Plélauff

Plélauff [plelof] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne. Elle fait à présent partie du canton de Rostrenen.

Plélauff

La chapelle Notre-Dame de la Croix.
Administration
Pays France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Rostrenen
Intercommunalité Communauté de communes du Kreiz-Breizh
Maire
Mandat
Bernard Rohou
2014-2020
Code postal 22570
Code commune 22181
Démographie
Gentilé Plélauffien, Plélauffienne
Population
municipale
634 hab. (2017 )
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 26″ nord, 3° 12′ 30″ ouest
Altitude 139 m
Min. 123 m
Max. 273 m
Superficie 25,51 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Plélauff
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Plélauff
Géolocalisation sur la carte : France
Plélauff
Géolocalisation sur la carte : France
Plélauff

    Géographie

    Situation

    Le Bro Kost ar c'hoad (le pays à côté du bois) occupe un territoire de 25 kilomètres carrés dont la moitié est recouverte de bois et de landes. Il se situe entre Gouarec au nord et Silfiac au sud et comprend une partie de Plélauff, Perret , une partie de Sainte-Brigitte et l'est de la commune de Silfiac . Le hameau de la Lande de Gouarec en Plélauff, situé en bordure de la forêt de Quénécan fait partie du territoire Kost ar C'hoad, contrairement à son bourg, qui lui se situe en pays Pourlet tout comme sa voisine Mellionnec. Le bois en question, bordé à l'ouest par ce "pays" est la forêt de Quénécan, au nord-ouest de Pontivy.

    Le Kost ar c'hoad est aussi le nom d'une danse bretonne traditionnelle de la famille des gavottes. En , à Silfiac en Morbihan, était organisé un concours de danse et de musique Kost au C'hoat. Ce concours mis en compétition une vingtaine de couple de danseurs et une dizaine de couples de musiciens. Cette manifestation perdurera quelques années à Silfiac, puis cette fête sera transférée à Gouarec, sur l'ancien champ de foire.

    Cadre géologique

    Carte géologique : la diorite de Plélauff est associée au massif granitique de Rostrenen (pluton au nord de Guémené). Chacune de ces deux unités contient des enclaves de sa voisine, ce qui suggère la contemporanéité des deux magmas à l'origine du massif[1].

    Plélauff est localisée dans le domaine centre armoricain, unité géologique du Massif armoricain qui est le résultat de trois chaînes de montagnes successives. L'histoire géologique du territoire plélauffien est marquée par le cycle cadomien (entre 750 et 540 Ma) qui se traduit par la surrection de la chaîne cadomienne qui devait culminer à environ 4 000 m[2] et regroupait à cette époque (avant l'ouverture de l'océan Atlantique) des terrains du Canada oriental, d'Angleterre, d'Irlande, d'Espagne et de Bohême[3]. Cette ceinture cadomienne se suit à travers le Nord du Massif armoricain depuis le Trégor (baie de Morlaix) jusqu'au Cotentin. À une collision continentale succède une période de subduction de l'océan celtique[4] vers le sud-est, sous la microplaque Armorica appartenant alors au supercontinent Gondwana. Des failles de direction N40°-N50°enregistrent un raccourcissement oblique, orienté environ NNE-SSW[5]. Au Précambrien supérieur, la région est soumise à un régime extensif, associé à l'évolution post-orogénique cadomienne, qui contrôle la sédimentation briovérienne alimentée par l'érosion de la chaîne. La tectonique régionale entraîne un métamorphisme à haute température et basse pression, les sédiments sont ainsi fortement déformés, plissés, formant essentiellement des schistes et des gneiss[6]. Le territoire de Plélauff est surtout marqué par la phase orogénique bretonne de l'orogenèse varisque, au début du Carbonifère inférieur, ou Tournaisien, il y a environ 360 Ma. La collision continentale au cours de l'orogenèse varisque proprement dite se traduit dans le Massif armoricain par un métamorphisme général de basse-moyenne pression, formant les gneiss et micaschistes, par des phases de cisaillement et par une anatexie générant migmatites et granites. Elle se traduit enfin, par la mise en place de nombreuses intrusions granitiques (leucogranite de Bubry-Pontivy, monzogranite porphyroïde de Rostrenen) à travers les schistes cristallins, concomitamment aux cisaillements et à ce métamorphisme[7].

