Ophrys abeille

L'Ophrys abeille (Ophrys apifera) est une orchidée terrestre européenne.

Ophrys apifera

Étymologie

Ophrus signifie sourcil, apifera : du latin apis (abeille) et fero (je porte).

Floraison

Dans le bassin méditerranéen d'avril - mai à juillet selon les sous-espèces, à partir de mai dans les régions plus nordiques.

Habitat

Cette espèce se rencontre en pleine lumière ou à mi-ombre, sur sols surtout calcaires, dans les pelouses, les garrigues, les broussailles, les bois clairs, les prés ras, rocailles, talus, dunes, au bord des routes également. Jusqu'à 1 500 mètres d'altitude.

Pollinisation

Ophrys apifera est pollinisée par des abeilles solitaires (dont plusieurs espèces d'eucères, parmi elles, Eucera longicornis) mais pas par les abeilles sociales (comme l'abeille domestique). La plante attire l'insecte en produisant une odeur qui imite l'odeur de l'abeille femelle[1]. De plus, le labelle se comporte comme un leurre que l'abeille mâle confond avec une femelle. Le transfert de pollen se produit pendant la pseudocopulation qui s'ensuit.

Certaines chrysomèles peuvent également se prendre au piège, des cas d'Exosoma lusitanicum en pseudocopulation avec celui-ci ont été rapportés[2].

Si la fécondation croisée n'a pas eu lieu, Ophrys apifera a recours à l'autofécondation. On peut observer un basculement précoce des pollinies sur le stigmate. Cette particularité provoque des variations locales nombreuses dont on a parfois voulu faire des espèces nouvelles. (O. jurana, bicolor, aurita, fulvofusca, trollii, botteroni, friburgensis, saraepontana, flavescens...). Les illustrations suivantes montrent les lusus jurana, bicolor et aurita. Le lusus jurana est caractérisé par de grands pétales roses presque identiques aux trois sépales et un labelle bicolore déformé, tandis que aurita présente deux pétales allongés (au moins du double de ceux de l'espèce type). Le lusus bicolor est quant à lui caractérisé par un labelle bicolore, la zone basale étant plus claire que la zone apicale.

Morphologie

  • Grands sépales roses ou blancs avec nervure verte pour la plupart des variantes.
  • Petits pétales jaune verdâtre, velus, triangulaires.
  • Labelle caractéristique 1 semi-globuleux, velouté, avec dessins jaunes, 2 lobes latéraux en forme de bosse ; fait penser à un abdomen d'insecte.
Ophrys apifera
Ophrys apifera subsp. jurana
Ophrys apifera var. bicolor
Ophrys apifera var. aurita
Ophrys apifera
Observation dans un jardin privé à Saint-Illiers-la-Ville (France)

Aire de répartition

Cette plante euro-méditerranéenne des régions tempérées de l'Atlantique jusqu'au Caucase, parfois abondante, se rencontre presque dans toute la France, Corse comprise, aussi en Île-de-France de façon sporadique.

Protection

L'espèce est classée "LC" : Préoccupation mineure[3].

En France elle est protégée en Franche-Comté, Limousin, Nord-Pas-de-Calais et Meurthe-et-Moselle[4].

Espèces proches et hybrides primaires

Synonymes

La première description de cette espèce fut réalisée par William Hudson en 1762 dans sa première édition de Flora Anglica avec le nom botanique actuel (basionyme) mais il existe de nombreux synonymes[5], certains botanistes pensant être en présence de nouvelles espèces. Un important nombre de variétés a également été proposé (non citées dans cette liste) ainsi que certains lusus (anomalies morphologiques) mais aucune n'est officiellement reconnue.

  • Arachnites apifera (Huds.) Hoffm. (1804).
  • Ophrys albiflora Spruner ex Boiss. (1882).
  • Ophrys aquisgranensis Kaltenb. (1850).
  • Ophrys arachnites Mill. (1768).
  • Ophrys asilifera Vayr. (1880).
  • Ophrys austriaca Wiesb. ex Dichtl (1883).
  • Ophrys bicolor O.Nägeli (1914), nom. illeg.
  • Ophrys botteronii Chodat (1889).
  • Ophrys chlorantha Hegetschw. (1840).
  • Ophrys epeirophora Peter (1883).
  • Ophrys friburgensis (Freyhold) O.Nägeli (1912).
  • Ophrys holoserica (Burm.f.) Greuter (1967).
  • Ophrys immaculata (Bréb.) O.Nägeli (1916).
  • Ophrys insectifera subvar. aurita Moggr. (1869).
  • Ophrys integra Sacc. (1871).
  • Ophrys jurana (Ruppert) Neuberger (1925).
  • Ophrys mangini Tallon (1941).
  • Ophrys oestrifera M.Bieb. (1808).
  • Ophrys picta var. oestrifera (M.Bieb.) Bory & Chaub. (1832).
  • Ophrys purpurea Tausch (1831).
  • Ophrys ripaensis Porta (1905).
  • Ophrys rostrata Ten. (1830).
  • Ophrys saraepontana Ruppert (1924).
  • Ophrys scolopax var. oestrifera (M.Bieb.) Rchb.f. in H.G.L.Reichenbach (1851).
  • Ophrys trollii Hegetschw. (1840).
  • Orchis holoserica Burm.f. (1770).
  • Orchis oestrifera (M.Bieb.) M.Bieb. (1819).

Notes et références

  1. Pollinisation et productions végétales par P. Pesson, Jean Louveaux, p. 126-127
  2. http://www.orchidee-poitou-charentes.org/article1803.html
  3. La Liste rouge des espèces menacées en France. Orchidées de France métropolitaine. MNHN, Dossier de presse - 6 octobre 2009.
  4. INPN, Protection de l'Ophrys apifera Huds. en France
  5. (en) Référence Kew Garden World Checklist : Ophrys apifera

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de la botanique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.