Parti travailliste brésilien

Le Parti travailliste brésilien (en portugais Partido trabalhista brasileiro, abrégé en PTB) a existé de 1945 à 1954, puis a été refondé en 1981.

Pour les articles homonymes, voir PTB.

Parti travailliste brésilien
(pt) Partido Trabalhista Brasileiro
Présentation
Président Roberto Jefferson
Fondation
(refondation)
Siège Brasilia
Positionnement Centre droit
Idéologie Populisme
Nationalisme civique
Libéralisme économique
National-libéralisme
Fédéralisme
Adhérents 1 191 834 (2018)[1]
Couleurs Noir, blanc et rouge
Site web ptb.org.br
Représentation
Chambre des députés
10 / 513
Sénat
7 / 81

PTB historique

Le premier PTB a été fondé à Rio de Janeiro, le sur l'initiative de Getúlio Vargas, son principal leader, et le soutien du Queremismo, mouvement populaire demandant une assemblée constituante présidée par Getúlio. Durant sa première existence, il s'est allié avec le Parti social démocratique pour s'opposer à l'Union démocratique nationale.

PTB actuel

Le PTB a été refondé lors de la transition démocratique dès les années 1980. Ivete Vargas (pt), la nièce de Getúlio Vargas, devint présidente du parti, mais une scission menée par Leonel Brizola aboutit à la fondation du Parti démocratique travailliste (PDT, centre gauche). Le PTB devint progressivement de centre droit.

Dirigé jusqu'à peu par Roberto Jefferson (pt), il a appuyé le gouvernement Lula. Mais Jefferson, exposé dans un scandale de corruption, a lui-même exposé à l'Assemblée le dit « scandale des mensualités », qui a conduit à son exclusion du PTB, de l'Assemblée, et à la privation de ses droits civiques, le rendant inéligible jusqu'en 2015.

Voir aussi

Personnalités

Annexe

Références

  1. (pt) « Eleitores filiados », sur inter04.tse.jus.br (consulté le 10 octobre 2018).
  • Portail de la politique
  • Portail du monde contemporain
  • Portail du Brésil
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.