Place du Trente-Octobre

La Place du et de la Légion d'Honneur est une place du centre-ville de Dijon, à la périphérie de son secteur sauvegardé.

Place du 30 octobre et de la Légion d'Honneur

Vue panoramique de la Place du 30 octobre et de la Légion d'Honneur
Situation
Coordonnées 47° 19′ 18″ nord, 5° 03′ 08″ est
Pays France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Ville Dijon
Quartier(s) Centre historique
Morphologie
Type Place
Forme Circulaire
Histoire
Monuments Monument la Résistance de Paul Cabet
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne
Géolocalisation sur la carte : France
Géolocalisation sur la carte : Dijon

Situation et accès

Cette place est située non loin de la deuxième gare de la ville, la gare Porte-Neuve qui a pour projet d’accueillir la future LGV Rhin-Rhône qui devrait permettre aux environs de 2025 de desservir la ville sans engorger la gare principale. Ce projet permettrait à la ville de devenir une étoile ferroviaire ainsi qu'une porte d'entrée de l'Europe de l'Est en France. Son architecture est diversifiée passant de l'haussmannien en direction du Boulevard Carnot à une architecture beaucoup plus actuelle.

Origine du nom

La place porte le nom d'un combat des plus vifs et des plus meurtriers qui fut livré lors de la première bataille de Dijon, le , juste à la limite de la place.

Historique

Au centre, la statue de Marianne combattante par Paul Cabet

Au XVIIIe siècle, cette place, située à l'extérieur des remparts, est l'un des nombreux lieux de foires et de marchés de la ville de l'époque. D'abord place au foin, elle doit son nom à plusieurs dates :

  • Le eut lieu un combat des plus vifs et des plus meurtriers qui fut livré juste à la limite de la place : la première bataille de Dijon. À l'issue de la guerre, la ville décide de faire élever un monument commémoratif de la Résistance.
  • La première pierre fut posée le . La statue est de Paul Cabet, le haut-relief de Mathurin Moreau et Vionnois. Cette statue, ayant paru séditieuse du fait du port d'un bonnet phrygien, fut déboulonnée par l'armée le , cinq jours avant l'inauguration. La statue de Paul Cabet est alors détruite sur ordre du préfet en 1876. Une copie fut reconstruite par les élèves de Paul Cabet et inaugurée le .
Statue "Marianne combattante" de Paul Cabet

Article connexe

Notes, sources et références

    • Portail de la Côte-d’Or
    • Portail de Dijon
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.