Prairies canadiennes

Les Prairies canadiennes sont une grande région de terre sédimentaires plate s'étendant dans l'Ouest canadien entre le bouclier canadien qui est à l'Est de celles-ci et les montagnes Rocheuses qui sont à l'Ouest. Les Prairies canadiennes sont une des régions agricoles majeures dans le monde. Les deux activités les plus importantes sont la culture du blé dans le sud des prairies et l'élevage bovin en Alberta.

Pour les articles homonymes, voir Prairie.
Les Prairies canadiennes
Une ferme près de Saint-Albert (Alberta)

Géographie

Les Prairies canadiennes — la portion canadienne des Grandes Plaines — recouvrent une grande partie des provinces de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba (parfois appelées collectivement l'ALSAMA (pour ALberta, SAskatchewan, MAnitoba), Provinces des Prairies, ou simplement les Prairies). Sa superficie est de 1 960 681 km2et le nombre d'habitants est de 5 406 908 (2006). Son climat est de type continental sec. La densité de population est de 2,76 hab/km2.

L'unité géographique provient du fait que ces trois provinces se situent sur à peu près le même type géologique. Il y a aussi une certaine unité culturelle dans ces trois provinces.

Dans la Prairie du Manitoba, on retrouve beaucoup de forêts de conifères. La prairie de la Saskatchewan était historiquement constituée de hautes herbes, mais est largement couverte de cultures de blé au début du XXe siècle. La prairie de l'Alberta est autant riche en blé que celle de Saskatchewan. Tout ce blé passe par la Commission canadienne du blé, créée en 1935, dont la fin de monopole, qui remonte aux années 1930, a été décidée fin 2011.

Géologie

La situations au XXe siècle

La population

Avant le début du 20e siècle, les peuples des Premières Nations était les seuls à habiter sur ce territoire. Plusieurs nations tels que les Pieds-Noirs, les Cris des Prairies, les Assiniboines et les Sarsis se partageaient le territoire. Dans les années 1870, le gouvernement fédéral signe plusieurs traités avec les Premières Nations. Le gouvernement s'approprie leur terre pour la colonisation du territoire et pour la construction d'un chemin de fer. Les peuples des Premières Nations sont donc placées dans des réserves[1].

Dans les années 1900, le nombre d'habitants s'élève à 808 863. Un peu moins de la moitié, soit 364 497 personnes sont des immigrants provenant du Royaume-Uni, des États-Unis, ainsi que de l'Europe, particulièrement de l'Est. L'arrivé d'un grand nombre d'immigrant est causé principalement par le manque de bonne terre cultivable dans l'Ouest américain et par l'Europe qui est surpeuplée[1].

La culture

Le peuple des Doukhobors et des Mennonites ont quitté la région puisqu’ils ne voulaient pas restreindre leur culture ni la mélanger à la culture canadienne[2].Par contre, les Scandinaves, les Allemands et les Ukrainiens se sont, pour la plupart, regroupés dans des quartiers ou des villages afin de préserver leur culture[3].

L'économie

Illustration de blé

Lors de l’industrialisation, le chemin de fer canadien a été construit pour faciliter le peuplement de l’Ouest Canadiens ainsi que pour «amener le charbon des mines Albion jusqu'au quai de chargement de Dunbar Point»[4]. Le seul port commercial maritime offrant un accès saisonnier depuis 1931 est le port de Churchill {Manitoba) situé sur la baie d'Hudson (océan arctique). En 2016, l'Alberta se classe en première position au Canada dans l'exportation de bovins. [5]

Les richesses du sol

Les prairies sont considérées comme étant l'une des plus grande zone de culture de céréale, principalement de blé, au monde. Son climat très chaud en été et très froid en hiver rend les périodes d'agriculture plus courtes et les faibles précipitations dans certaines zones sont des problématiques pour l'agriculture. Outre cette richesse, les mines des Prairies, principalement en Alberta, sont riches en charbon, en gaz naturel et en pétrole. Le charbon sera important pour les chemins de fer. Au fil des années, les Prairies Canadiennes deviennent d'importants extracteurs de pétrole et de gaz naturel.[6]

Problèmes contemporains

À cause de la déforestation des terres, le sol ne peut plus absorber l'eau, ce qui entraîne des inondations. La déforestation rend aussi le sol très fin et il s'érode sous l'effet du vent. De plus, ce milieu est à risque car il a un faible niveau de précipitations et le réchauffement climatique ne fait qu'empirer les sécheresses. La sécheresse de la Prairie canadienne est devenue une véritable catastrophe naturelle ayant de grandes répercussions sur les agriculteurs et la population. Elle a même engendré de grosses pertes de revenus économiques. L'érosion fait disparaître une partie des éléments nutritifs essentiels à la croissance des plantes.. [réf. souhaitée]

Notes et références

  1. « Les Prairies vers 1905 », sur Sociétés & territoires (consulté le 13 février 2020)
  2. « Histoire de la colonisation des prairies canadiennes », sur L'Encyclopédie Canadienne (consulté le 28 janvier 2019)
  3. « Bibliothèque virtuelle Sociétés des Prairies et de la Côte Ouest vers 1900 », sur www.alloprof.qc.ca (consulté le 28 janvier 2019)
  4. « Histoire du chemin de fer », sur Musée McCord (consulté le 13 février 2020)
  5. Statistique Canada Gouvernement du Canada, « L’Alberta a déclaré le plus grand nombre de bovins au pays et la deuxième plus grande superficie agricole totale », sur www150.statcan.gc.ca, (consulté le 13 février 2020)
  6. Service national du Récit de l'univers social, « Le sol, une grande richesse » (consulté le 13 février 2020)

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

  • Portail du Canada
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.