Opération Hirondelle

L’opération Hirondelle était une opération militaire française durant la guerre d'Indochine, en . Elle consista en un raid aéroporté contre des dépôts d'approvisionnement du Viet Minh à proximité de Lang Son, impliquant des parachutistes de l'armée française et de l'armée nationale vietnamienne.

Contexte historique

Localisation de la province de Lạng Sơn au Viêt Nam.

À la suite du tournant de 1949 et avec l'expérience acquise au combat, l'armée populaire vietnamienne inflige une série de revers aux troupes françaises dans la haute région de Cao Bang et Lang Son (bataille de la RC 4). Le projet initial de « reconquête coloniale » s'est épuisé dans un interminable enlisement, a entraîné une grande lassitude dans l'armée française d'Indochine et dans le gouvernement français, ainsi qu'une opposition croissante de l'opinion publique française à une guerre dont les enjeux étaient de moins en moins clairs, dès lors que le Viêt Nam, le Laos et le Cambodge étaient, au moins en théorie, devenus indépendants, et que la « reconquête coloniale » n'était donc plus à l'ordre du jour.

La « bataille des Routes Coloniales » sème la panique dans l’état-major français en Indochine et au sein du gouvernement français à Paris. Le général de Lattre de Tassigny est envoyé en Indochine pour redresser la situation mais doit immédiatement faire face à des offensives vietminh. Il parvient à vaincre trois fois ses ennemis, notamment à Vinh yen et Mao khé, écartant définitivement toute menace sur Hanoï, mais ne peut les anéantir. Ayant assuré la construction d'une ligne de défense, de Lattre commence à chasser les vietminh du delta du Fleuve Rouge et décida de lancer une contre-offensive qu'il pense pouvoir être décisive, mais malade, il doit repartir pour la France. Sous l'égide de son successeur Raoul Salan, cette offensive, concluante au début, s'épuise d'elle-même et doit être arrêtée sans résultat décisif. De plus, au même moment, de Lattre en France, qui doit défendre son projet d'envoyer des renforts en Extrême-Orient, voit sa santé se dégrader et meurt en . L'Union française lance l'opération Lorraine afin de tenter de débusquer la guérilla Viet Minh en . Celle-ci s'avère toutefois un échec.

Déroulement de l'opération

Mi-, les services secrets français apprennent qu'une divison viêtminh au repos à Langson s'apprête à partir alors que celle qui doit la remplacer n'est pas encore arrivée. Navare décide de profiter du flottement. Le , le 6e BPC de Bigeard et le 8e Choc de Tourret sautent sur Langson et foncent sur les grottes de Ky Lua à 3 kilomètres à l'ouest de la ville. ils y découvrent 5000 tonnes de matériel, dont des camions Molotova et même un chasseur King Cobra ; ils font sauter le tout et se retirent vers Loc Binh, où d'autres unités françaises étaient déployées afin de les couvrir contre le Viêtminh lancé à leur poursuite. L'ensemble des forces françaises est alors évacué par la mer après avoir réalisé une jonction avec le Groupement mobile n°5.

L'opération a été tellement brillante qu'elle fait encore l'objet d'une étude dans les grandes écoles de Guerre.


Notes et références

    • (en) Bernard Fall, Street Without Joy. Stackpole Books, 1994. (ISBN 0811717003).
    • (en) Bernard Fall, The Two Vietnams. A Political and Military Analysis, New York: Frederick A. Praeger, Inc, 1967.
    • (en) Bernard Fall, Hell in a Very Small Place. Da Capo Press, 1985. (ISBN 0306802317).
    • (en) Jules Roy, The Battle of Dien Bien Phu, University of California: Pyramid Books, 1963.
    • (en) Martin Windrow, The Last Valley. Perseus Books Group, 2005. (ISBN 0306814439).
    • Portail du Viêt Nam
    • Armée et histoire militaire françaises
    • Portail du monde colonial
    • Portail des années 1950
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.