Place de la Bourse (Bordeaux)

La place de la Bourse de Bordeaux, à l'origine baptisée place Royale, a été réalisée sous les intendances de Boucher et Tourny, par les architectes du roi Jacques Gabriel[1] et son fils Ange-Jacques Gabriel, entre 1730 et 1755[2].

Pour les articles homonymes, voir Place de la Bourse.

Place de la Bourse

Place de la Bourse à Bordeaux
reflétée dans le plus grand miroir d'eau du monde
Situation
Coordonnées 44° 50′ 29″ nord, 0° 34′ 12″ ouest
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Ville Bordeaux
Morphologie
Type Place
Forme Rectangle
Superficie 5 000 m2
Histoire
Création 1730-1755
Anciens noms place Royale, place de la Liberté, place Impériale
Monuments Palais de la Bourse,
Hôtel des Douanes,
Statue équestre de Louis XV (1743-1792),
Fontaine des Trois Grâces,
Miroir d'eau
Géolocalisation sur la carte : France
Géolocalisation sur la carte : Bordeaux

Première place ouverte d'Europe, elle est bordée par deux pavillons symétriques : le palais de la Bourse et l'hôtel des douanes. Ces deux édifices conservent toujours leur fonction initiale de chambre de commerce et d'administration des douanes.

Histoire

Statue équestre du roi Louis XV qui se tenait initialement au centre de la place Royale.

La place de la Bourse est la première brèche dans les remparts du Moyen Âge et, en tant que "place Royale", est destinée à servir de somptueux écrin à la statue équestre du roi de France Louis XV. Inaugurée en 1749, elle est aussi le symbole de la prospérité de la ville, et son nom s'adaptera aux différents régimes politiques. De "place Royale" à son origine sous l'Ancien régime, elle deviendra "place de la Liberté" pendant la Révolution, puis "place Impériale" sous Napoléon Ier, à nouveau "place Royale" avec la Restauration de la monarchie, et enfin, à la chute de Louis-Philippe Ier en 1848, elle prend son nom définitif de place de la Bourse.

Claude Boucher, l'intendant de la généralité de Bordeaux, nommé à ce poste par Louis XV en 1720, souhaite ouvrir la ville sur le fleuve afin de la moderniser et d'offrir un visage plus accueillant à l'étranger arrivant par la rive droite de la Garonne. Pour cela une partie des murailles qui ceinturent Bordeaux est détruite, permettant la construction d'une place Royale[3]. Une statue équestre du roi Louis XV, chef d’œuvre du sculpteur Jean-Baptiste Lemoyne, est placée en son centre et inaugurée solennellement le [4]. Autour, les façades ordonnancées seront dessinées par Jacques Gabriel, l'architecte du roi. Ce dernier semble s'être inspiré de la place Vendôme à Paris[5], conçue en 1699 par son cousin et professeur Jules-Hardouin Mansart. Cela fera dire à Victor Hugo en 1843 au sujet de la place de la Bourse : « cette place Royale qui est tout simplement la moitié de la place Vendôme posée au bord de l'eau ». Après la mort de Jacques Gabriel en 1742, son fils Ange-Jacques Gabriel, qui devient le nouvel architecte du roi, poursuit la construction de la place avec le palais de la Bourse au nord, achevé en 1749.

Également deux grilles furent construite en 1747 pour fermer l'esplanade au nord et au sud. On y percevait l'octroi sur les marchandises qui rentraient dans Bordeaux.

L'arrière place a été lotie en 1743, au profit d'investisseurs qui firent édifier des immeubles conformes au dessins de Jacques Gabriel. La place devait communiquer avec la rue Saint-Rémi et avec une nouvelle rue créée pour la circonstance : la rue Royale (actuelle rue Fernand Philippart). A la rencontre de ces deux rue fut élevé un étroit pavillon à fronton qui allait servir d'ornement central à la place Royale. L'architecte n'en serait plus Ange-Jacques Gabriel, mais André Portier, l'ancien maître-d'œuvre de Gabriel père[6]. Ce pavillon central sera achevé en 1755, date de l'inauguration de la place.

Le , durant la Révolution, la statue équestre de Louis XV est abattue et fondue pour en faire des canons. Elle est alors remplacée par un arbre de la liberté et la place prend le nom de "place de la Liberté". Plus tard, à l'occasion de la venue de Napoléon Ier, la place se nommera brièvement "place Impériale", avant de redevenir la "place Royale" avec la Restauration de la monarchie en 1815.