    L'unité géologique traditionnellement appelée « massif de Rostrenen » est formé par un cortège de roches plutoniques comprenant notamment le lobe de granite porphyroïde homogène de Rostrenen, avec des enclaves de diorite quartzique dans sa partie orientale. Cette diorite de Plélauff est une roche sombre grenue, gris foncé à bleu-noir[8]. Elle présente une assez forte diversité : diorite quartzique, diorite, mais aussi granodiorite, voire même passage au gabbro. Susceptible d'un bon poli et d'un débitage facilité en raison de la météorisation superficielle en boules[9], elle a été exploitée dans de nombreuses carrières encore en activité vers les années 1960-1970[10]. On peut observer son utilisation à « Saint-Aignan, Neuillac et Perret, type stèle classique. À Silfiac, stèle plate. À Sainte-Brigitte, stèle plate polie d’un côté ; de même à Stival (guerre 1939-1945). Au cimetière de Cléguérec, le monument érigé à la mémoire des victimes de la barbarie nazie, est formé de trois blocs bruts en pierre de Plélauff[11] ». Elle est également utilisée dans les édifices religieux (église de Gouarec où elle est associée à des moellons en schiste bleu de provenance locale, chaînages d'angle en diorite et en granite porphyroïde de Rostrenen sur l'église de Plélauff) ou civils (demeures du bourg de Plélauff, viaduc ferroviaire de Guily-Glas, viaduc de la Douffine…)[12].

    Toponymie

    Les formes anciennes du nom de la ville sont : Parrochia de Plelauff en 1283, Ploelanv (graphie erronée de Plelauff) en 1289[13], Ploelan en 1311, Plelan en 1315, Ploilan en 1316, Plelann en 1333, Ploelauf en 1448, Ploelauff en 1464 et en 1481, Ploelan et Plelauff en 1477, Pellac en 1536, Pellan de 1471 jusque vers 1660 [14], Plouslauff, Ploelauf, Pleslauff, Pellauf, Pellof et Plélauff dès 1790[15].Les deux dernières lettres "ff" indiquent que la voyelle précédente était nasalisé.

    Le nom de Plélauff vient du mot breton ploe qui veut dire paroisse et de lann qui veut dire ermitage[15], Ploe-lann ayant évolué pour donner "Plélauff" en français et Pellann en breton[16].

    Histoire

    Préhistoire

    L'occupation humaine est attestée sur le territoire de la commune dès le Néolithique comme en témoignent les deux allées couvertes de Kerrivalan et du Bonnet-Rouge, toujours visibles, ainsi que deux menhirs désormais disparus qui étaient situés près de Parc-ar-menhir[17].

    Antiquité

    Des mines de plomb argentifère, exploitées à l'époque gallo-romaine, l'ont été à nouveau à l'époque mérovingienne (des pièces de bois datées vers 750 après J.-C. ont été découvertes dans des galeries)[18].

    Moyen-Âge

    Le camp fortifié de Castel Cran, qui domine le Blavet, cité dans la Charte de Redon en 871, est un prototype de château féodal, avec des murs formés de plaquettes schisteuses maçonnées à sec, qui a fait l'objet de reconstructions les siècles suivants[18].

    Politique et administration

    Liste des maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    1959 1965 Francis Le Boudec Droite Maire
    septembre 1980 octobre 1998 Marie Thomas[19]    
    novembre 1998 mars 2007 Marcel Le Panse PCF Retraité
    mars 2007 mars 2014 Daniel Le Coz   Retraité
    mars 2014 En cours Bernard Rohou DVG Retraité de l'enseignement
    Les données manquantes sont à compléter.

