Prix Femina

Le prix Femina[n 1] est un prix littéraire français, créé en 1904 par vingt-deux collaboratrices du magazine La Vie heureuse, afin de constituer une contre-proposition au prix Goncourt, jugé misogyne en raison notamment de son attribution, cette année-là, à Léon Frapié, aux dépens de la favorite Myriam Harry (la première femme récipiendaire du prix Goncourt sera Elsa Triolet, en 1944)[1]. Le prix est attribué chaque année par un jury exclusivement féminin, le premier mercredi de novembre à l'hôtel de Crillon à Paris. Il récompense une œuvre de langue française écrite en prose ou en vers.

Pour les articles homonymes, voir Femina.

Prix Femina

Comité Femina en 1926.

Description Prix littéraire
Pays France
Date de création 1904
Dernier récipiendaire Sylvain Prudhomme, pour Par les routes

Histoire du prix

Le prix, qui s'appelle à ses débuts prix Vie heureuse du nom d'un tout nouveau magazine destiné à un lectorat féminin, intitulé La Vie heureuse, édité par Hachette depuis , est décerné pour la première fois le , par un jury de vingt femmes (deux fois plus que les hommes, membres du jury du prix Goncourt)[2].

Jury du prix « Vie heureuse » en 1904, dans le salon d’Anna de Noailles.

Outre Anna de Noailles, qui fut la présidente la première année (Mmes Adam et Barine s'étant récusées), les membres du premier jury sont (par ordre alphabétique) Juliette Adam, Arvède Barine, Thérèse Bentzon, Mme Jean Bertheroy, Caroline de Broutelles (directrice du journal), Mme Pierre de Coulevain, Jeanne Mette, Julia Daudet, Lucie Delarue-Mardrus, Jane Dieulafoy, Mary Duclaux, Claude Ferval, Lucie Félix-Faure-Goyau (épouse de Georges Goyau), Judith Gautier, Mme Daniel Lesueur, Jeanne Marni, Mme George de Peyrebrune, Marguerite Poradowska, Gabrielle Réval, Séverine et Marcelle Tinayre[3].

Les fonctions de présidente et secrétaire étant tournantes (sauf la secrétaire perpétuelle, Caroline de Broutelles), les présidences furent assurées successivement par Anna de Noailles (1904), Jane Dieulafoy (1905 et 1911), Séverine (1906), Mme Daniel Lesueur (1907), Marcelle Tinayre (1908), duchesse de Rohan (1909 et 1910, puis 1920), Mmes Claude Ferval (1912) et Jean Dornis (1913), etc.

La première lauréate est Myriam Harry pour La Conquête de Jérusalem, titre qui s'était précédemment retrouvé sur la liste des goncourables[4]. Le lauréat suivant fut Romain Rolland. Ce prix ne consacre donc pas uniquement des auteurs féminins (sa particularité est bien d'être dirigé par un jury entièrement composé de femmes) ni même un roman : les œuvres en vers pouvaient aussi concourir ; ainsi, une poétesse fut récompensée en 1906 (Mlle André Corthis, auteur de Gemmes et Moires), et en 1920 ce sera un poète (Edmond Gojon pour son cinquième recueil de poèmes intitulé Le jardin des Dieux). Le comité de la Vie heureuse décerna aussi quelques prix particuliers de 500 ou 1 000 francs : un prix destiné à une œuvre inédite attribué seulement en 1908, pour la pièce Les Affranchis de Marie Lenéru[5], un prix Érudition, Histoire, Géographie, Essais attribué à Albert Baratier en 1911 pour À travers l'Afrique[6], à Rachel Gaston-Charles pour M. Charmeret en Italie en 1912[7], à Émile Nolly pour Gens de guerre au Maroc en 1913[8] et à Cyril Bertier pour Têtes baissées en 1914[9], ainsi qu'un prix destiné à un ouvrage d'assistance ou de sociologie attribué en 1911 à Léonie Bernardini-Sjöstedt pour La révision des valeurs de la femme, en 1912 à Paul Gaultier pour La Pensée contemporaine, et en 1914 à Jean Renaud pour Mirage d'exil.

