Parti islamique irakien

Le parti islamique irakien (Hizb al-Islami al-Airaqi) est un parti politique sunnite arabe islamiste en Irak. Il a été fondé en 1960 par Nou'man Abd-al-Razzaq al-Samarraï (ar) et est issu du mouvement des Frères musulmans. Il était clandestin du temps de Saddam Hussein.

Parti islamique irakien
(ar) حزب الإسلامي العراقي

Logotype officiel.
Présentation
Secrétaire général Ayad al-Samarraï (en)
Fondation
Siège Yarmouk, Bagdad, Irak
Journal Dar as-Salam
Religion Islam sunnite
Positionnement Centre droit
Idéologie Démocratie islamique
Qutbisme
Affiliation internationale Frères musulmans
Site web www.iraqiparty.com
Représentation
Représentants
7 / 329

L'actuel secrétaire général du parti est Ayad al-Samarrai ; avant juillet 2004, c'était le Dr. Mohsen Abdel Hamid (en) , qui a participé au Conseil de gouvernement de l'Irak (en) (IGC) qui travaillait avec l'Autorité alliée provisoire et de 2004 à 2009, il s'agit de Tareq al-Hachemi.

Le , le PII s'était désolidarisé du gouvernement intérimaire irakien pour protester contre l'attaque par les forces coalisées contre Falloujah. Cependant, le ministre issu du parti, Hajim al-Hassani, était resté dans le gouvernement et avait quitté le parti.

Le PII avait boycotté les élections du 30 janvier 2005 après avoir contribué à leur préparation, mais ses membres n'ont pas refusé toute participation aux élections des gouvernements régionaux (par exemple pour les élections dans la province de Ninawa et celle d'Al-Anbâr).

Le PII a mené une campagne à grand échelle contre la constitution pour le référendum du . Mais deux jours avant, le parti a changé de mot d'ordre, en faveur donc du « oui », à la suite d'un accord avec les membres du gouvernement de transition selon lequel la nouvelle assemblée nationale élue en décembre 2005 aurait à faire certains amendements en 2006.

Le PII a donc aussi participé à ces élections du 15 décembre 2005 dans le cadre de la coalition du Front d'accord irakien (en), qui a obtenu 44 sièges, ce qui est le meilleur succès parmi toutes les coalitions arabes sunnites. Il a été critiqué par les sunnites radicaux (par exemple, le chef d'Al-Qaïda en Irak, Abou Moussab Al-Zarqaoui) pour sa participation au processus politique en Irak.

Ayant obtenu le contrôle de la province d'al-Anbar en 2005, il a intégré, en tant que groupe minoritaire, l'Alliance nationale des Indépendants et du Réveil en Irak (en) qui arriva premier à Anbar en obtenant 8 sièges sur 29 lors des élections de , et qui était dirigé par le Conseil du salut d'Anbar (en) de Ahmed Abou-Risha.

Liens externes

  • Portail de la politique
  • Portail de l’Irak
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.