Participation (Platon)

Le concept de participation (en grec ancien μέθεξις / methexis)[Note 1] est intrinsèquement lié à la pensée de Platon, notamment dans son dialogue Parménide, et est devenu commun en philosophie. On dit de B qu'il participe de[Note 2] A si A est un principe conceptuel, c'est-à-dire une catégorie générale, de laquelle[Note 3] B participe, c'est-à-dire de laquelle B est un exemple particulier, ou en quelque sorte une « partie ». Par exemple, une chose belle (B) participe de l'Idée du Beau (A), c'est-à-dire prend part à la beauté idéale. Dans cette conception, ce n'est pas la beauté qui est située dans les objets beaux, mais les objets beaux qui sont en quelque sorte enveloppés par le concept du Beau. La beauté n'est qu'un exemple ; la même chose peut être dite d'autres objets participant d'autres concepts.

Pour les articles homonymes, voir Participation.

Selon Platon, l’objet de la connaissance n’est pas à chercher dans le sensible, mais est intelligible[Note 4]. C’est ce qu’il appelle une « Idée » ou une « Forme », selon la traduction. Par exemple, Platon distingue l’Idée de la beauté, qui est purement intelligible, et une chose belle sensible[Note 5]. Cette séparation (χωρισμός) est la même qu'entre universel et particulier. Le problème qui se pose alors est celui de la relation entre ces deux niveaux : quel rapport y a-t-il entre l’Idée de la beauté et la chose belle ? Platon répond que la chose belle « participe » de l’Idée de la beauté. Il est toutefois très peu loquace sur les modalités de cette participation, et c’est sur ce point qu’Aristote l’attaque le plus durement.

Par l'anamnésis, l’objet participe de l'idée, le phénomène participe de son essence ; par la réminiscence, l'image participe du modèle : « Le Beau, c'est une belle fille »[1]. Les idées communiquent entre elles par une affinité naturelle ; Platon distingue cinq genres différents et principaux : l’autre, le même, le repos, l’être et le mouvement qui participent les uns des autres.

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Auquel correspond le verbe metekhein (en grec ancien μετέχειν) : prendre part, participer. Un verbe synonyme de metekhein dans les dialogues platoniciens est metalambanein (en grec ancien μεταλαμβάνειν / metalambánein)
  2. Et non qu'il participe à ; cela désignerait le sens commun de mot participer, par exemple « participer à des élections ».
  3. Et non, encore une fois, à laquelle.
  4. C’est-à-dire ne peut être saisi que par la pensée
  5. C’est-à-dire perceptible par les sens (vue, ouïe, etc.)

Références

  1. Hippias majeur (287c-e)

Bibliographie

  • Portail de la philosophie antique
  • Portail de la philosophie
  • Portail de la Grèce antique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.