Osages

Les Osages sont une tribu d'Amérindiens vivant aux États-Unis, principalement dans le comté d'Osage en Oklahoma.

Pour les articles homonymes, voir Osage.
Osages
Guerrier Osage peint par George Catlin.

Populations significatives par région
États-Unis 21 580 (2015)[1]
Autres

La rivière Osage rappelle que cet affluent du Mississippi, traverse le lieu historique de ce peuple amérindien dans l'État du Missouri.

Ethnonymie

En langue osage, les Osages s'appellent eux-mêmes « Wazházhe » ce qui signifie « enfants de l'eau du milieu ». Le nom Osage serait une déformation d'origine française due aux trappeurs et coureurs des bois français et canadiens français parcourant ces territoires de la Louisiane française et de la Nouvelle-France.

Cette tribu amérindienne a donné son nom à l'arbre dont elle se servait pour faire des peintures ou des arcs : l'Oranger des Osages.

Histoire

Au fur et à mesure de la conquête de l'Ouest, ils sont parqués de force dans la région semi-aride de l'Oklahoma. Cependant, contrairement à la plupart des Amérindiens, ils deviennent riches, le plus grand gisement de pétrole du pays étant découvert sur leur territoire. C'est dans ce contexte que, dans les années 1920, plusieurs dizaines d'Osages sont assassinés, donnant lieu à une enquête où s'investit le jeune directeur du BOI J. Edgar Hoover et à l'arrestation d'un important homme politique local, William Hale. Le livre La Note américaine du journaliste américain David Grann revient sur cette affaire[2]. En 2020, Martin Scorsese porte à l'écran ce récit[3] dans un film intitulé Killers of the Flower Moon.

De 2004 à 2006, le peuple osage s'est doté d'une Constitution[4].

Langue osage

En 2015, l'osage, du groupe des langues siouanes, est parlé par 15 à 20 anciens locuteurs et 300 étudiants[5].

Références

  1. (en) « Total population more information 2011-2015 American Community Survey Selected Population Tables », sur factfinder.census.gov (consulté le 17 janvier 2019).
  2. Pap Ndiaye, « Qui assassine les Indiens Osages ? », L'Histoire no 452, octobre 2018, p. 88.
  3. Christine Marc, « Au pays osage de l’or noir: la (fausse) note américaine de David Grann », sur DIACRITIK, (consulté le 17 janvier 2019)
  4. https://www.osagenation-nsn.gov/sites/default/files/library/ConstitutionOfTheOsageNation.pdf
  5. (en) « Osage », sur omniglot.com, (consulté le 20 janvier 2016)

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Louis F. Burns, A History of the Osage People, Tuscaloosa, University of Alabama Press, , 576 p. (ISBN 978-0-8173-8265-0, OCLC 424524830, lire en ligne).
  • (en) Louis F. Burns, Osage Indian Bands and Clans, Baltimore, Clearfield Company, Inc., (1re éd. 1984), 196 p. (ISBN 978-0-8063-5112-4, OCLC 740514268, lire en ligne).
  • (en) Francis La Flesche et Garrick Alan Bailey, The Osage and the Invisible World : from the works of Francis La Flesche, Norman, University of Oklahoma Press, , 323 p. (ISBN 978-0-8061-2743-9, OCLC 32430344, lire en ligne).
  • (en) Willard H. Rollings, The Osage : an Ethnohistorical Study of Hegemony on the Prairie-Plains, Columbia, University of Missouri Press, (1re éd. 1992), 320 p. (ISBN 978-0-8262-1006-7, OCLC 36707227, lire en ligne).
  • David Grann, La Note américaine, éditions du Globe, 2018, 352 p. Traduit de l'anglais par Cyril Gay.

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des Nord-Amérindiens
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.