Population (2013)[31]
    IDistrict urbain de Verkhni Oufaleï1 612,8233 861
    IIDistrict urbain de Zlatooust1 864,5174 527
    IIIDistrict urbain de Karabach68212 497
    IVDistrict urbain de Kopeïsk355,76142 020
    VDistrict urbain de Kychtym763,6641 362
    VIDistrict urbain de Lokomotivny10,338 557
    VIIDistrict urbain de Magnitogorsk392,66411 880
    VIIIDistrict urbain de Miass1 756,44166 231
    IXDistrict urbain d’Oziorsk657,3191 745
    XDistrict urbain de Snejinsk299,1349 480
    XIDistrict urbain de Triokhgorny162,8533 002
    XIIDistrict urbain de Troïtsk139,1577 737
    XIIIDistrict urbain d’Oust-Katav67526 437
    XIVDistrict urbain de Tchebarkoul7741 539
    XVDistrict urbain de Tcheliabinsk500,981 156 201
    XVIDistrict urbain de Ioujnoouralsk110,5737 827
    1Raïon d'Agapovka2 603,434 413
    2Raïon d'Argaïach2 683,1840 892
    3Raïon d'Acha2 79262 969
    4Raïon de Bredy5 068,2227 173
    5Raïon de Varna3 850,9726 329
    6Raïon de Verkhneouralsk3 469,3935 526
    7Raïon de Iemanjelinsk113,3952 966
    8Raïon de Ietkoul2 525,1530 701
    9Raïon de Kartaly4 729,9448 399
    10Raïon de Kasli2 786,3733 980
    11Raïon de Katav-Ivanovsk3 277,9832 115
    12Raïon de Kizilskoïe4 415,1924 959
    13Raïon de Korkino102,7663 394
    14Raïon Krasnoarmeïski3 842,0243 087
    15Raïon de Kounachak3 141,7530 105
    16Raïon de Koussa1 533,4228 520
    17Raïon Nagaïbakski3 02419 964
    18Raïon de Niazepetrovsk3 461,9517 569
    19Raïon d'Oktiabrskoïe4 358,1420 450
    20Raïon de Plast1 751,7625 644
    21Raïon de Satka2 412,0784 373
    22Raïon Sosnovski2 071,3663 276
    23Raïon de Troïtsk3 958,6727 400
    24Raïon d'Ouvelski2 298,8931 434
    25Raïon d'Ouïskoïe2 633,9325 119
    26Raïon de Tchebarkoul2 863,3229 900
    27Raïon de Tchesma2 716,8519 712

    Symboles

    Le drapeau de l’oblast de Tcheliabinsk

    Le drapeau de l'oblast de Tcheliabinsk a été adopté en 2001. Il représente un chameau sur un fond rouge avec une bande horizontale jaune. Officiellement, le chameau, un animal endurant, représente la sagesse, la fidélité et la persévérance ; le rouge, couleur de la vie et de l’amour, représente le courage, la force, la beauté et symbolise aussi le travail des ouvriers de la région lié à la métallurgie et à l’énergie ; la bande jaune symbolise les montagnes de l’Oural[32].

    Les armoiries de l'oblast de Tcheliabinsk représentent le même chameau sur un fond rouge.

    Notes et références

    Notes

    1. Les pourcentages n’incluent pas les personnes n’ayant pas déclaré leur appartenance ethnique.
    2. Toutes ces villes ont le statut de ville (город), sauf Roza, Krasnogorski et Pervomaïski, qui sont des localités urbaines (посёлок городского типа).

