Philippe van Tuycom

Philippe van Tuycom né le , fut le 36e abbé de Parc, de 1682 jusqu'à sa mort, le , Parc étant une abbaye prémontrée située dans le Brabant flamand, en Belgique, près de Louvain, fondée en 1129 et toujours en activité. Sa devise fut « Labore vinces ».

Philippe van Tuycom

Abbaye de Parc.
Biographie
Naissance
Leefdaal
Ordre religieux Prémontrés
Ordination sacerdotale
Décès (à 59 ans)
Parc
Abbé de l'Église catholique
Bénédiction abbatiale
36e abbé de Parc
Autres fonctions
Fonction religieuse
Archichapelain des ducs de Brabant, juge synodal de l'archevêché de Malines
Fonction laïque
Licencié en théologie, membre et assesseur des États de Brabant

Labore vinces[1]

Chronologie

Timbre de l'écu des abbés prémontrés.

Philippe van Tuycom est né à Leefdaal le , d'Arnould van Tuycom et d'Emérence Hauwijck. Il est apparenté à une ancienne famille Van Tudekem, originaire d'une localité située sous Herent. Il devient profès (1643), prêtre (1647), curé du couvent (1653), circateur et licencié en théologie (1653), cellérier (1654), curé à Wackerzeel (1665), prieur des religieuses de Gempe (1667), puis est élu abbé de Parc le , bénit le . Il meurt à Parc d'une attaque d'apoplexie le et est enterré dans la crypte de l'abbatiale de Parc.

Abbatiat

L'abbé Philippe van Tuycom est juge synodal de l'archevêché de Malines (1683), membre et assesseur des États de Brabant (1689).

Il a rencontré une période de vie plus calme que celle de ses prédécesseurs, période de vie plus intérieure, consacrée aux études suivies. Cela dit, les guerres de Louis XIV, à partir des années 1693, ainsi que le séjour à l'abbaye, pendant sept semaines, de Guillaume III, roi d'Angleterre, ainsi que les campagnes de Louis XV, qui est resté avec le maréchal de Saxe une douzaine de jours à Parc, en 1746, ne furent guère favorable à un grand essor intellectuel.

Postérité

Le portrait de l'abbé Philippe van Tuycom avec ses armoiries est conservé à Parc.

Notes

  1. Le blasonnement des armes de l'abbé Philippe van Tuycom est : « écartelé, au 1 et 4 d'or à 3 maillets penchés de sinople ou d'azur, au 2 et 3 d'argent à un lion issant de sable. »

Bibliographie

  • J.E. Jansen, L'abbaye norbertine de Parc-le-Duc - Huit siècles d'existence - 1129-1929, éditions H. Dessain, Malines, 1929.

Articles connexes

  • Portail du catholicisme
  • Portail du monachisme
  • Portail du Brabant flamand
  • Portail du XVIIe siècle
  • Portail du XVIIIe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.