Peshawar

Peshawar (ourdou : پشاور ; pachto : پښور) est une ville d'environ deux millions d'habitants située dans le nord du Pakistan, à l'extrémité orientale de la passe de Khyber. Elle est la capitale de la province de Khyber Pakhtunkhwa et sixième plus grande ville du pays.

Peshawar

Dans l'ordre : Islamia College, mosquée Sunehri Mosque, Tour de l'horloge Cunningham, Bab-e-Khyber, Mosquée Mahabat Khan et Fort Bala Hissar
Administration
Pays Pakistan
Province Khyber Pakhtunkhwa
Division Peshawar
District Peshawar
Démographie
Population 1 970 042 hab. (rec. 2017[1])
Géographie
Coordonnées 34° 01′ 00″ nord, 71° 35′ 00″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pakistan
Peshawar

    Cité antique connue sous le nom de Purushapura dans l'Inde ancienne, elle était alors la capitale du Gandhara. Elle était aussi connue des Grecs sous le nom de « Peukalaotis ». C'est un lieu de peuplement historique des Pachtounes.

    Peshawar est classée septième ville la plus polluée au monde par l'OMS[2].

    Historique

    Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016). 
    Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

    Il s'agit d'une des villes les plus anciennes du pays, un centre de commerce entre le sous-continent indien, l'Afghanistan et l'Asie centrale.

    Dès le premier millénaire avant notre ère, la ville est un centre important de culture de la civilisation du Gandhâra, berceau de l'Art gréco-bouddhique, ainsi qu'un lieu de pèlerinage bouddhiste, jusqu'à ce que le bouddhisme entre en déclin dans le monde indien.

    Au IIe siècle de notre ère, le roi kouchan Kanishka Ier, grand protecteur du bouddhisme fait de Peshawar la capitale de l'Empire kouchan, qui s'étend du Tadjikistan à la mer Caspienne et à l’Afghanistan et, vers le sud, à la vallée du Gange. Il fait construire un stupa de 152 mètres de haut qui reste pendant plusieurs siècles le plus grand édifice d'Inde et de Chine[3].

    Asanga et Vasubandhu, deux frères brahmanes indiens, fondateurs de l'école Vijñānavāda (rien que conscience) du bouddhisme mahāyāna, considérés comme bodhisattva par les bouddhistes ultérieurs, sont nés et ont grandi dans cette fameuse ville.

    Les raids de Mahmûd de Ghaznî, au début du XIe siècle, détruisent toutes traces visibles de la civilisation du Gandhara.

    Bâbur la traverse en 1526 au sortir de la passe en route pour sa conquête de l'Inde, mais ce sont ses descendants qui vont redorer le blason de la cité. Elle doit son nom actuel – qui signifie « ville frontière » – à l'empereur moghol Akbar qui en améliora les fortifications et le bazar. Sher Shâh Sûrî la relia au Bengale par la Grand Trunk Road, un des axes majeurs de communication du sous-continent indien.

    Elle a ensuite été l'une des villes de l'Empire durrani[4], ou Empire afghan, jusqu'à sa prise en 1818 par l'Empire sikh.

    Peshawar a été la base de repli des djihadistes afghans pendant l'occupation soviétique de l'Afghanistan.

    Conflits

    Manifestations anti-talibanes à Peshawar, en 1998.

    Peshawar est proche des régions tribales, zone instable abritant les fiefs des talibans. La ville est souvent victime d'attaques de ces derniers et se trouve au cœur du conflit armé du Nord-Ouest du Pakistan. Ces derniers ont redoublé depuis 2007 et également après le lancement d'une offensive de l'armée pakistanaise contre les talibans dans le Sud-Waziristan le 17 octobre 2009.

    Environ cinquante personnes ont été tuées au cours de l'année 2007, dont le chef de la police de Peshawar. Plus de soixante ont été victimes des explosions en 2008, et l'année 2009 a été la plus violente avec plus de 320 morts. En 2010, plus de cinquante personnes ont été tuées dans la ville. L'une des attaques les plus meurtrières du pays a d'ailleurs eu lieu dans la ville : le 28 octobre 2009, un attentat fait plus de 110 morts et il coïncide avec la visite d'Hillary Clinton dans le pays.