    Références

    1. (en) K. L. Steelman, M. W. Rowe, V. N. Shirokov et J. R. Southon, « Radiocarbon dates for pictographs in Ignatievskaya Cave, Russia: Holocene age for supposed Pleistocene fauna », Antiquity, vol. 76, no 292, , p. 341–348 (résumé)
    2. « Histoire de la région de Tchéliabinsk », Gouvernement de l’oblast de Tcheliabinsk (consulté le 19 septembre 2013)
    3. « Division administrative et territoriale », Gouvernement de l’oblast de Tcheliabinsk (consulté le 17 septembre 2013)
    4. (en) « Chelyabinsk-65 » (consulté le 16 septembre 2013)
    5. Tony Phillips, « Qu’est-ce qui a explosé au-dessus de la Russie ? », Ciel des Hommes, (consulté le 16 septembre 2013)
    6. (en) Don Yeomans et Paul Chodas, « Additional Details on the Large Fireball Event over Russia on Feb. 15, 2013 », NASA, (consulté le 16 septembre 2013)
    7. (en) « Meteorite hits Russian Urals: Fireball explosion wreaks havoc, up to 1,200 injured », Russia Today, (consulté le 16 septembre 2013)
    8. (ru) « Челябинцы, пострадавшие от метеорита, получат компенсации от региона », RIA Novosti, (consulté le 16 septembre 2013)
    9. (en) « Russia Meteor Not Linked to Asteroid Flyby », NASA, (consulté le 16 septembre 2013)
    10. Cyrille Vanlerberghe, « Météorite russe : un événement exceptionnel », sur Le Figaro, (consulté le 18 septembre 2013)
    11. (ru) « Административно-территориальное деление по субъектам Российской Федерации на 1 января 2010 года », Service fédéral des statistiques russe (consulté le 15 septembre 2013)
    12. « Carte de visite de la région de Tchéliabinsk », Gouvernement de l’oblast de Tcheliabinsk (consulté le 17 septembre 2013)
    13. (en) « Russia Abolishes Winter Time », sur timeanddate.com, (consulté le 29 septembre 2013)
    14. (en) « Carte des fuseaux horaires de Russie », sur worldtimezone.com (consulté le 29 septembre 2013)
    15. (ru) « Рельеф и почвы » (consulté le 27 septembre 2013)
    16. (ru) « Гидрография » (consulté le 20 septembre 2013)
    17. (ru) « Геология и полезные ископаемые » (consulté le 29 septembre 2013)
    18. (ru) « Investing in Chelyabinsk city », sur investinrussia.biz (consulté le 17 septembre 2013)
    19. (ru) « Были горы Магнитной », Combinat métallurgique de Magnitogorsk (consulté le 27 septembre 2013)
    20. (ru) « Золотые самородки Миасса », sur miass.info (consulté le 1er octobre 2013)
    21. « La malachite d’Oural », sur russie.net (consulté le 1er octobre 2013)
    22. (ru) « Погода и Климат - Климат Челябинска », sur pogodaiklimat.ru (consulté le 17 septembre 2013)
    23. (ru) « Оценка численности постоянного населения на 1 января 2013 г. », Service fédéral des statistiques russe (consulté le 15 septembre 2013)
    24. « Un mystérieux accident nucléaire se serait produit fin septembre en Russie », sur lemonde.fr, (consulté le 11 novembre 2017)
    25. « Ruthénium 106 : l’accident nucléaire en Russie en trois questions », sur lemonde.fr, (consulté le 22 novembre 2017)
    26. (ru) « Население по возрастным группам и полу по субъектам Российской Федерации », Service fédéral des statistiques russe (consulté le 16 septembre 2013), p. 214
    27. (ru) « Население по национальности и владению русским языком по субъектам Российской Федерации », Service fédéral des statistiques russe (consulté le 19 septembre 2013), p. 111–113
    28. (ru) « Арена — Атлас религий и национальностей России » (consulté le 15 septembre 2013)
    29. (ru) « Владение языками населением наиболее многочисленных национальностей по субъектам Российской Федерации », Service fédéral des statistiques russe (consulté le 15 septembre 2013), p. 210–211
    30. (ru) « Административно-территориальное устройство Челябинской области », Gouvernement de l’oblast de Tcheliabinsk (consulté le 15 septembre 2013)
    31. (ru) « Численность населения Российской Федерации по муниципальным образованиям », Service fédéral des statistiques russe (consulté le 15 septembre 2013)
    32. (ru) « Закон Челябинской области о флаге Челябинской области », sur geraldika.ru (consulté le 18 septembre 2012)

    Voir aussi

    Liens externes

    • Portail de la Russie
    • Portail de la Sibérie
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.