Portable pixmap

Le portable pixmap file format (PPM), le portable graymap file format (PGM) et le portable bitmap file format (PBM) sont des formats de fichier graphique utilisés pour les échanges. Ils ont été définis et sont utilisés par le projet NetPBM. Ils proposent des fonctionnalités élémentaires et sont utilisés pour convertir les fichiers de type pixmap, graymap et bitmap entre différentes plateformes. Plusieurs applications désignent cet ensemble de trois formats comme le format PNM (portable anymap).

Portable pixmap
Caractéristiques
Extensions
.ppm, .pgm, .pbm, .pnm
Type MIME
image/x-portable-pixmap, image/x-portable-graymap, image/x-portable-bitmap, image/x-portable-anymap
Développé par
Jef Poskanzer (en)
Type de format
Origine de

Histoire

Le format PBM a été défini par Jef Poskanzer dans les années 1980 comme un format d'images matricielles monochromes pouvant être transmises via un message électronique en texte ASCII, et permettant de supporter tout changement dans le formatage du texte.

La première bibliothèque d'outils pour gérer le format PBM a été Pbmplus. Elle a été développée par le créateur du format et est sortie en 1988. Elle contenait essentiellement des outils pour convertir les fichiers PBM dans d'autres formats graphiques. À la fin de 1988, Jef Poskanzer avait développé les formats PGM et PPM avec leurs outils associés et les a ajoutés à Pbmplus. La dernière version de Pbmplus date du .

En 1993, la bibliothèque NetPBM a été développée pour remplacer Pbmplus, qui n'est plus maintenue. Il s'agissait alors simplement d'une reformulation de la Pbmplus, avec les ajouts et correctifs soumis par la communauté.

Composition

Les fichiers PBM, PGM ou PPM sont composés sur la même base :

  • le nombre magique du format (deux octets) : il indique le type de format (PBM, PGM, ou PPM) et la variante (binaire ou ASCII) ;
  • un caractère d'espacement (espace, tabulation, nouvelle ligne) ;
  • la largeur de l'image (nombre de pixels, écrit explicitement sous forme d'un nombre en caractères ASCII) ;
  • un caractère d'espacement ;
  • la hauteur de l'image (idem) ;
  • un caractère d'espacement ;
  • les données de l'image : succession des valeurs associées à chaque pixel,
    • l'image est codée ligne par ligne en partant du haut,
    • chaque ligne est codée de gauche à droite.

Toutes les lignes commençant par croisillon # sont ignorées (lignes de commentaires).

PBM

Ce format de fichier est utilisé pour des images noir et blanc. Un pixel noir est codé par un caractère 1, un pixel blanc est codé par un caractère 0.

Fichier binaire

Un fichier pbm binaire a pour nombre magique P4. Dans les données binaires de l'image, les bits sont regroupés par 8 pour former un octet, les bits excédentaires à la fin d'une ligne sont ignorés.

Fichier ASCII

Un fichier pbm ASCII a pour nombre magique P1. Dans les données ascii de l'image, les caractères d'espacement à l'intérieur sont ignorés. Aucune ligne ne doit dépasser 70 caractères.

Exemple

P1
# Un exemple bitmap de la lettre "J"
7 10
0 0 0 0 0 0 0
0 0 0 0 0 1 0
0 0 0 0 0 1 0
0 0 0 0 0 1 0
0 0 0 0 0 1 0
0 0 0 0 0 1 0
0 0 0 0 0 1 0
0 1 0 0 0 1 0
0 0 1 1 1 0 0
0 0 0 0 0 0 0

PGM

Le format de fichier est utilisé pour des images en niveau de gris. En plus des caractéristiques de largeur et hauteur, une valeur maximale utilisée pour coder les niveaux de gris ; cette valeur doit être inférieure à 65536 (codée en caractères ASCII). Chaque niveau de gris est codé par une valeur entre 0 et cette valeur maximale, proportionnellement à son intensité. Un pixel noir est codé par la valeur 0, un pixel blanc est codé par la valeur maximale.

Fichier binaire

Un fichier pgm binaire a pour nombre magique P5. Dans les données binaires de l'image, chaque pixel est codé par 1 ou 2 octets selon que la valeur maximale est strictement inférieure ou supérieure ou égale à 256.

Fichier ASCII

Un fichier pgm ASCII a pour nombre magique P2. Dans les données binaires de l'image, chaque pixel est codé par une valeur en caractères ASCII, précédée et suivie par un caractère d'espacement. Aucune ligne ne doit dépasser 70 caractères.

Exemple

P2
# Affiche le mot "FEEP" (exemple de la page principale de Netpbm à propos de PGM)
24 7
15
0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0
0  3  3  3  3  0  0  7  7  7  7  0  0 11 11 11 11  0  0 15 15 15 15  0
0  3  0  0  0  0  0  7  0  0  0  0  0 11  0  0  0  0  0 15  0  0 15  0
0  3  3  3  0  0  0  7  7  7  0  0  0 11 11 11  0  0  0 15 15 15 15  0
0  3  0  0  0  0  0  7  0  0  0  0  0 11  0  0  0  0  0 15  0  0  0  0
0  3  0  0  0  0  0  7  7  7  7  0  0 11 11 11 11  0  0 15  0  0  0  0
0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0  0
Résultat

PPM

Ce format de fichier est utilisé pour des images couleur. Chaque pixel est codé par trois valeurs (rouge, vert et bleu). Comme le format PGM, en plus des caractéristiques de largeur et hauteur, une valeur maximale est utilisée pour coder les niveaux de couleur ; cette valeur doit être inférieure à 65 536.

Fichier binaire

Un fichier ppm binaire a pour nombre magique P6. Chaque valeur est codée sur 1 ou 2 octets selon que la valeur maximale soit strictement inférieure ou bien supérieure ou égale à 256.

Fichier ASCII

Un fichier ppm ASCII a pour nombre magique P3. Chaque pixel est codé en caractères ASCII, précédés et suivis par un caractère d'espacement. Aucune ligne ne doit dépasser 70 caractères. On peut poser une ligne de texte par pixel et sauter une ligne de texte pour chaque ligne d'image.

Exemple

P3
# Le P3 signifie que les couleurs sont en ASCII, et qu'elles sont en RGB.
# Par 3 colonnes et 2 lignes :
 3 2
# Ayant 255 pour valeur maximum :
255
255  0   0     0  255  0       0   0  255
255 255  0    255 255 255      0   0   0
Résultat

Voir aussi

  • Portail de l’imagerie numérique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.