    Démographie


    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[21].

    En 2017, la commune comptait 634 habitants[Note 1], en diminution de 7,71 % par rapport à 2012 (Côtes-d'Armor : +0,55 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    1 1911 1011 2491 1431 3621 3581 3001 4401 448
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    1 2901 2751 5781 2571 2861 3821 4301 4901 554
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    1 5201 5301 5961 6231 6361 5451 4061 1901 049
    1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
    957842741695679689688688687
    2017 - - - - - - - -
    634--------
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Lieux et monuments

    Stèle de l'âge du Fer dite du « Moustoir ».
    • Allée couverte de Kerrivalan et allée couverte du Bonnet-Rouge.
    • L'église est remarquable, ses trois cloches sont situées à l'extérieur du bâtiment. Elles sont aujourd'hui placées sur trois poteaux de béton. À l'origine, elles étaient supportées par des arbres.
    • La chapelle Notre-Dame-de-la-Croix dresse son petit clocher en haut du bourg. Elle renferme un superbe jubé orné de panneaux peints représentant les sept péchés capitaux. Elle est inscrite aux monuments historiques[24].
    • Château de Castel Cran (Xe – XIe siècle), vestiges. Castel Cran est cité en 871 dans le Cartulaire de Redon. Le site est fouillé par C. de Keranflec'h-Kernezne à la fin du XIXe siècle. Celui-ci le date du IXe – Xe siècle, s'appuyant notamment sur la découverte d'une monnaie dont il attribue la frappe au roi de Bretagne Erispoë. Selon P. Guigon, il s’agirait en fait une pièce mancelle du Xe – XIe siècle, ce qui correspond aux caractéristiques constructives[25]. Il s’agit probablement d’un site plus ancien réutilisé[26],[18]. De Keranflec'h signale les traces d’un violent incendie (cendre, pierres vitrifiées, fer fondu...) qu’il interprète comme une destruction par le feu  au cours d’un siège. Les actes de l'abbaye de Bon Repos, distante de 3 km et fondée en 1184, ne mentionnant pas Castel Cran, il semble probable que le château aie déjà disparu à l’époque. Le site, recouvert de végétation, se trouve sur un éperon rocheux triangulaire aux pentes abruptes dominant de plus 30 m la vallée du Blavet, dans un méandre[25]. La forteresse est un pentagone irrégulier[27]. Selon la disposition en éperon barré, le côté méridional qui relie le plateau fortifié aux hauteurs environnantes est protégé par un fossé et par une levée de terre et de pierres surmontée d’un mur.  A l’angle ouest y est accolée une construction trapézoïdale qui semble être la tour-maîtresse. L’entrée, percée dans une avancée rectangulaire en partie éboulée, s’ouvre sur la face ouest, contigüe à la tour (?) qui la commande. Un bâtiment de 8 m de long aux murs moins épais se dresse contre le mur au nord de la cour. Les murs, établis sur le rocher au plus près de l’à-pic, sont fait de plaques de schiste superposées liées à l’argile. Ils sont conservés par endroit jusqu’à une hauteur de 2 m au sud (2 mètres d'épaisseur côté sud)[25].
    • La maison de la statue. Près du canal, une statue de granite irrévérencieuse représentant un homme urinant orne une maison particulière.
    • Le canal de Nantes à Brest. Sa présence donne au lieu un authentique cachet. L'écluse est régulièrement occupée, en été, par un club de canoë-kayak.
    • Équitation : le centre équestre Camina accueille toute l'année les jeunes cavaliers.

    Personnalités liées à la commune.

