Polysomatisme

En minéralogie, le polysomatisme concerne des familles de structures qui peuvent être décrites comme formées par la juxtaposition d'au moins deux modules de structure et composition différentes.

Série polysomatique

Soient P et Q ces modules, on peut envisager une série infinie de structures, dites série polysomatique, s'étendant entre les membres purs P et Q :

  • PQ ;
  • PPQ (= P2Q) ;
  • PQQ (= PQ2) ;
  • PPQQ (= P2Q2) ;
  • PPPQ (= P3Q) ;
  • PPPQQ (= P3Q2), etc.

Dans la nature, on trouve souvent plusieurs membres d’une série, même si les composants majeurs peuvent être limités en nombre.

Exemple des biopyriboles

La série polysomatique la plus connue est celle des biopyriboles MnPm, où :

Ces minéraux sont formés de séquences particulières :

  • la séquence MP est celle des amphiboles, dont l'anion est [Si4O11(OH)]7– ;
  • la séquence MMP est notamment celle de la jimthompsonite (en), de formule brute (Mg,Fe+2)5Si6O16(OH)2 ;
  • la séquence MMPMP est notamment celle de la chesterite (en), de formule brute (Mg,Fe+2)17Si20O54(OH)6.

Le nom « biopyribole » vient de biotite (pour les phyllosilicates TOT), pyroxène et amphibole.

Bibliographie

  • (en) G. Ferraris, Emil Makovicky et S. Merlino, Crystallography of Modular Materials, Oxford University Press, , 2e éd. (ISBN 978-0-19-954569-8)
  • Portail des minéraux et roches
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.