Le groupe Hachette, qui avait acquis entretemps le magazine Femina, proposa en 1919 aux différents pays alliés d'attribuer un prix similaire. L'Angleterre accepta et un comité fut constitué qui se réunit pour la première fois le , pour le Femina-Vie heureuse Prize. Par la suite fut créé le prix Northcliffe.

Le prix Vie heureuse[10] change de nom à la fin de la guerre de 1914 : Hachette (propriétaire du magazine La Vie heureuse) et Pierre Lafitte (fondateur du magazine Femina en 1901) s'étant associés pour que le prix perdure après 1918, le prix devient dans un premier temps le prix Femina-Vie Heureuse (ou Vie Heureuse-Femina), puis à partir de 1922 le prix Femina et le jury passe à douze membres[2].

Edmée de La Rochefoucauld, qui a, durant des décennies, reçu le Tout-Paris des lettres et de la pensée dans les salons de son hôtel particulier situé 8 place des États-Unis, salon réputé être l'antichambre de l'Académie française, fut pendant des années présidente du jury du prix « Femina ». Entre autres, Judith Cladel fut membre du jury de 1916 à 1958.

La compétition est grande pour l'annonce des résultats entre les jurys du Femina et du Goncourt. Ainsi Antoine de Saint-Exupéry reçoit le Femina en 1931 alors qu'il était favori du Goncourt, idem en 1993 pour Marc Lambron tandis qu'en 1959, c'est le Goncourt qui « souffle » au Femina André Schwarz-Bart. Un accord est conclu en 2000 entre les deux jurys pour que l'ordre d'attribution des deux distinctions alterne en principe d'une année sur l'autre[11].

Jury

Les membres du jury sont, en  :