    La paroisse de Plélauff revendique l'honneur d'avoir vu naître saint Mélaine, dans un manoir entouré d'un bois, qui porte aujourd'hui son nom. Cet ecclésiastique fut sacré évêque de Rennes en 598

    Notes et références

    Notes

    1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

    Références

    1. Bruno Cabanis, Découverte géologique de la Bretagne, Cid éditions, , p. 26.
    2. « Une promenade, à la découverte des pierres… », sur ouest-france.fr, .
    3. E. Égal et al., Carte géol. France (1/50 000), feuille Pontrieux-Etables-sur-Mer (204), éditions du BRGM, 1996, p. 5
    4. La position de cet océan est suggérée par une importante anomalie magnétique orientée NE-W qui a été reconnue dans la partie médiane de la Manche actuelle et qui pourrait être un corps ophiolitique Cf. Serge Elmi, Claude Babin, Histoire de la Terre, Dunod (lire en ligne), p. 64.
    5. (en) J.-P.Brun, P.Guennoc, C.Truffert, J. Vairon, « Cadomian tectonics in northern Brittany: a contribution of 3-D crustal-scale modelling », Tectonophysics, vol. 331, nos 1–2, , p. 229-246 (DOI 10.1016/S0040-1951(00)00244-4).
    6. François de Beaulieu, La Bretagne. La géologie, les milieux, la faune, la flore, les hommes, Delachaux et Niestlé, , p. 15.
    7. J. Didier, A. Giret, « Origine et rapports mutuels du granite de Rostrenen et de la granodiorite de Plélauff (Massif armoricain) », Compte rendu sommaire des séances de la Société géologique de France, vol. 2, , p. 143-145.
    8. [PDF] Bos P., Clément J.-P., Castaing C., Chantraine J., Lemeille F., Notice explicative de la carte géologique de France (1/50 000) feuille Rostrenen (312), éditions BRGM, 1997, p. 25
    9. Elle est cependant parfois déparée « par l'apparition de taches brunâtres d'hydroxyde de fer dues à la décomposition de la pyrite (sulfure de fer) » en limonite.
    10. Louis Chauris, « Pour une géoarchéologie du patrimoine : pierres, carrières et constructions en Bretagne », Revue archéologique de l'Ouest, no 29, (DOI 10.4000/rao.1739).
    11. Louis Chauris, « Impacts de l'environnement géologique sur les constructions dans la région de Pontivy au cours de l'histoire », Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, t. 88, , p. 24.
    12. Louis Chauris, « La diorite de Plélauff en Bretagne centrale », Bulletin du Musée de la Pierre de Maffle, t. 14, , p. 42-70.
    13. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 90, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 »
    14. Dans un aveu de la vicomté de Rohan
    15. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Plélauff »
    16. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
    17. Loïc Langouët, Les mégalithes de l'arrondissement de Guingamp, Institut Culturel de Bretagne, , 92 p. (ISBN 9782868221018), p. 58
    18. Pierre-Roland Giot, L. Fleuriot, G. Bernier, B. Merdrignac et P. Guignon, Les premiers bretons. La Bretagne du Ve siècle à l'an 1000, Jos, (ISBN 2-85543-083-6, lire en ligne).
    19. Succède à son époux à son décès en septembre 1980
    20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
    24. Notice no PA00089406, base Mérimée, ministère français de la Culture
    25. Erwan CHARTIER, « Prospection thématique - Habitat seigneunaI fortifié en pierre au Moven Age en Bretagne - L'est de l'archidaconné du Poher ( sud-ouest des Côtes d'Armor ) 1997/02 - Tome 1 / 4 - Rapport de Synthèse - p 22 p 49-71 », sur bibliotheque.numerique.sra-bretagne.fr (consulté le 18 septembre 2019)
    26. Philippe Guigon, « LES ENCEINTES FORTIFIEES DU HAUT MOYEN AGE EN BRETAGNE. Conférence du 15 mars 2003 - Lorient » (consulté le 18 septembre 2019)
    27. « Castel-Cran en Plélauff », sur www.collections.musee-bretagne.fr (consulté le 18 septembre 2019)

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail des communes de France
    • Portail des Côtes-d’Armor
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.