Proverbes bantous

Les proverbes appartiennent au patrimoine linguistique d'un pays. Se pose alors la question de leur conservation (c'est-à-dire de leur mise par écrit) et avant tout de la collecte de ce savoir diffus, plus rural qu'urbain et surtout porté par les anciennes générations. Ce savoir tend à se perdre avec les mouvements d'urbanisation, de modernisation, de scolarisation des dernières décennies qui valorisent la culture écrite, rationalisée, standardisée et coupée de ses racines locales, rurales et traditionnelles.[non neutre]

Liste de proverbes bantous

  • Kuku anakulaka kadiri ya mudomo wake (Swahili) : La poule mange selon la grosseur de son bec. (Congo)
  • Njia ya wongo iko mufupi (Swahili) : Le chemin du mensonge est court. (Congo)
  • Assieds toi près d'une rivière, tu verras le cadavre de ton ennemi passer.
  • Il est plus facile d'arracher un brin d'herbe dans le pot de fleur de son voisin qu'un baobab dans son propre jardin[1].
  • Il y a trois choses qu'un homme ne doit pas ignorer s'il veut survivre assez longtemps en ce monde: ce qui est trop fort pour lui, ce qui est trop peu pour lui et ce qui lui convient parfaitement[1].
  • Assieds-toi au pied d'un arbre et avec le temps tu verras l'Univers défiler devant toi. (Cameroun)

Faux proverbes bantous

L’écrivain Alexandre Vialatte a créé de faux proverbes bantous. Par exemple :

  • Le marchand de sable ne fait pas fortune dans le désert.
  • Il n'y a pas de bas morceaux dans le gros ethnologue

Notes et références

Annexes

Articles connexes

  • Portail de l’Afrique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.