Lauréats du prix Femina

AnnéeAuteurOuvrageÉditeur (xe fois)Notes
1904Myriam HarryLa Conquête de JérusalemCalmann-Lévy
1905Romain RollandJean-ChristopheCahiers de la Quinzaine
1906André CorthisGemmes et MoiresFasquelleRecueil de poésie
1907Colette YverPrincesses de scienceCalmann-Lévy (2)
1908Édouard EstauniéLa Vie secrètePerrin
1909Edmond JalouxLe reste est silenceStock
1910Marguerite AudouxMarie-ClaireFasquelle (2)
1911Louis de RobertLe Roman du maladeFlammarion
1912Jacques MorelFeuilles mortesHachette
1913Camille MarboLa Statue voiléeFlammarion (2)
1914Prix non décerné
1915Prix non décerné
1916Prix non décerné
1917Maurice Larrouy[n 2]L'Odyssée d'un transport torpilléPayot
1918Henri BachelinLe ServiteurFlammarion (3)
1919Roland DorgelèsLes Croix de boisAlbin Michel
1920Edmond GojonLe Jardin des dieuxFasquelle (3)Recueil de poèmes
1921Raymond EscholierCantegrilFerenczi
1922Jacques de LacretelleSilbermannGallimard
1923Jeanne GalzyLes AllongésFerenczi (2)
1924Charles DerennesLe Bestiaire sentimentalAlbin Michel (2)
1925Joseph DelteilJeanne d'ArcGrasset
1926Charles SilvestreProdige du cœurPlon
1927Marie Le FrancGrand-Louis l'innocentRieder
1928Dominique DunoisGeorgette GarouCalmann-Lévy (3)
1929Georges BernanosLa JoiePlon (2)
1930Marc ChadourneCécile de la FoliePlon (3)
1931Antoine de Saint-ExupéryVol de nuitGallimard (2)
1932Ramon FernandezLe PariGallimard (3)
1933Geneviève FauconnierClaudeStock (2)
1934Robert FrancisLe Bateau-refugeAlexis Redier
1935Claude SilveBénédictionGrasset (2)
1936Louise HervieuSangsDenoël
1937Raymonde VincentCampagneStock (3)
1938Félix de ChazournesCaroline ou le Départ pour les îlesGallimard (4)
1939Paul VialarLa Rose de la merDenoël (2)
1940Prix non décerné
1941Prix non décerné
1942Prix non décerné
1943Prix non décerné
1944Les Éditions de Minuitpour leur œuvre durant la guerre
1945Anne-Marie MonnetLe Chemin du soleilMyrte
1946Michel RobidaLe Temps de la longue patienceJulliard
1947Gabrielle RoyBonheur d'occasionFlammarion (4)Première lauréate étrangère
et canadienne francophone
1948Emmanuel RoblèsLes Hauteurs de la villeCharlot
1949Maria Le HardouinLa Dame de cœurCorrêaPremière lauréate suisse
1950Serge GroussardLa Femme sans passéGallimard (5)
1951Anne de TourvilleJabadaoDelamain et Boutelleau
1952Dominique RolinLe SouffleSeuilPremière lauréate belge
1953Zoé OldenbourgLa Pierre angulaireGallimard (6)
1954Gabriel VeraldiLa Machine humaineGallimard (7)Auteur suisse
1955André DhôtelLe Pays où l'on n'arrive jamaisHoray
1956François-Régis BastideLes AdieuxGallimard (8)
1957Christian MégretLe Carrefour des solitudesJulliard (2)
1958Françoise Mallet-JorisL'Empire célesteJulliard (3)
1959Bernard PrivatAu pied du murGallimard (9)
1960Louise BellocqLa Porte retombéeGallimard (10)
1961Henri ThomasLe PromontoireGallimard (11)
1962Yves BergerLe SudGrasset (3)
1963Roger VrignyLa Nuit de MouginsGallimard (12)
1964Jean BlanzatLe FaussaireGallimard (13)
1965Robert PingetQuelqu'unMinuit (2)Auteur suisse
1966Irène MonesiNature morte devant la fenêtreMercure de France
1967Claire EtcherelliÉlise ou la Vraie VieDenoël (3)
1968Marguerite YourcenarL'Œuvre au noirGallimard (14)
1969Jorge SemprúnLa Deuxième Mort de Ramón MercaderGallimard (15)
1970François NourissierLa CrèveGrasset (4)
1971Angelo RinaldiLa Maison des AtlantesDenoël (4)
1972Roger GrenierCiné-romanGallimard (16)
1973Michel DardJuan MaldonneSeuil (2)
1974René-Victor PilhesL'ImprécateurSeuil (3)
1975Claude FaraggiLe Maître d'heureMercure de France (2)
1976Marie-Louise HaumontLe TrajetGallimard (17)Auteure belge
1977Régis DebrayLa neige brûleGrasset (5)
1978François SonkinUn amour de pèreGallimard (18)
1979Pierre MoinotLe Guetteur d'ombreGallimard (19)
1980Jocelyne FrançoisJoue-nous « España »Mercure de France (3)
1981Catherine Hermary-VieilleLe Grand Vizir de la nuitGallimard (20)
1982Anne HébertLes Fous de BassanSeuil (4)Auteure canadienne
1983Florence DelayRiche et LégèreGallimard (21)
1984Bertrand VisageTous les soleilsSeuil (4)
1985Hector BianciottiSans la miséricorde du ChristGallimard (22)
1986René BellettoL'EnferP.O.L
1987Alain AbsireL'Égal de DieuCalmann-Lévy (4)
1988Alexandre JardinLe ZèbreGallimard (23)
1989Sylvie GermainJours de colèreGallimard (24)
1990Pierrette FleutiauxNous sommes éternelsGallimard (25)
1991Paula JacquesDéborah et les Anges dissipésMercure de France (4)
1992Anne-Marie GaratAdenSeuil (5)
1993Marc LambronL'Œil du silenceFlammarion (5)
1994Olivier RolinPort-SoudanSeuil (6)
1995Emmanuel CarrèreLa Classe de neigeP.O.L (2)
1996Geneviève BrisacWeek-end de chasse à la mèreL'Olivier
1997Dominique NoguezAmour noirGallimard (26)
1998François ChengLe Dit de TianyiAlbin Michel (3)
1999Maryline DesbiollesAnchiseSeuil (7)
2000Camille LaurensDans ces bras-làP.O.L (3)
2001Marie NDiayeRosie CarpeMinuit (3)
2002Chantal ThomasLes Adieux à la reineSeuil (8)
2003Dai SijieLe Complexe de DiGallimard (27)Auteur chinois d'expression française
2004Jean-Paul DuboisUne vie françaiseL'Olivier (2)
2005Régis JauffretAsiles de fousGallimard (28)
2006Nancy HustonLignes de failleActes SudAuteure canadienne
d'expression française
2007Éric FottorinoBaisers de cinémaGallimard (29)
2008Jean-Louis FournierOù on va, papa ?Stock (4)
2009Gwenaëlle AubryPersonneMercure de France (5)
2010Patrick LapeyreLa vie est brève et le désir sans finP.O.L (4)
2011Simon LiberatiJayne Mansfield 1967Grasset (6)
2012Patrick DevillePeste et CholéraSeuil (9)
2013Léonora MianoLa Saison de l'ombreGrasset (7)Première lauréate africaine
2014Yanick LahensBain de luneSabine WespieserPremière lauréate haïtienne
2015Christophe BoltanskiLa CacheStock (5)
2016Marcus MalteLe GarçonZulma
2017Philippe JaenadaLa SerpeJulliard (4)
2018Philippe LançonLe LambeauGallimard (30)Reçoit exceptionnellement aussi
un prix « spécial » Renaudot[12]
2019Sylvain PrudhommePar les routesL'Arbalète/Gallimard (31)