En 1828, la ville élève une modeste fontaine, en forme de colonne de marbre rose surmontée d'un chapiteau blanc et d'un globe, à l'emplacement de la statue équestre.

A la chute du roi Louis-Philippe Ier, en 1848, la place change à nouveau de nom et prend alors celui, définitif, de place de la Bourse.

En 1869, elle est remplacée par l'actuelle « fontaine des Trois Grâces » représentant Aglaé, Euphrosyne et Thalie, filles de Zeus, dessinée par Louis Visconti, sculptée par Charles Gumery et coulée par la fonderie Thiébaut Frères. Depuis 2009, chaque mois d'octobre, une campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein utilise comme vecteur les Trois Grâces de la place de la Bourse, enrubannées de rose et baignant dans une eau rosée.

Architecture

Cette place est une des œuvres les plus représentatives de l'art architectural classique haussmanien français du XVIIIe siècle, et un exemple remarquable des place Royales que l'historien de l'art Pascal Piéra définie ainsi : « création française originale née de l'alliance d'une place ordonnancée et de la statue du souverain, la place royale est le plus souvent une place enclose dans un ensemble de maisons ou d'hôtels, tous identiques, dits à programme »[7].

Au sud de la place se tient l'hôtel des Douanes (actuelle Direction Interrégionale des douanes et Droits Indirects qui abrite en sein le Musée national des douanes), dessiné par Jacques Gabriel entre 1735 et 1738 et les sculptures représentent Minerve protégeant les arts et Mercure favorisant le commerce de la ville.

Au nord se trouve le palais de la Bourse (actuelle Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux), réalisé entre 1742 et 1749 par Ange-Jacques Gabriel, après le mort de son père de Jacques en 1742. Le cadran de l'horloge est d'Hustin, un faïencier bordelais, et l'intérieur est composé de tableaux et de tapisseries des Gobelins.

Les frontons des autres bâtiments et les mascarons sont sculptés par Jacques Verbeckt, Vernet et Prome. Les frontons représentent : la grandeur des princes, Neptune ouvrant le commerce, la jonction Garonne-Dordogne, le Temps découvrant la Vérité.

Les inspirations des mascarons sont multiples : aux traditionnels Neptune et Bacchus s'ajoutent des animaux fantastiques, des figures féminines, des visages du carnaval, des anges, des fauves[8]... Mais les mascarons de la place de la Bourse reflètent aussi l'histoire de Bordeaux avec par exemple la reproduction de visages de femmes africaines en référence aux traites négrières qui fit la richesse de la ville avec le commerce triangulaire.

Immeubles et monuments

Les lignes s’arrêtent au milieu de cette place. La station Place de la Bourse a la particularité de ne pas avoir de mobilier urbain, afin de préserver la perspective.

Galerie

Notes et références

  1. Notice no PA00083191, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. La place de la Bourse sur Artémisia
  3. L'historien de l'art Pascal Piéra définie ainsi les places Royales : « création française originale née de l'alliance d'une place ordonnancée et de la statue du souverain, la place royale est le plus souvent une place enclose dans un ensemble de maisons ou d'hôtels, tous identiques, dits à programme ».
  4. « Place de la bourse de Bordeaux », sur www.bordeauxdecouvertes.fr (consulté le 3 avril 2018)
  5. Dominique Dussol, Bordeaux patrimoine mondial de l'Unseco, Mérignac, Le festin, (ISBN 978-2-36062-174-3)
  6. Jacques Sargos, Bordeaux, chef-d’œuvre classique, L'Horizon chimérique, (ISBN 978-2-907202-68-8)
  7. Centre France, « Des bijoux d’architecture classique dévoilés par Pascal Piéra », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 7 janvier 2020)
  8. Mascarons de Bordeaux
  9. Notice no PA00083193, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Présentation du Musée national des Douanes
  11. « Centre d'interprétation Bordeaux Patrimoine Mondial », sur Site officiel de la ville de Bordeaux (consulté le 20 novembre 2019)
  12. Notice no PA00083191, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Ressource relative à l'architecture :
  • Portail de Bordeaux
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.