Paul de Bruyn

Paul de Bruyn fut le 37e abbé de Parc, du jusqu'à sa mort, le , Parc étant une abbaye prémontrée située dans le Brabant flamand, en Belgique, près de Louvain, fondée en 1129 et toujours en activité. Sa devise fut : « De tenebris lumen ».

Pour les articles homonymes, voir De Bruyn.

Paul de Bruyn

1686 Portrait par un artiste inconnu
Biographie
Naissance
Bruxelles
Ordre religieux Prémontrés
Ordination sacerdotale
Décès (à 73 ans)
Abbé de l'Église catholique
Bénédiction abbatiale à Malines
37e abbé de Parc
Autres fonctions
Fonction religieuse
Archichapelain des ducs de Brabant, juge synodal de l'archevêché de Malines

De tenebris lumen[1]

Chronologie

Paul de Bruyn est né à Bruxelles le sous le nom de Pierre De Bruyn, fils de Guillaume De Bruyn, maître-maçon de la Cour, et de Pétronille Vanden Bemde[2]. Il est le frère de l'architecte Guillaume De Bruyn, un des reconstructeurs de Bruxelles après le bombardement de 1695.

Il devient profès (1670), prêtre (1673), prieur (1686), curé de Courtrai-Dutsel (1690), prieur de Gempe (1690), prévôt (1698). Il est coadjuteur de l'abbé Philippe van Tuycom (36e abbé de Parc) en 1701, puis est nommé abbé effectif le , bénit à Malines en l'église de Leliëndaal le . Atteint d'apoplexie, il meurt le .

Abbatiat

L'abbé Paul de Bruyn est juge synodal de l'archevêché de Malines.

Par ailleurs, le Jansénisme s'était répandu en Belgique et avait trouvé des partisans parmi les professeurs de l'Université de Louvain, ainsi qu'au sein de l'abbaye de Parc. Nous voyons en effet des traces de cette doctrine dans les Statuts composés par Jean Druys et Jean Maes. Tout rentra dans l'ordre lorsque, le , l'abbé Paul de Bruyn envoya une lettre de soumission à l'archevêque de Malines, à la suite du décret du Souverain pontife Clément XI.

Postérité

Dans son ouvrage cité plus bas, J.E. Jansen[3] accompagne la chronologie de l'abbé Paul de Bruyn d'une indication en latin le concernant : Vir justus et timoratus, qui omnes suos traxit in funiculis charitatis[4].

Le portrait de l'abbé Paul de Bruyn, avec ses armoiries, empruntées à sa famille, est conservé à Parc.

Notes

  1. Le blasonnement des armes de l'abbé Paul de Bruyn est : « d'argent à une tête de maure de sable, tortillée d'argent, au chef d'azur chargé de trois quintefeuilles d'argent rangées en fasce. »
  2. Jean-Louis Van Belle et Jan Caluwaerts, Corneille van Nerven. L'architecte méconnu de l'Hôtel de ville de Bruxelles, Bruxelles : éditions Safran, 2014, p. 86-87.
  3. J.E. Jansen est chanoine de l'abbaye de Parc, archiviste de la ville de Turnhout et membre titulaire de l'Académie royale d'Archéologie de Belgique.
  4. Une traduction automatique donne ? « Un homme juste et pieux. Il entraîne tous ses hommes avec les liens de la charité. »

Bibliographie

Timbre de l'écu des abbés prémontrés.
  • J.E. Jansen, L'abbaye norbertine de Parc-le-Duc - Huit siècles d'existence - 1129-1929, éditions H. Dessain, Malines, 1929.

Articles connexes


  • Portail du catholicisme
  • Portail du monachisme
  • Portail du Brabant flamand
  • Portail du XVIIIe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.