Prix Femina étranger

Prix Femina de l'essai

Prix Femina des lycéens

Prix du centenaire du jury Femina

En 2004, le prix du centenaire du jury Femina a été attribué à Simon Leys ; il fut remis par le ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres[13],[n 3].

Il y a quatre lauréats Femina cette année-là (Femina, étranger, essai et centenaire).

Notes et références

Notes

  1. Également orthographié « prix Fémina ».
  2. Ouvrage publié anonymement sous la lettre Y.
  3. Allocution de Renaud Donnedieu de Vabres, Réception en l’honneur des 100 ans du Prix Fémina Ministère de la culture, 7 décembre 2004 « Ne croyez que ceux qui doutent, disait Lu Xun, sans doute le plus grand écrivain chinois du XXe siècle. Avec Simon Leys, qui est aussi, sous le nom de Pierre Ryckmans, l’un des plus savants sinologues de notre temps, nous avons douté, non pas de la Chine, mais d’une image mythique de la « Révolution culturelle. Et Simon Leys nous a montré combien la littérature nous permet de percevoir quelle part de notre héritage relève de l’humanité universelle »

Références

  1. Alisonne Sinard, « Contre un Goncourt misogyne : le Femina, un prix tour à tour militant, volcanique et collabo », sur franceculture.fr, (consulté le 22 mai 2018).
  2. Discours pour les 100 ans du Femina.
  3. « Le premier jury de 1905 », sur prixfemina.org, en ligne.
  4. Revue universelle, Paris, janvier 1905, p. 373.
  5. « Les Lettres », L'Intransigeant, (lire en ligne)
  6. « Le Prix « Vie Heureuse » », Le petit Caporal, (lire en ligne)
  7. « Deux prix littéraires de « Vie Heureuse » », Le Temps, (lire en ligne)
  8. « Les prix « Vie Heureuse » », Les Nouvelles, (lire en ligne)
  9. Jean de Paris, « Informations - Prix », Le Figaro, (lire en ligne)
  10. Le magazine La Vie heureuse reparaît fin 1945 dans une formule hebdomadaire.
  11. « Jean-Paul Dubois, prix Femina »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?) dans Le Nouvel Observateur du 8 novembre 2004.
  12. « Le prix Renaudot 2018 récompense Valérie Manteau et "Le Sillon"», Lauren Provost, Le HuffPost, 7 novembre 2018.
  13. Prix du centenaire du Femina pour Simon Leys. Libération, 7 décembre 2004

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des récompenses et distinctions
  • Portail de la littérature française
  • Portail des femmes et du féminisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.