    Le 22 septembre 2013, une faction talibane revendique un attentat dans une église de Peshawar. Cette attaque, alors la plus meurtrière contre la communauté chrétienne du pays, fait 82 morts[5]. Le 16 décembre 2014, au moins 141 étudiants sont tués dans l'attaque d'une école par un commando taliban. Il s'agit de l'assaut terroriste le plus meurtrier perpétré au Pakistan[6].

    Démographie

    Rue commerçante du vieux-Peshawar.

    La population de la ville a été multipliée par presque de quatre entre 1972 et 2017, passant d'environ 273 000 habitants à deux millions[7]. Entre 1998 et 2017, la croissance annuelle moyenne s'affiche à 3,7 %, largement supérieure à la moyenne nationale de 2,4 %[8].

    Elle est la ville la plus peuplée de la province de Khyber Pakhtunkhwa et la sixième plus importante du pays.

    Démographie de Peshawar
    1972 (rec.)1981 (rec.)1998 (rec.)2017 (rec.)
    Population272 697566 248982 8161 970 042

    Urbanisme

    La ville est la capitale de la province de Khyber Pakhtunkhwa, ainsi que des régions tribales. Elle est le siège d'une université, l'Université de Peshawar[9] depuis 1950 et d'un musée d'art du Gandhâra.

    Politique

    En tant que capitale provinciale, Peshawar accueille les sièges de l'Assemblée provinciale de Khyber Pakhtunkhwa et du gouvernement local. Depuis le redécoupage électoral de 2018, la ville est représentée par les six circonscriptions numérotées 74 à 79 pour l'Assemblée provinciale.

    Depuis les élections législatives de 2002, la ville a successivement été un fief des islamistes du Muttahida Majlis-e-Amal, des socialistes pro-Pachtounes du Parti national Awami en enfin du nationaliste Mouvement du Pakistan pour la justice.

    Résultats lors des élections législatives de 2018
    Parti Voix
    (province)
    % Élus
    provinciaux
    Mouvement du Pakistan pour la justice 114 611 48,03 % 5
    Parti national Awami 36 425 15,26 % 0
    Parti du peuple pakistanais 28 314 11,86 % 0
    Muttahida Majlis-e-Amal 27 765 11,63 % 0
    Autres partis 25 638 10,74 % 0
    Indépendants 5 883 2,47 % 0
    Total exprimés (participation : 41,28 %) 238 636 100 % 5
    Source : Commission électorale du Pakistan[10],[11],[12],[13],[14] ,[15]

    Galerie

    Notes et références

    1. (en) Population of major cities - Census 2017, pbscensus.gov.pk. Consulté le 1er octobre 2017
    2. (en) The 10 Most Air-Polluted Cities in the World - Bryan Walsh, Time, 27 septembre 2011
    3. Sayed Amjad Hussain, « Quand Peshawar abritait la 8e merveille du monde », Courrier International, no 1460, , traduit d'un article publié dans The Friday Times le 14 septembre.
    4. (en) Shah Mahmoud Hanifi, Connecting Histories in Afghanistan: Market Relations and State Formation on a Colonial Frontier, Stanford University Press, 2011 (ISBN 978-0-8047-7411-6)
    5. « Pakistan : double attentat dans un quartier chrétien de Lahore », Le Monde/AFP,
    6. Au moins 141 morts, dont 132 enfants, dans l'attaque d'une école au Pakistan - Le Monde/AFP/Reuters, 16 décembre 2014
    7. (en) City Population - Pakistan
    8. (en) Pakistan: Provinces and Major Cities sur citypopulation.de
    9. (en) University of Peshawar - Site officiel
    10. (en) PK-74 (Peshawar-IX) sur ecp.gov.pk
    11. (en) PK-75 (Peshawar-X) sur ecp.gov.pk
    12. (en) PK-76 (Peshawar-XI) sur ecp.gov.pk
    13. (en) PK-77 (Peshawar-XII) sur ecp.gov.pk
    14. (en) PK-78 (Peshawar-XIII) sur ecp.gov.pk
    15. (en) PK-79 (Peshawar-XIV) sur ecp.gov.pk

    Voir aussi

    Articles connexes

    • Portail du Pakistan
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.