Politique en Corée du Nord

Selon l'article premier de la Constitution de 1972 de la Corée du Nord, révisée en , en et en 1999, « la République populaire démocratique de Corée est un État socialiste souverain qui représente les intérêts de tout le peuple coréen »[1]. L'article 3 précise que « la République populaire démocratique de Corée prend pour guide de ses activités les idées du Juche, conception du monde axée sur l'homme et idéologie révolutionnaire en faveur de l'émancipation des masses populaires »[2].

L'article 5 de la constitution précise que les organes de l'État sont constitués et fonctionnent selon le principe du centralisme démocratique[3].

L'Assemblée populaire suprême, dont les 687 députés sont élus pour cinq ans, exerce le pouvoir législatif. Les dernières élections législatives générales, ont eu lieu le [4]. Le Présidium de l'Assemblée populaire suprême exerce le pouvoir législatif quand l'Assemblée ne siège pas.

Le président du Présidium de l'Assemblée populaire suprême représente l'État; il reçoit les lettres de créance et les lettres de rappel des ambassadeurs étrangers.

Le pouvoir exécutif est exercé par le cabinet des ministres, responsable devant l'Assemblée populaire suprême. Le Premier ministre représente le gouvernement.

Le chef du gouvernement est Kim Jae-ryong depuis le . Le ministre des Affaires étrangères est Ri Yong Ho.

Le Comité de la défense nationale, créé pour diriger les affaires militaires, est également intervenu, à partir de 1998, sur les affaires économiques et politiques. Le poste de président de ce Comité était défini par la constitution de 1998 comme le poste administratif le plus élevé du pays, soit l'équivalent de chef de l'État. Le Comité a été présidé de 1993 à 2011 par Kim Jong-il. À la mort de ce dernier, son fils Kim Jong-un a pris sa succession. En 2016, le Comité a été remplacé par un nouvel organisme, toujours présidé par Kim Jong-un, la Commission des affaires de l'État. Contrairement au Comité de la défense nationale qui, tout en intervenant dans les autres domaines, était avant tout un organisme militaire, la Commission a explicitement autorité à la fois sur l'armée, le parti et le gouvernement[5].

Les pouvoirs locaux sont exercés par les assemblées populaires locales et, quand elles ne siègent pas, par les comités populaires locaux. Les représentants des assemblées populaires locales sont élus pour quatre ans à chacun des trois niveaux administratifs : les provinces, les villes et les arrondissements.

Les autres principales organisations sociales nord-coréennes sont : le Front démocratique pour la réunification de la patrie, l'Union de la jeunesse socialiste Kim Il Sung, la Fédération générale des syndicats de Corée, l'Union des travailleurs agricoles de Corée et l’Union démocratique des femmes de Corée, dont les positions reprennent celles du Parti du travail de Corée.

Il existe aussi une bonne dizaine d'organisations clandestines hostile au régime actuel très actives depuis le décès de Kim Il-sung en 1994, dans les régions longeant la frontière avec la Chine dans les provinces du Hamgyong, du Jagang et du Ryanggang, comme le Comité central de la construction d'une nouvelle société (Hangeul : 새사회건설중앙위원회 . Hanja : 새社會建設中央委員會) ou encore la Ligue de la jeunesse populaire pour la liberté (Hangeul : 자유청년동지회. Hanja : 自由青年同士會) avec Pak Tae-hung (Hangeul:박대흥). Il y eut également un coup d'état en 1995/1996 dans la province du Hamgyong du Nord (Hangeul : 함경북도 6군단 사건 ou 군단 쿠데타모의사건).

Annexes

Références

  1. Article premier de la Constitution
  2. Article 3 de la Constitution
  3. Article 5 de la Constitution
  4. (en) "Election of Deputies to SPA to Be Called in DPRK" , Agence centrale de presse nord-coréenne, 9 Javier 2019
  5. Pouvoir absolu pour Kim Jong-un, Le Figaro, 30 juin 2016

Bibliographie

  • Constitution de Corée du Nord, (lire en ligne)
  • (en) Victor Cha, The impossible state: North Korea, past and future, HarperCollins, New York, NY, 2012, 530 p. (ISBN 978-0-06-199850-8)
  • (en) Paul French, North Korea: state of paranoia, Zed Books, London, New York, 2014, 462 p. (ISBN 978-1-7803-2947-5)
  • (en) Andrei Lankov, The real North Korea: life and politics in the failed Stalinist utopia, Oxford University Press, Oxford, New York, 2013, 283 p. (ISBN 978-0-19-996429-1)

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la politique
  • Portail du monde contemporain
  • Portail de la Corée du Nord
  • Portail du communisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.