Panthera atrox

Le Lion américain (Panthera atrox), ou Lion d'Amérique, est une espèce éteinte de grand félins de la sous-famille des Pantherinae et du genre Panthera, très proche du lion actuel, ayant vécu en Amérique du Nord pendant le Pléistocène, il y a entre 340 000 et 11 000 ans. Des études génétiques ont montré qu'il n'appartient pas à l'espèce Panthera spelaea ou à Panthera leo et s'agit donc d'une espèce totalement différente[1]. Avec une longueur de 1,60 m à 3,10 m de la tête à la queue (soit 25 % plus grand que le lion actuel[2]) et un poids allant de 235 à 523 kg[3], il s'agit de l'un des plus grand et plus lourd félins ayant jamais existé.

Pour les articles homonymes, voir Lion des cavernes.

Lion américain  Lion d'Amérique

Panthera atrox
Reconstitution de Panthera atrox.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Infra-classe Placentalia
Ordre Carnivora
Sous-ordre Feliformia
Famille Felidae
Sous-famille Pantherinae
Genre Panthera

Espèce

 Panthera atrox
(Leidy, 1853)

Répartition géographique

La couleur bleu indique la répartition géographique du Lion américain.

Statut de conservation UICN


EX : Éteint

Description

Squelette de Panthera atrox avec un Smilodon fatalis.
Le crâne et les mâchoires du lion américain étaient particulièrement épais.

Les lions américains présentaient des similarités avec les lions contemporains africains. Ils possédaient cependant une structure plus massive et s'impliquaient davantage dans les activités de chasse. D’après certaines représentations de lions de son cousin européen dans les cavernes, on suppose que le lion américain possédait peut-être quelques rayures, mais bien moins importantes que celles du tigre. On peut également supposer qu’il possédait une touffe de poils noirs au bout de sa queue. La crinière de cette espèce était bien moins dense que celle des lions africains, mais elle devait quand même s’assombrir avec l’âge[réf. nécessaire].

Mœurs

Les lions américains vivaient probablement en groupe, comme les lions modernes, mais on pense qu’ils chassaient seuls ou en couple, contrairement aux lions actuels, sauf pour de grandes occasions. Cela a été prouvé par les lions de Rancho La Brea (Californie) où les jeunes avaient des dents plus usées que les jeunes lions modernes.

Ils ont pu habiter des grottes ou dans les fissures dans des roches pendant l’hiver, en cachant l’ouverture par des branches et de l’herbe sèche pour se protéger du froid, comme les tigres de l’Amour qui sont adaptés au même climat. L’abri n’était pas nécessaire plus au sud où l’hiver était moins rigoureux.

Selon leur structure anatomique, les lions américains étaient moins agiles que les lions africains, qui peuvent atteindre jusqu’à 48 km/h lors de leurs plus performantes accélérations. Ils chassaient alors des animaux moins rapides mais plus robustes, comme le bison, mais leur force et leur poids leur permettaient d’abattre la proie au sol, et la tuaient sans doute en lui mordant le museau afin de lui bloquer les voies respiratoires, comme les lions actuels. Ils s’attaquaient également aux chevaux, à des cervidés et même à de jeunes mammouths.

Le lion américain et l'humain

De nombreux lions ont été retrouvés dans les restes de camps humains datés du Paléolithique. Cela laisse penser que les lions étaient chassés par les hommes (ou parfois vice-versa). Dans l’Idaho, des restes de lion américain ont été retrouvés dans les débris d’une grotte appelée Jaguar Cave. Ils sont datés de 10 300 ans[réf. souhaitée]. Plusieurs autres fossiles prouvent que ces lions ont été chassés par les premiers Amérindiens.

Phylogénie

Cladogramme basé sur l'analyse phylogénétique des espèces vivantes et éteintes () du genre Panthera réalisée par P. Piras et ses collègues en 2018[4]. P. atrox y est placée en groupe frère du Lion des cavernes d'Eurasie (Panthera spelaea) :

Panthera

Panthera palaeosinensis






Panthera blytheae



Panthera uncia (Panthère des neiges)







Panthera zdanskyi (Tigre de Longdan)



Panthera tigris (Tigre)









Panthera gombaszoegensis (Jaguar européen)



Panthera onca (Jaguar)







Panthera pardus (Léopard)




Panthera leo (Lion)




Panthera spelaea (Lion des cavernes d'Eurasie)



Panthera atrox (Lion d'Amérique)








Voir aussi

Liens externes et références

Références

  1. Barnett, R.; Shapiro, B.; Barnes, I. A. N.; Ho, S. Y. W.; Burger, J.; Yamaguchi, N.; Higham, T. F. G.; Wheeler, H. T.; Rosendahl, W.; Sher, A. V.; Sotnikova, M.; Kuznetsova, T.; Baryshnikov, G. F.; Martin, L. D.; Harington, C. R.; Burns, J. A.; Cooper, A. (2009). "Phylogeography of lions (Panthera leo ssp.) reveals three distinct taxa and a late Pleistocene reduction in genetic diversity". Molecular Ecology. 18 (8): 1668–1677. doi:10.1111/j.1365-294X.2009.04134.x. PMID 19302360.
  2. https://web.archive.org/web/20090625205421/http://www.sdnhm.org/exhibits/mystery/fg_lion.html
  3. DeSantis, L. R., Schubert, B. W., Scott, J. R. et Ungar, P. S., « Implications of diet for the extinction of saber-toothed cats and American lions », PLoS ONE, vol. 7, no 12, , e52453 (PMID 23300674, PMCID 3530457, DOI 10.1371/journal.pone.0052453, Bibcode 2012PLoSO...752453D)
  4. (en) Piras, P., Silvestro, D., Carotenuto, F., Castiglione, S., Kotsakis, A., Maiorino, L., Melchionna, M., Mondanaro, A. et Sansalone, G., Serio, C. et Vero, V.A., « Evolution of the sabertooth mandible: A deadly ecomorphological specialization », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, vol. 496, , p. 166−174 (DOI 10.1016/j.palaeo.2018.01.034, Bibcode 2018PPP...496..166P)
  • Portail des mammifères
  • Portail du Cénozoïque
  • Portail de la paléontologie
  • Portail de la Préhistoire
  • Portail des félins
  • Portail de l’Amérique du Nord
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.